]]>

Onir

Fonctions : réalisateur, producteur, scénariste
De son vrai nom : Onirban Dhar
Né le : 1er mai 1969 (48 ans)
à : Thimphou (Bhoutan)
Nationalité : indienne

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La biographie de Fantastikindia

Par Bolly Fever - le 5 juin 2012

Dernière mise à jour le 26 août 2014

Article lu 533 fois

Galerie

En 1989, Onir s’installe à Calcutta, en Inde, et étudie la littérature anglaise à l’université. Il se voit attribuer une bourse pour partir étudier des films à Berlin, puis revient en Inde vers 1997. Il travaille alors à Bombay en tant que monteur de feuilletons et de vidéos musicales (en 1999 sur le film de Kalpana Lajmi, Daman), en attendant de pouvoir atteindre son rêve d’être réalisateur…

En 2004, Onir écrit son premier film, Nikhil, mon frère, qu’il produira avec Sanjay Suri (acteur principal, qui jouera Sameer dans Firaaq) et qui sortira en 2005, avec Juhi Chawla dans l’un des rôles principaux. Ce film aborde la question de l’homosexualité. L’action se passe à Goa, un petit état indien, une ancienne colonie portugaise, entre 1989 et 1994. Nikhil Kapoor est un champion de natation. Sa sœur aînée, Anamika enseigne dans une école primaire et l’adore. Mais il apprend qu’il a développé le sida… Il doit désormais vivre relégué et enfermé. En effet, les dispositions de Goa imposent l’arrestation des personnes séropositives. Tous ses proches se détournent de lui, exceptés sa sœur et son compagnon Nigel.
Pour son scénario, Onir s’est inspiré d’un documentaire qu’il a monté lorsqu’il travaillait pour Plus Channel. Ce documentaire traitait des personnes séropositives à Goa en 1985 (et dans d’autres états), arrêtées et isolées en vertu de la loi locale. Un mouvement social de contestation s’en est suivi pour faire évoluer et la loi et les moeurs concernant le traitement des personnes séropositives.

Onir dira qu’au-delà d’un documentaire ou d’une biographie, il a voulu "utiliser ce fond comme une toile pour un drame plus coloré sur les relations" pour montrer "comment les relations que l’on prenait pour acquises peuvent changer". L’histoire se révèle à travers les yeux de la sœur, car, dit-il, "si j’avais à partager quelque chose à propos de moi-même, la personne la plus proche, en qui j’aurais confiance, serait ma sœur". (Propos recueillis par Vishal D’Souza lors de l’interview d’Onir le 25 mars 2005)

En janvier 2006, il tourne son deuxième film, Bas Ek Pal avec encore Juhi Chawla, Urmila Matondkar, Jimmy Shergill, Rehaan Engineer et Sanjay Suri. Il s’agit de l’adaptation du film En Chair Et En Os de Pedro Almodovar.

En 2007, il débute son troisième film, Sorry Bhai !, qu’il co-produit aussi avec Sanjay Suri.

Ce film met en scène Siddharth Mathur (Sharman Joshi), un jeune scientifique timide, qui va à l’Ile Maurice pour le mariage de son frère aîné Harsh (Sanjay Suri). Il est accompagné par sa mère Gayatri (Shabana Azmi), profondément en colère contre son fils aîné qui se marie sans les consulter… Mais aussi du joyeux père de Siddharth, Navin (Boman Irani). Harsh, trop préoccupé par son travail, laisse à sa fiancée Aaliyah (Chitrangada Singh) le soin de faire découvrir l’île à sa famille. Mais Aaliyah, délaissée par son fiancé et passant de plus en plus de temps avec son frère, tombe amoureuse de ce dernier…

La même année en 2007, il apparaît en jouant son propre rôle dans le film documentaire allemand d’André Schäfer T’as de beaux yeux, chéri (titre original : Schau mir in die Augen, Kleiner), où sont interviewés les réalisateurs qui ont évoqué l’homosexualité au cinéma. Il réitère l’expérience en 2012 dans le documentaire de Nasha Gagnebin, Looking For Gay Bollywood.

En 2010, Anticlock Films, la maison de production co-fondée avec Sanjay Suri, commence la production de I AM. Il s’agit d’un projet de film autoproduit par la population, qui deviendra par la suite le quatrième long-métrage d’Onir. Les fonds pour produire ce film furent trouvés à travers des blogs et des réseaux sociaux comme Facebook. I AM est probablement la première et plus grande expérience humaine à travers les réseaux sociaux en Inde et dans le monde : plus de 400 personnes à travers 47 villes dans le monde entier, ont participé à l’élaboration de ce film. Les volontaires ayant participé au tournage on d’ailleurs été recrutés via les réseaux sociaux. En plus d’y tenir un rôle, Juhi Chawla contribuera également au financement. I AM est sorti en Inde le 29 avril 2011.
Ce film comporte quatre histoires tressées entre les personnages et tournées à travers quatre villes d’Inde. Ce patchwork aborde des thèmes peu racontées dans le cinéma indien… La critique ici.
IAM ABHIMANYU, qui traite du traumatisme des enfants abusés sexuellement, inspiré par les histoires réelles du concepteur de mode Ganesh Mallori et de Harish Iyer.
IAM OMAR, qui évoque la criminalisation de l’homosexualité dans l’Inde contemporaine (un homosexuel qui tombe amoureux d’un prostitué qui tentera de le faire chanter pour le faire tomber sous le coup de la loi indienne pénalisant l’homosexualité).
IAM AFIA, qui a pour thème le choix d’une femme qui souhaite avoir un enfant seule par l’insémination artificielle d’un donneur anonyme.
IAM MEGHA (avec Juhi Chawla et Manisha Koirala), qui évoque l’amitié de deux femmes, l’une hindoue et l’autre musulmane, séparées par les événements de l’histoire troublée du Cachemire des années 1980-1990.

Dans les quatre courts-métrages qui composent I AM, les personnages parlent non seulement hindi et anglais, mais aussi le bengali (dans I Am Afia), le kashmiri (dans I Am Megha), et le kannada dans les autres ; au lieu de tourner toutes les séquences en hindi, Onir a pris le parti de conserver cette variété, de sorte que le film est sous-titré en anglais pour sa sortie en Inde. La critique est élogieuse. En décembre 2010, I AM reçoit le prix du public au Festival du film de Florence. Au Festival du film asiatique de Londres, début avril 2011, Onir reçoit le prix du meilleur film et Juhi Chawla le prix de la meilleure actrice. En mars 2012, I AM reçoit le National Film Award du meilleur film en hindi.

Au printemps 2012, Onir travaille sur la production de Chauranga qui d’ores et déjà a remporté le prix du meilleur scénario au prestigieux Festival International du Film de Goa. Ce film parle de la lutte des classes dans une ville rurale d’Inde et sera mis en scène par un réalisateur considéré comme le nouvel espoir indien, Bikas Mishra.
Onir travaille également sur son prochain film SHAB (nuit), qui raconte l’hstoire de quatre personnages à Delhi : un gigolo, une call-girl, une femme d’affaires et un homme âgé homosexuel. Tous ces personnages vivent leur vie en se mentant à eux-mêmes et sont à la recherche du grand amour.

Onir donc, un réalisateur à suivre…

Commentaires
Pas encore de commentaires
Filmographie

En tant que réalisateur :

2011 - I AM

2008 - Sorry Bhai !

2006 - Bas Ek Pal

2005 - Nikhil, mon frère (My Brother… Nikhil)

Apparitions :

2012 - Looking For Gay Bollywood (lui-même)

2007 - T’as de beaux yeux, chéri - Le coming-out du cinéma (lui-même)