]]>

[Edit 24/09] Maya et Trisha Illana Nayanthara en France

Publié jeudi 24 septembre 2015
Dernière modification jeudi 24 septembre 2015
News lue 176 fois

Par Gandhi Tata

Rubrique News
◀ The mastermind Jinda Sukha à Saint-Denis
▶ Sortie de Queen en France

[Edit 24/09] Deuxième semaine pour Maya et Trisha Illana Nayanthara qui marchent très bien en Inde. Chaque film a su conquérir son public cible et tirer son épingle du jeu. Ce cas de figure ne s’était plus produit depuis des lustres, puisque jusque-là, lors d’un clash entre deux films, on était face à un duel à la Highlander, où à la fin, il ne pouvait en rester qu’un. Ce résultat positif devrait inciter les producteurs et distributeurs, à réfléchir pour se mettre d’accord sur une stratégie des sorties qui donnerait de meilleures chances à leurs films.





Vous aurez le choix entre la comédie et le surnaturel, cette semaine. D’un côté, Trisha Illana Nayanthara aborde la vie amoureuse, d’un jeune homme un peu compliqué et frivole, qui papillonne et butine à tout-va. Dans Maya, il est question de fantastique et surtout d’un moment inquiétant de l’histoire, où la réalité rejoint la fiction. Les deux films sont proposés par notre partenaire Ayngaran France, en VOSTA (anglais), à partir du 17 septembre 2015, avec des séances qui se tiendront dans les Mega CGR d’Épinay-sur-Seine, Évry et Torcy.

Avec des sorties comme Kanchana 2 et Masss, l’année 2015 est sans aucun doute, à placer sous le signe du fantastique, pour le cinéma tamoul. Par opportunisme ou intérêt pour le genre, le réalisateur Ashwin Saravanan a décidé de surfer sur cette nouvelle vague et offrir aux spectateurs, une nouvelle plongée dans l’univers du paranormal. Signe que ce genre est populaire, après Surya, c’est une nouvelle star, et pas des moindres qui a accepté d’être la tête d’affiche de Maya. En effet, Nayanthara, qui enchaine les films en ce moment, nous revient après le succès de Thani Oruvan. Pour changer des personnages de pot de fleurs qu’on lui propose en général, elle campe ici, le rôle d’une mère célibataire et apprentie actrice, qui va devoir faire face à une étrange entité prénommée Maya.

Les comédies pour adultes ne courent pas les rues à Kollywood, et pire, elles peuvent parfois enterrer une carrière, comme cela a failli être le cas pour le réalisateur Shankar, lors de la sortie de Boys. Au Tamil Nadu, comme dans le reste de l’Inde, on est champion dans l’art de de la pudibonderie et dans celui de faire exploser le taux de natalité. Lorsqu’un cinéaste décide livrer une œuvre traitant des mœurs légères ou de la sexualité, on peut être certain du lever de bouclier et de diverses formes de fustigation de la part du public. Cependant, les mentalités ont beaucoup évolué ces dernières années et un film léger comme Trisha Illana Nayanthara, qui met en scène les aventures amoureuses (et croustillantes) du héros, devrait normalement trouver preneur chez les 15-35 ans, cible privilégié par les producteurs. Rappelons que le personnage principal est joué par l’acteur-compositeur G.V. Prakash dont c’est le second film.

Commentaires
Pas encore de commentaires