]]>

Pasanga

Traduction : Les gosses

Année2009
LangueTamoul
GenreMasala
RéalisateurPandiraj
Dir. PhotoPremkumar
ScénaristePandiraj
ActeursKishore, Sree Raam, Vimal, Vega Tamotia, Jeyaprakash
Dir. MusicalJames Vasanthan
ParoliersYugabharathi, Thamarai, James Vasanthan
ChanteursShreya Ghoshal, Benny Dayal, Naresh Iyer, M. Balamuralikrishna, Sathyanarayanan, Larson Cyril, Baby K. Sivaangi
ChorégrapheDinesh Kumar
ProducteurM. Sasikumar
Durée158 mn

Bande originale

Naandhaan Goppanda
Oru Vetkam Varudhe
Who’s that Guy
Anbaale Azhagaagum

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Kendra - le 4 janvier 2010

Note :
(7.5/10)

Article lu 940 fois

Galerie

Pasanga, c’est l’histoire de Jeeva, qui épaulé de ses deux redoutables accolytes sème la terreur dans le village, empêchant les honnêtes gens de vivre en paix. Jeeva terrorise tout le monde, même dans sa classe où il est plus craint que respecté, mais où il est obéi au doigt et à l’oeil. Arrive un jour une nouvelle tête, Anbu, qui a tout du héros parfait, gentil, serviable, intelligent, attentionné, propre sur lui, et bouille de tombeur qui ne laisse pas ses camarades indifférentes, lui permettant bien vite de prendre l’ascendant sur Jeeva. Ce qui n’est forcément pas à son goût et mène les deux rivaux à une guerre sans merci pour le pouvoir, renforcé par l’étrange coïncidence qui fait tomber amoureux le jeune oncle d’Anbu de la soeur de Jeeva, ce qui n’était qu’un conflit d’egos prend vite de bien plus grosses proportions…

Rien de nouveau sous le soleil, me direz-vous ? En apparence non, pourtant Pasanga ne raconte pas une histoire de rivalité entre deux jeunes à la fac, mais bien entre deux gamins de CM2.
Pandiraj dont c’est le premier film, invente un nouveau style de héros, pas uniquement destiné aux enfants, loin de là, parce que ce film est bel et bien destiné au plus grand public. Le jeune réalisateur a simplement repris une trame archi-éculée et lui offre un superbe lifting, permettant de raconter la vie pas si tranquille des enfants, pour qui tout problème a autant d’importance que pour un adulte. Pandiraj veut prouver que si les problèmes d’ego mènent à des situations difficiles à l’âge adulte, il en est de même lorsqu’on est enfant, permettant ainsi de ne plus minimiser leurs sentiments.

Pasanga est un film très drôle et attachant, comment s’empêcher de sourire devant les péripéties de ces gamins qui se prennent tant au sérieux, pour qui ne pas être élu chef de classe est perçu comme le plus grand des déshonneurs ? Pandiraj a réalisé un très bon masala auquel il a fait boire une bonne dose d’eau de Jouvence.
Comme tout masala cependant, le film souffre un peu de quelques problèmes de cohérence, notamment sur la fin où le torrent de bons sentiments viendrait presque noyer les efforts d’originalité du réalisateur.

Un film de grande qualité, mais est-ce bien étonnant quand on découvre l’homme qui est derrière tout ça ? Incontestablement homme de l’année du cinéma tamoul, Sasikumar est passé du stade d’assistant-réalisateur totalement inconnu à celui de valeur sûre tant dans la réalisation (grâce au succès de Subramaniapuram), le jeu mais aussi la production, puisque c’est lui qui a financé Pasanga.

Prenez l’une des personnalités du cinéma tamoul les plus en vue du moment, faites-en un producteur, ajoutez un réalisateur novice mais éclairé, une brochette d’acteurs de moins de 12 ans à faire pâlir les plus grands et saupoudrez de quelques adultes à la querelle ou à l’amourette facile, vous obtiendrez un bon Pasanga. Et le conseil qui va avec, ne ratez pas ce film !

Commentaires
1 commentaire