]]>

PK (peekay)


Bande originale

Tharki Chokro
Love Is a Waste of Time
Nanga Punga Dost
Chaar Kadam
Bhagwan Hai Kahan Re Tu
Dil Darbadar
PK Dance Theme

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Madhuri - le 30 juin 2015

Note :
(7/10)

Article lu 1270 fois

Galerie

Un extraterrestre d’apparence humaine (Aamir Khan) débarque en plein milieu du désert du Rajasthan pour étudier les habitants de la Terre. Dans le dénuement le plus total, il se fait voler un médaillon, unique moyen de rappeler son vaisseau spatial.

Au même moment, à 5 000 km de là, Jaggu (Anushka Sharma) rencontre Sarfaraz (Sushant Singh Rajput), tous deux filent une jolie histoire d’amour sur fond de poésie et de paysages bucoliques. Mais à la suite d’une grosse déception, Jaggu rentre à Delhi et croise la route du nouvel arrivé de l’espace. Elle va peu à peu faire sa connaissance et l’aider à retrouver son médaillon. « PK » (l’équivalent de « crétin » en français) est surnommé ainsi par les personnes qu’il croise et s’énervent face à ses manières pour le moins étranges.

Fable tragi-comique, ce film a eu, curieusement, beaucoup de succès en Inde.

Il est même le film qui a rapporté le plus d’argent dans toute l’histoire du cinéma indien !

Le thème principal est l’exploitation de la religion et des croyances pas les personnes malhonnêtes et qui ont un grand ascendant sur le reste de la population. Pas évident d’aborder ce sujet dans un pays où il existe une multitude de sectes et où les divinités sont partout, faisant partie du quotidien. Difficile aussi d’aller sur ce terrain sans froisser les unes et les autres communautés qui sont régulièrement en conflit. On se doit donc de saluer le courage de l’équipe toute entière, largement soutenue par Aamir Khan, « l’empêcheur de tourner en rond de Bollywood », pour avoir été jusqu’au bout de ce projet. Plusieurs flambées de violence ont d’ailleurs éclaté côté hindou à la suite de la sortie du film.

Dans cette histoire un peu abracadabrante, chaque personnage y tient un rôle bien défini :

  • PK est le pitre de service, il enchaîne les clowneries et provocations en tous genres, remettant discrètement en question les habitudes et préjugés des gens. Énervant ou touchant il réagit comme un enfant qui découvre le monde qui l’entoure.
  • Jaggu est la touche fraîcheur, la femme battante et indépendante. Ambitieuse, elle va au bout de ses idées sans pour autant être insensible. Elle assiste PK et l’encourage dans sa quête de vérité.
  • Sarfaraz est l’atout charme, le garçon bien sous tous rapports qui récite des poèmes à sa bien-aimée et la porte en son cœur à tout jamais.
  • Bhairon Singh (joué par un Sanjay Dutt qui porte très bien le costume rajasthani) est l’ami fidèle et joyeux prêt à tout pour aider son cher PK.
  • Cherry Bajwa (Boman Irani) est le chef de Jaggu, bienveillant et consciencieux dans son travail de journaliste, il saisit au vol l’occasion de revanche qui s’offre à lui.

On peut regretter le manque de nuance et de relief de la plupart des personnages et certainement aussi une histoire un peu faible, mais c’est ce qui fait la base d’un film à Bollywood. Les traits sont assez grossiers, les mimiques de PK peuvent sembler grotesques et agaçantes, mais c’est ainsi qu’on s’y prend pour faire passer un message en Inde. Et si l’on en croit l’accueil qu’a reçu le film, on peut dire que c’est une formule qui marche du tonnerre !

Dans le même esprit que OMG Oh My God !, on aborde ici la question non pas de Dieu mais des hommes de Dieu, ce qui en fait un véritable sujet de société. Sans faire la morale, PK pointe du doigt les divisions et les intolérances entretenues par la peur et l’ignorance des gens d’une même nation. Ce film n’est certainement pas un grand moment de cinéma, mais espérons qu’il arrive au moins à faire évoluer les mentalités…

Côté musique, la bande originale a été composée par Shantanu Moitra, Ajay-Atul et Ankit Tiwari. Ils signent des chansons réussies qui collent plutôt bien au film et sont interprétées par les plus belles voix du cinéma hindi : Sonu Nigam, Shreya Ghoshal et Shaan.

Au vu des dernières images du film et compte tenu de son succès on dirait qu’une suite est plus que probable…

Commentaires
3 commentaires
En réponse à Olivier - le 08/08/2015 à 21:29

Étant Fan d’Anushka, ma femme m’a proposé de regarder ce film, au départ sans grande conviction. Mais quelle surprise !

Pas mal de thèmes abordés : argent, sexualité, coutume vestimentaire ou sociale. Le thème le plus développé reste la Religion, avec beaucoup de douceur et d’intelligence. Le film n’arrête pas de nous mettre face a nos contradictions, et nous fait sérieusement réfléchir tout en passant un super moment.

C’est un véritable boulot d’équilibriste, et j’ai trouvé qu’avec un terrain aussi miné, le film s’en sort incroyablement bien (tout en restant agréable et léger !)

J’appel ça une pépite !

Laissez un commentaire :

kristine le 06/03/2016 à 18:27

Ce film m’a vraiment surprise. je ne m’attendais pas du tout à ce qu’un film indien puisse avoir un tel regard sur l’exploitation des croyances. On sait Amir Khan tres porté sur des sujets sociaux mais traités en grosse farce comme ici, c’est un coup de maitre !

Olivier le 08/08/2015 à 21:29

Étant Fan d’Anushka, ma femme m’a proposé de regarder ce film, au départ sans grande conviction. Mais quelle surprise !

Pas mal de thèmes abordés : argent, sexualité, coutume vestimentaire ou sociale. Le thème le plus développé reste la Religion, avec beaucoup de douceur et d’intelligence. Le film n’arrête pas de nous mettre face a nos contradictions, et nous fait sérieusement réfléchir tout en passant un super moment.

C’est un véritable boulot d’équilibriste, et j’ai trouvé qu’avec un terrain aussi miné, le film s’en sort incroyablement bien (tout en restant agréable et léger !)

J’appel ça une pépite !

Alineji le 30/06/2015 à 21:06

Tout à fait d’accord avec ta critique Madhuri, j’aurais peut-être été même un peu plus sévère que toi. Il y a de bons moments, mais le montage n’est pas terrible et les cabotinages d’Aamir Khan finissent aussi par lasser, même pour les spectatrices les plus indulgentes comme moi. Enfin, comme tu le dis, si ça pouvait faire évoluer les mentalités (on peut rêver !)