]]>

Nenjodu Kalanthidu

Publié dimanche 25 septembre 2005
Dernière modification dimanche 25 septembre 2005
Article lu 451 fois

Par

Dossier Khadal Konden

nenjoadu kalanthidu uravaalae
Par cette relation,Mélange toi dans mon coeur

kaalangaL maranthidu anbae
Oublie le temps qui passe, mon cher

nilavoadu thendralum varum vaeLai
Le moment où La brise arrive avec la Lune

kaayangaL maranthidu anbae
Oublie tes blessures, Mon cher

oru paarvai paarththu naan nindraal
Si je me tiens avec un certain regard

siru poovaaga nee malarvaaya
Tu écloreras comme une petite fleur

oru vaarththai ingu naan sonnaal
Si je dit une seule parole

val ponçage yen anbae anbae
Ta souffrance s’en ira,mon Cher

kannaadi yendrum udaindhaalum kooda
Même si Le miroir se brisait

vimbangaL kaattum paarkindraen
Il reste les reflets ,que je regarde

puyal poana pinnum pudhu pookkaL pookkum
Même après une tempête,de nouvelles fleurs fleurissent

iLavenil varai naan irukkindraen
Je serai avec toi, jusque dans l’espace

mugha moodi aNihindra ulagidhu
C’est un Monde qui porte un masque

uN mugham yendru ondrengu yeNNadhu
Un de tes visages est le mien

nadhi neerilae ada vizhundhaaluma
Meme si (le reflet de) la lune tombe dans la rivière

andha nilavendrum nanayaadha vaa nanbaa
Cette lune n’est jamais Mouillée,Viens mon ami !
kaalangaL oadum idhu kadhaiyaagi poagum
Avec le temps qui passe,ceci deviendra une histoire

kaNNeer thuLiyin eeram vaazhum
Mais l’humidité de mes larmes subsisteront

thaayaaga needhaan thalai koatha vandhaalum
Si tu viens ,en caressant mes cheveux,comme une Mère

uN madimeedhu meendum jananam vaendum
Je veux une autre vie sur tes genoux

yeN vaazhkkai nee ingu thanthadhu
Tu m’as fait don de ma vie

adi uN naatkkaL thaanae ingu vaazhvadhu
Ce sont tes jours que l’on vit

kaadhal illai idhu kaamam illai
Ce n’est ni de l’amour,ni du désir

indha uravukku ulagaththil peyarillai
Cette relation ne porte pas de nom en ce bas monde.

oru paarvai paarththu nee nindraal
Si tu te tiens d’un seul regard

siru poovaaga naan malarvaenae
Je m’ouvrirais comme une petite fleur

oru vaarththai ingu nee sonnaal
Si tu dis une seul mot

vali poagum yeN anbae anbae
Ma souffrance s’en ira ,ma chérie !!!

Gulabi
Commentaires
Pas encore de commentaires