]]>

Mankatha

(un jeu de cartes du sud de l'Inde)

Année2011
LangueTamoul
GenreComédie d’arnaque
RéalisateurVenkat Prabhu
Dir. PhotoSakthi Saravanan
ScénaristeVenkat Prabhu
ActeursTrisha, Ajith Kumar, Premgi Amaren, Arjun, Lakshmi Rai
Dir. MusicalYuvan Shankar Raja
ParoliersGangai Amaren, Vaali, Yuvan Shankar Raja, Niranjan Bharathi
ChanteursBenny Dayal, Madhushree, Karthik, Vijay Yesudas, Ranjith, Bhavatharini, Yuvan Shankar Raja, Premgi Amaren, Haricharan, Tippu, Krish, S. P. B. Charan, Mano, Suchitra, Naveen, Sucharita, Anita
ChorégraphesShobi, Kalyan, Saravana Rajan, Ajayraj
ProducteursDhayanidhi Alagiri, Vivek Rathnavelu
Durée160 mn

Bande originale

Vilaiyaadu Mankatha
Nee Naan
Vaada Bin Lada
Machi Open The Bottle
Nanbane
Balle Lakka

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Marine - le 8 janvier 2015

Note :
(5/10)

Article lu 406 fois

Galerie

Le générique annonce la couleur : ce film est un jeu. On s’attend donc à se divertir. Mais si l’on espère en plus un scénario un tant soit peu consistant, gare à la déception.
Mais à quel jeu joue-t-on exactement ? Un peu de tout en fait. Et l’auteur de cet article est parti très loin…

Donjons et Dragons

On ne se lance pas dans un jeu sans en avoir lu la règle et comme dans le célèbre jeu, le point de départ est un bon scénario, sinon on ne rentre pas dans le donjon. Heu, pardon, le film.

Le cricket est sans aucun doute Le sport national en Inde. Cela implique donc des paris brassant énormément d’argent, or les paris sont illégaux en Inde. Une brigade spéciale est montée pour démonter les réseaux clandestins, avec à sa tête l’inspecteur Prithviraj (Arjun Sarja).
De son côté Vinayak Mahadevan (Ajith Kumar) est un flic qui a été mis à pied. Il passe beaucoup de temps avec sa petite amie Sanjana (Trisha) qui est la fille d’un gros bookmaker. On apprend rapidement que Vinayak en a après les 5 milliards de dollars qui vont transiter par "beau-papa"… mais il n’est pas le seul.

Le tarot

Dans une partie à cinq joueurs, celui qui « prend », appelle son partenaire en choisissant le roi d’une des quatre couleurs. Celui qui possède cette carte jouera avec lui contre les trois autres. Mais il faut attendre que le roi en question soit joué sur la table pour que chacun sache qui est dans son équipe. En somme, pendant les premiers temps de la partie, seul le roi appelé a une vision globale du jeu. Dans Mankatha, c’est la même chose : on ne voit pas trop qui fonctionne avec qui et lorsque l’on croit savoir, on nous révèle qu’on s’est trompés. Et ce, jusqu’à la dernière minute. C’est un film d’arnaque complexe où tous les coups sont permis. Car oui, ici, l’un des moyens pour réduire le nombre de joueurs est de tirer dessus (comme à la balle au prisonnier). Efficace.

Le poker

On se demande donc pendant une bonne partie du film où celui-ci veut en venir. Quels sont les objectifs du « héros » ? Quand on est fan de l’acteur, on a du mal à s’imaginer que celui puisse être aussi futile qu’un paquet d’argent à gagner et on s’attend à tout moment à un revirement ou une révélation qui viendrait tout changer. En vain. Le grand coup de bluff de Mankatha vient de là où on ne l’attendait pas : le film n’est vraiment que ça. On s’est fait un nœud au cerveau pour rien.

Les sims 3

L’un des clips vaut le détour, pour la forme, Vada Bin Lada. Ajith et Trisha y changent de vêtements (bon, ça on a l’habitude) et la déco de l’appartement comme dans un jeu vidéo. Totalement ridicule et très drôle… mais que dire des paroles ? « Viens voir, Ben Laden. Je suis ta tour jumelle, touche moi » [1].
De manière générale, les clips sont sympas, bien filmés, agréables à écouter. C’est varié : la chanson d’amour, la chanson à boire, la chanson de boite de nuit, la complainte. Tout y est. Cependant, aucune n’est assez remarquable pour qu’on s’en souvienne durablement.

Le pendu

En cartomancie, le pendu est la lame (carte) qui annonce la mort (et non la lame de la mort qui annonce le changement). Quand on est mort, on ne fait rien. C’est un peu comme Trisha. Un film ne peut pas honnêtement marcher sans sa jolie fille à l’affiche. Alors ils ont mis Trisha, mais comme il fallait trouver une excuse pour la mettre là, le scénariste lui a écrit un semblant de rôle tout à fait inutile. Si ce n’est pour une scène drôle au début du film (qui déjà présage le pire pour le rôle d’Ajith) et quelques clips. Bon, en creusant un peu je dirai que c’est pour montrer à quel point le « héros » est froid, cruel et manipulateur. D’ailleurs après ça, exit du film la Trisha ! Seulement à force de l’asséner au spectateur celui-ci, en plus de penser que c’est du pipeau, en est grandement lassé.
Que le réalisateur déclare que le rôle ait été écrit spécialement pour Trisha après que d’autres actrices se soient désistées, n’est donc pas vraiment flatteur pour elle.

Action Man

Énorme succès pour le 50e film d’Ajith Kumar. Il y est charismatique. Côté séduction, la quarantaine lui va mieux encore que la trentaine. Et le rôle annoncé de bad boy excite le fan, même si on l’y connait déjà avec Billa. Il fait des courses en moto, il fait des trucs de dingues sur la route et sur des camions en marche, il danse, il fait rire, il dégomme à tout va. Pour résumer : il est la seule raison qui nous fasse regarder le film.

Miss France, soit belle et tais-toi

C’est un peu ce qu’on peut reprocher au film. Le travail de réalisation est impeccable. Les images sont belles. Les scènes d’action pas mal. Des flash back en noir et blanc, du genre cinématique de jeu vidéo, servent régulièrement à éclairer le spectateur sur un point de l’histoire. Là aussi, c’est esthétiquement réussi.
Venkat Prabhu a donc fait un film visuellement très beau, mais il aurait pu s’abstenir de faire l’impasse sur le "budget scénariste" pour s’en occuper lui-même. On aurait alors pu avoir le droit à un film mémorable et non un film d’action sans profondeur comme il en sort par dizaines chaque année.

Le jeu de l’Oie

Après que le spectateur ait pris certains escaliers pensant se rapprocher du dénouement, puis pas mal de serpents pour redégringoler du côté des cases "je n’y comprends plus rien", il arrive finalement à la case "arrivée" et il est grand temps de conclure.
Mankatha est un film fatiguant car il part dans tous les sens et pourtant à aucun moment je ne suis entrée dans ce film qui m’a laissé perplexe. Le personnage d’Ajith (et non l’acteur) est loin d’être accrocheur et c’est une grande peine de le dire pour une fan. Pour résumer, je qualifierais Mankatha de mauvais Ocean Eleven.

Cependant, à regarder une seconde fois, sans plus rien en attendre du côté du scénario, Mankatha constitue un bon divertissement.

ps : Le Mankhata est un jeu de carte où les joueurs finissent rapidement par s’entre-tuer car il est basé sur un système de pari à quitte ou double. (Merci à Mel pour cet éclaircissement).

Bande-annonce en VOSTFR, traduite par la Shankara team


[1Traduction Shankara Team.

Commentaires
1 commentaire