]]>

Players


Bande originale

Jis Jagah Pe Khatam (Players Theme)
Jhoom Jhoom Ta Ja
Ho Gayi Tun
Buddhi Do Bhagwaan
Dil Yeh Bekaraar Kyun Hai
Jhoom Jhoom Ta Hoon Main
Dil Yeh Bekaraar Kyun Hai (Reprise)
Jhoom Jhoom Ta Hoon Main (Film Version)
Jis Jagah Pe Khatam (Remix)
Dil Yeh Bekaraar Kyun Hai (Remix)

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Laurent - le 12 juin 2012

Note :
(7/10)

Article lu 1233 fois

Galerie

Charlie (Abhishek Bachchan) est un voleur chevronné qui considère son activité comme un art. Quand il apprend qu’un train russe va bientôt transporter une quantité d’or astronomique, il décide, avec la bénédiction de son mentor Victor Braganza (Vinod Khanna), de former une équipe de professionnels, composée de sa compagne Riya (Bipasha Basu), du magicien Ronnie (Bobby Deol), de l’expert en explosifs Bilal Basheer (Sikander Kher), du spécialiste en maquillage Sunny Mehra (Omi Vaidya) et du hacker Spider (Neil Nitin Mukesh). Le hold-up réussit mais, par la suite, tout ne va pas se passer comme prévu… et Charlie va avoir besoin de l’aide de Naina (Sonam Kapoor), la fille de Victor, pour un ultime coup.

Quatre ans après le distrayant Race, le duo de metteurs en scène Abbas-Mustan nous propose une version hindi de Braquage à L’Italienne, avec Mark Wahlberg et Charlize Theron (un suspense qui était lui-même un remake du film britannique L’Or Se Barre avec Michael Caine). C’est d’ailleurs l’un des premiers films de Bollywood pour lequel on a payé les droits pour faire le remake.

Comme d’habitude, les deux frères savent nous divertir avec leurs scénarios malins (ici, ils ont d’ailleurs adapté l’intrigue pour qu’elle se déroule en Russie et en Nouvelle-Zélande), mis en images avec une pléiade de vedettes. Dans le rôle principal, Abhishek Bachchan nous confirme son charisme : en meneur d’hommes, il est aussi crédible que Mark Wahlberg. Il est accompagné par Bipasha Basu, au jeu appliqué mais à la forte présence, Sonam Kapoor, charmante et plus naturelle que Bipasha, l’impeccable Neil Nitin Mukesh, et Bobby Deol, qui a déjà montré ces dernières années qu’il pouvait être sobre quand il le fallait. Quant aux rôles moins marquants, Sikander Kher est honnête, Vinod Khanna attachant mais sous-employé, tandis que l’humour d’Omi Vaidya et de Johny Lever (acteur fétiche des réalisateurs dans un double rôle inutile) est tout à fait supportable, même si on aurait préféré qu’il soit plus fin et mieux distillé entre les personnages principaux "non comiques".

N’oublions pas non plus les autres arguments de vente de cette production ; d’abord, l’action : plusieurs séquences, comme le hold-up sur un train en marche, sont agréables à l’oeil, mais auraient gagné à être plus rythmées ; heureusement, on a droit à une longue poursuite finale avec les Mini Coopers, ces petites autos rapides et colorées, emblématiques des deux versions précédentes du film.

Du côté de la bande originale de Pritam, c’est plus décevant : il faut se contenter de quatre chansons "électro-dance" efficaces mais oubliables, qui usent et abusent de parties chantées en anglais, bref : des morceaux musicaux sans grand charme qui vont vite vieillir.

Entendons-nous bien, Players ne vaut aucunement Braquage à L’Italienne, il est plus invraisemblable, plus routinier, et donc moins percutant que le pur film de genre qu’était ce dernier, les réalisateurs aimant depuis toujours bien prendre leur temps pour dérouler leur scénario aux rebondissements réguliers, en divisant sagement le tout en deux grandes parties équilibrées séparées par un entracte ; pourtant, ces artisans réussissent une nouvelle fois à nous concocter un bon divertissement bollywoodien à l’ancienne sans temps mort, plus proche du masala d’action (et encore, il y a notamment moins de poursuites en voiture que dans Race) que du thriller à couper le souffle.

Mêlant suspense grand public, action et chansons glamour, le tout saupoudré d’une raisonnable dose d’humour et de quelques soupçons de mélodrame, Players est ainsi un bon gros film commercial hindi, injustement boudé par le public indien (peut-être à la vue des clips musicaux peu entraînants extraits du film). Un style passé de mode ? On espère que cette hypothèse sera infirmée par la suite de Race, prochaine réalisation d’Abbas-Mustan, qui devrait sortir en Inde début 2013.



Bande-annonce

Commentaires
4 commentaires