]]>

Namastey London


Bande originale

Chakna Chakna
Viraaniya
Main Jahaan Rahoon
Yahi Hota Pyaar
Rafta Rafta
Annan Faanan
Dilruba
Viraaniya (Mehfil Mix)
Aanan Faanan (Mehfil Mix)
Chakna Chakna (Remix)
Dilruba (Remix)
Main Jahaan Rahoon (Remix)
Yahi Hota Pyaar (Remix)
Aanan Faanan (Remix)
Main Jahaan Rahoon (Mehfil Mix)
Yahi Hota Pyaar (Mehfil Mix)

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Suraj 974, Laurent - le 21 janvier 2008

Note :
(7.5/10)

Article lu 3796 fois

Galerie

Parmi les films de qualité, l’année Bollywood 2007 a été marquée par plusieurs tendances intéressantes : films de sport (Apne, Ta Ra Rum Pum), films choraux (Salaam-E-Ishq, Life In A… Metro), films semi-commerciaux avec pas ou peu de chansons (Nishabd, Eklavya, 1971)… Du coup, il n’y a pas eu beaucoup de bonnes comédies romantiques, pourtant le genre de prédilection des réalisateurs de films hindis traditionnels. Heureusement, Namastey London fait partie de cette catégorie, et son succès n’est pas volé.

L’intrigue est archi-convenue, en somme on retrouve le schéma de bien des classiques (à commencer par le cultissime Dilwale Dulhania Le Jayenge), mais inversé en donnant le rôle principal au personnage féminin vivant en Angleterre. Cette innovation, bienvenue dans le monde très macho du cinéma indien, amène une réelle fraîcheur au film, et n’est pas la seule amélioration puisque l’écriture assez originale apporte un souffle nouveau également. D’autant que ce rôle a été confié à Katrina Kaif, qui est réellement une Indienne de Londres, ce qui ajoute de la crédibilité à un personnage qu’elle joue avec un naturel convaincant. Son rôle est écrit et joué avec justesse et ne tombe pas dans les clichés habituels qu’ont les Indiens sur leurs compatriotes expatriés, ou du moins les explique dans le contexte. Il sait rester léger tout en posant des questions justes par rapport au choc générationnel entre des parents qui dans leur tête n’ont jamais vraiment quitté leur pays, et des enfants qui n’ont d’indiens que le nom et la langue (et encore).

Par contre, le choc des cultures entre le Punjab et l’Angleterre est prétexte de la part des personnages indiens à de grands élans de fierté patriotique, tellement artificiels qu’ils en deviennent succulents au second degré. Le rythme chaloupé de la romance gentiment humoristique ne faiblit jamais, en grande partie grâce à l’alchimie entre les deux acteurs principaux.

On apprécie le bagout du viril Akshay Kumar, dont l’humour et le timbre de voix ont toujours ce charme désuet qui en fait une sorte de Belmondo indien, ou en tout cas le successeur de Dharmendra dans les rôles de macho man punjabi au grand cœur. Katrina Kaif réussit à lui tenir tête tout le long du film et livre une prestation pétillante digne de Preity Zinta. Dans le rôle du beau-père, Rishi Kapoor se dépense sans compter, même si on regrette l’absence d’Amitabh Bachchan, dont l’alchimie avec Akshay était si agréable dans Waqt-The Race Against Time, le précédent film du réalisateur.

La mise en scène, fraîche et rythmée, vient parachever le tout avec des pointes d’humour assez jubilatoires (et des références aux séries tv indiennes…). Il n’y a que la musique de Himmesh Reshamiya qui vient alourdir le film : peu inspirée, répétitive, elle passe tout juste quand on le regarde mais ne reste pas du tout en tête – on aurait pu s’en passer.

Namastey London est donc un beau film romantique sans prétention, court et très divertissant. Il vient rappeler que Yash Raj films n’a pas le monopole des histoires de NRI romantiques, et que les films indiens ne sont jamais aussi efficaces que quand ils s’attaquent à leur genre de prédilection. Le réalisateur Vipul Shah y confirme qu’avec l’aide de sa star masculine fétiche, il est capable de produire de bons masala classiques avec autant d’aisance que des cinéastes plus âgés comme Ravi Chopra, et avec même une pointe de fraîcheur en plus.

Commentaires
9 commentaires
En réponse à francelisel - le 31/07/2008 à 13:29

Quand j’ai "rencontré" Bolly en octobre 2007. Au bout de 2-3 mois de cure intense de Bolly, J’ai découvert par hasard 2 films recommandés par un marchand de Paris 10è : NL et HDKG. J’ignorais l’existence de A K car mon vendeur habituel me faisait découvrir les grands succès récents et n’aime pas AK ! Ces 2 films furent un choc pour moi et je suis devenue "fan d’Akki" ! LOL… J’ai une opinion beaucoup plus enthousiaste que vous sur ce film et je rejoins l’avis de Maya. J’ai trouvé le personnage féminin intéressant, même si Jazz est "tête à claques" mais a sa logique interne. Le personnage féminin fort me plaît, car à Bolly les rôles féminins sont trop stéréotypés et simplistes du style "JF attend le Prince Charmant". Bolly est quand même macho, avec une image ambigüe de la femme à la fois déesse et être inféodé à l’homme. Je trouve qu’Akki a superbement joué (quels progrès !). La La musique est envoûtante et merveilleuse (Rafta Rafta et Chakna Chakna plus la musique au violon de la "dernière danse" et celle du parc d’attractions). Je ferais 2 reproches au film et je rejoins la critique trouvée dans IMDB.com issue d’un indien vivant à Londres :

  • le film suppose que les NRI sont plus occidentalisés que les indiens en Inde.
  • le portrait des anglais est caricatural et trop schématique (le serpent et la corde…). Je suis occidentale et je ne me reconnais pas dans ces anglais qui ont un racisme, des propos et des préjugés théâtraux.Ce film cible et flatte les NRI. Je pense que l’on doit trouver aussi en Inde du racisme… Mais le côté patriotique du film me plaît bien et ne me choque pas. Il est moins appuyé que dans CDI.

Ce film est pour moi une référence et je n’hésite pas à le recommander car il a une modernité, liberté de propos, d’esthétique et de ton qui ne rebuteront pas les occidentaux réticents avec les clichés "anti-Bolly" en tête…

C’est du Bolly romantique, intelligent et bien fait qui donne tort aux anti-Bolly… Je demande plus de films comme celui-ci qui concilie indianité et modernité afin de faire connaître encore plus Bolly, l’Inde et les indiens…

Laissez un commentaire :

Basudha le 28/05/2018 à 10:22

J’ai commencé à le regardé et je trouve le rythme un peu lent surtout le début ou je me suis pas mal ennuyée dans l’attente que quelques chose se passe. Sans doute que pour moi une jeune femme qui passe sa vie à faire la fête et vive comme une occidentale n’a rien de passionnant. Bon il y a des moments de drole et Katrina c’est ce montrer expressive pour ce qui est de faire le clown, mais pour ce qui est de faire passer des émotions pour moi ça reste moyens. Heureusement que Akshaye Kumar relève le niveau et que le reste des acteurs aussi. Et ne parlons pas des chansons qui sont vraiment nulle. En plus la nana ce comporte comme un homme et picole, hors désolé mais tout les femmes occidentals sont loin de se comporter de la sorte. Etpuis l’idée que le père puisse la forcé à ce marié au lieu de juste arranger le mariage ça m’agace. Bon après je peux le comprends puisque sa fille ce comporte mal. Le pire c’est qu’elle se laisse manipuler par un ami et qu’elle brise le coeur de sont futur époux. N’importe quoi. De là à comparé ce film à DDLJ faut pas pousser mémé dans les orties non plus.

mel le 28/11/2011 à 21:45

Le choc social, il l’est avec le spectateur occidental ! Il ne s’agit pas ici uniquement d’un conflit entre "mariage d’amour" et "mariage arrangé" comme dans Mere Brother Ki Dulhan par exemple, mais entre "mariage d’amour" et "mariage forcé" : le charmant père de famille, pilier du bon sens, traîne sa fille en Inde pour la marier de force au premier bellâtre venu. En fait, c’est simplement inacceptable !

Et ne parlons pas du délicieux voisin pakistanais joué par Javed Cheikh. A la place de son fils, je lui en aurait collé une grave !

Alors à coté de ça, les élans patriotiques et le racisme des anglais (pas tous d’ailleurs) ne sont pas grand chose.

Dans DDLJ au moins, le père est montré comme un salopard tyrannique, et Simran n’est pas vraiment anglaise, elle a juste le temps de découvrir la liberté et surtout sa mère est clairement de son coté.

noella le 12/03/2011 à 20:26

plus que le choc des cultures, on est dans le choc "social" et c’est ce qui nuit au film .La confrontation aurait été plus savoureuse à milieu social égal et ça a été fait et mieux fait .Mais dans ce type de milieu, la pauvre lady Diana a eu autant de difficultés que Katrina et même plus questions rebuffades et j’en passe .. d’où une impression artificielle tout au long du film où seule Katrina est mise en valeur du fait du "peps" de son jeu. Akshay est sympathique certes, mais il est impossible de croire en son personnage, malgré tout .

biofikaya le 03/01/2011 à 17:08

dans namastey london j’ai adoré le cheveu brun de akshay kumar ca lui va bien

Soniya le 24/10/2008 à 23:36

Alors désolée mais je relance le débat : je trouve quand même que le portrait des anglais "pure souche" gache le film. Oui c’est une agréable comédie romantique, oui les deux héros sont attachants, oui c’est agréable à regarder… Mais d’un coté on a un effort des scénaristes pour faire un portrait de jeunes et vieux NRI, écartelés entre deux cultures, et qui doutent… et d’un autre coté, si tu es anglais, tu es arrogant, riche, catholique intégriste, raciste, bref ton personnage n’a aucune chance d’être approfondi… Est-ce que ce film a pour but d’ouvrir Bollywood à d’autres publics que les indiens et les NRI ? Non, c’est pas le but du film, et tant pis pour les quelques fans bollywoodiens non indiens qui s’accrochent… à la corde !

Laurent le 25/10/2008 à 00:12

C’est vrai que c’est pas le film idéal pour découvrir Bollywood, et que des anciens films comme ceux de Hrishikesh Mukherjee étaient plus fins vis-à-vis des Anglais… Mais, si je délaisse la théorie, par rapport à la médiocrité du genre, cette comédie romantique commerciale me paraît dans l’ensemble supérieure à la moyenne et, comme je l’écris dans le texte, j’ai apprécié ce choc des cultures artificiel "au second degré", c’est un film "efficace"… Mais ce n’est que mon avis, qu’un Anglais ne partagerait peut-être pas.

francelisel le 31/07/2008 à 13:29

Quand j’ai "rencontré" Bolly en octobre 2007. Au bout de 2-3 mois de cure intense de Bolly, J’ai découvert par hasard 2 films recommandés par un marchand de Paris 10è : NL et HDKG. J’ignorais l’existence de A K car mon vendeur habituel me faisait découvrir les grands succès récents et n’aime pas AK ! Ces 2 films furent un choc pour moi et je suis devenue "fan d’Akki" ! LOL… J’ai une opinion beaucoup plus enthousiaste que vous sur ce film et je rejoins l’avis de Maya. J’ai trouvé le personnage féminin intéressant, même si Jazz est "tête à claques" mais a sa logique interne. Le personnage féminin fort me plaît, car à Bolly les rôles féminins sont trop stéréotypés et simplistes du style "JF attend le Prince Charmant". Bolly est quand même macho, avec une image ambigüe de la femme à la fois déesse et être inféodé à l’homme. Je trouve qu’Akki a superbement joué (quels progrès !). La La musique est envoûtante et merveilleuse (Rafta Rafta et Chakna Chakna plus la musique au violon de la "dernière danse" et celle du parc d’attractions). Je ferais 2 reproches au film et je rejoins la critique trouvée dans IMDB.com issue d’un indien vivant à Londres :

  • le film suppose que les NRI sont plus occidentalisés que les indiens en Inde.
  • le portrait des anglais est caricatural et trop schématique (le serpent et la corde…). Je suis occidentale et je ne me reconnais pas dans ces anglais qui ont un racisme, des propos et des préjugés théâtraux.Ce film cible et flatte les NRI. Je pense que l’on doit trouver aussi en Inde du racisme… Mais le côté patriotique du film me plaît bien et ne me choque pas. Il est moins appuyé que dans CDI.

Ce film est pour moi une référence et je n’hésite pas à le recommander car il a une modernité, liberté de propos, d’esthétique et de ton qui ne rebuteront pas les occidentaux réticents avec les clichés "anti-Bolly" en tête…

C’est du Bolly romantique, intelligent et bien fait qui donne tort aux anti-Bolly… Je demande plus de films comme celui-ci qui concilie indianité et modernité afin de faire connaître encore plus Bolly, l’Inde et les indiens…

Maya le 27/01/2008 à 15:13

Namaste London est un de mes films préférés pour l’année 2007. Un vrai Bolly où l’un est prêt à sacrifier son amour par amour de l’autre, où l’autre finit par reconnaître le véritable amour au milieu de la confusion.

Où les pères, bien que malmenés, parfois pénibles et souvent caricaturaux, restent le pilier du bon sens.

Où l’héroïne n’est pas un faire-valoir et utilise l’humour comme bouclier.

Un film tout plein de tendresse et de sourire. Certes les occidentaux n’ont pas le beau rôle, mais ce n’en est que plus drôle.

lalita le 21/01/2008 à 15:43

OUèh j’ai été la 1ère à en ajouter un !!

Bon personnellement j’ai trouvé que c’était pas mal, mais comme je me suis tapée une copie réalisé avant montage, doublage et autres finitions filmiques je n’ai pas vraiment pu apprécier l’humour avec la petite touche de bruits sonores pour accentuer le tout, les décors réhaussé d’une overdose de contraste et même… les effets spéciaux m’ont été épargné (il y’a notamment une scène où Rishi Kapoor est censé allé sur le net : dans mon DVD… ben son écran est noir et il s’excite comme un fou sur un ordi éteind un gros… :-)

En dehors de ça, le film est quand même pas mal. La présence d’Akshaye Kumar est une arnaque vu que l’histoire tourne surtout autour du personnage féminin. Kaif s’en sort d’ailleurs très bien. La grosse dose "indien gentil vs anglais méchants, racistes, arrogants, forcément divorcés" est très lourde (bon ok, ils sont pas tous comme ça. Mais qd ils sont tigens, on leur donne pas de dialogues ou presque alors…) et la fin est prévisible.

On rit jaune parfois, mais on finit par se prendre au jeu quand même…