]]>

Panivizhum iravu

Publié mardi 20 septembre 2005
Dernière modification mercredi 21 septembre 2005
Article lu 395 fois

Par Rédacteur invité

Dossier Mouna Raagam
◀ Nilaave Vaa
▶ Mandram Vantha

Panivizhum iravu nanaindhadhu nilavu
C’est une nuit où tombe la rosée, et la lune se mouille

Ilanguyil irandu isaikkinra pozhudhu
Pendant que deux oiseaux chantonnent

Pooppookkum raappoadhu poongaatru thoongaadhu
Lorsque la fleur s’épanouit cette nuit, le vent ne s’endort point

Vaa vaa vaa…
Viens, viens, viens…

Panivizhum iravu…

Poovilae oru paay poattu paniththuli thoonga
La goutte de rosée étale un drap (en osier) dans la fleur pour s’endormir

Poovizhi imai moodaamal paingili aenga
L’oiseau (c’est-à-dire la fille) souffre que ses paupières de fleurs ne se ferment point

Maalai vilakkaetrum naeram manasil orukoadi baaram
C’est le soir, au moment d’allumer les lampes que le cœur porte un lourd fardeau (le désir)

Thaniththu vaazhndhenna laabam thaevaiyillaadha saabham
Quel est l’intérêt de vivre seul un sort dont on n’a pas besoin

Thanimaiyae poa poa inimaiyae vaa
Solitude, va-t-en et plaisir, viens !

Poovum mullaay maarippoagum
La fleur se transforme en épine

Panivizhum iravu …

Kaavalil nilai kollaadhu thaavidum manadhu
Le cœur passera à travers la surveillance

Kaaranam thunaiyillaamal vaadidum vayadhu
L’âge va se faner sans raison

Aasai kollaamal kollum angam thaalaamal thullum
Le plaisir va nous tuer sans nous tuer et le corps frissonnera

Ennaithth theendaadum moagam idhayam unnoaadu koodum
Le désir va me caresser et le cœur se joindra à toi

Idhayamae oa udhayamoa sol
Mon cœur, est-ce une lutte ?

Neerum vaerum saera vaendum
L’eau et la racine doivent s’unir

Panivizhum iravu…

Gulabi
Commentaires
Pas encore de commentaires