]]>

Paa

Traduction : Père

Bande originale

Mudhi Mudhi Isteffaq Se
Gumm Summ Gumm
Udhi Udhi Iteffaq Se
Hichki Hichki
Gali Mudhi Ittefaq Se
Halke Se Bole
Mere Paa
Paa Theme (Remix)

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Kendra - le 23 février 2010

Note :
(8/10)

Article lu 2590 fois

Galerie

Comme tous les enfants de 12 ans, Auro n’aime pas que ses camarades de classe voient sa mère le déposer devant l’école tous les matins, il n’aime pas beaucoup les filles non plus, fait des bêtises avec ses copains, passe des heures devant son ordi ou sa Playstation et adore les films de Jackie Chan. Un enfant comme les autres en somme. Sauf qu’Auro est atteint de progeria, cette maladie génétique très rare (moins de 100 cas dans le monde) qui accélère le vieillissement. S’il a mentalement 12 ans, son corps est celui d’un homme de 70 ans, avec tous les problèmes de santé liés à cela.
Auro est extrêmement intelligent, sait ce qu’il veut (du piment dans ses repas), ce qu’il ne veut pas (que sa mère se sacrifie sans cesse) et a développé une personnalité des plus attachante quoiqu’impolie parfois. Elevé par sa mère Vidya, gynécologue et sa grand-mère "Bum", Auro grandit heureux parmi sa bande d’amis et sachant bien que s’il n’a pas de papa, comme les autres, c’est que celui-ci ne voulait pas d’enfant qui aurait pu freiner sa carrière. Puis vient le jour où Auro gagne un trophée, remis par le MP (membre du parlement) Amol Arte. Ni l’un ni l’autre ne savent encore quel lien les unit véritablement, mais une sorte d’amitié étrange voit le jour entre eux deux.

R. Balki, déjà derrière l’original Cheeni Kum qui narrait l’histoire d’amour entre Big B et Tabu, franchit une autre étape de l’originalité dans Paa : non seulement il caste Lil’ B pour jouer le rôle du père d’Amitabh, mais il choisit également de parler de progeria, pari assez courageux, avouons-le. Bien entendu, il ne s’agit en aucun cas d’une dissertation sur cette maladie, mais plus d’une évocation plutôt réussie pour poser un contexte "dramatique". Le plus gros bémol ? Les enfants atteints de progeria dépassent rarement 1 m 10… soit 70 cm de trop pour Amitabh !

Loin d’être larmoyant comme on aurait pu le craindre, Paa n’en reste pas moins très émouvant. Les liens qui se tissent peu à peu entre les deux hommes mettent du baume au coeur, mais le plus touchant reste la relation mère-fils, réellement au centre de ce film. Vidya Balan tient là son meilleur rôle depuis Parineeta, en incarnant cette jeune fille qui se révèle être d’une force incroyable. Les deux protagonistes font un enfant sans être mariés, pas évident encore dans un film indien, et c’est là qu’il se distingue, puisqu’il n’y a aucun jugement moral de la part du réalisateur. La scène dans laquelle Vidya annonce à sa mère sa grossesse et le fait que le père de l’enfant n’en veut pas, est vraiment touchante. A noter également que c’est une femme indépendante, une mère aimante mais aussi un médecin compétent, conciliant donc sans peine vie de mère et vie professionnelle. Voilà un bien joli portrait de femme, comme on en voit bien trop peu, merci monsieur Balki !
Abhishek incarne avec assez d’aisance ce politicien de la nouvelle génération, la complicité avec Amitabh est plus qu’évidente, et son couple avec Vidya fonctionne parfaitement. Mais c’est bien entendu un Amitabh des plus en forme qui porte le film sur ses épaules, faisant oublier très rapidement Big B la superstar pour laisser place à l’adorable Auro.

Malgré tout, le film souffre de quelques longueurs, notamment toutes les parties un peu trop politiques du film centrées sur Abhishek, qui desservent le propos et ennuient rapidement. Le film aurait mérité d’être raccourci d’environ une demi-heure pour être vraiment très bon.
Un dernier mot pour souligner l’un des aspects qui contribue à faire de Paa un film vraiment agréable, la superbe musique composée par le Maestro Ilayaraja, avec une mention spéciale pour la très belle Mudi Mudi.

Succès critique comme populaire, Paa a gagné quelques récompenses cette année, notamment les Screen Awards du meilleur acteur pour Amitabh et de la meilleure actrice pour Vidya, prix amplement mérités pour ce film qui ne vous laissera pas indifférents. Effet gorge nouée garanti !

Commentaires
12 commentaires