]]>

Quand l’amour ne suffit plus… ou les tendances actuelles de Bollywood

Publié lundi 20 novembre 2006
Dernière modification vendredi 24 novembre 2006
News lue 262 fois

Par Eugi

Rubrique News
◀ Familles de stars
▶ Tracas de stars…

Les critiques sont de plus en plus cyniques, la splendeur d’antan n’y est plus, les acteurs semblent s’ennuyer…

Que se passe-t-il à Bollywood depuis quelques temps ? La dernière forteresse au monde où l’amour était encore exalté dans sa plus simple mesure a-t-elle été vaincue ?

Où sont les histoires si naïves et pourtant tellement fraîches qui m’avait attachée, moi, encore nostalgique des Sissi de ma jeunesse, à Bollywood ?

Une page est tournée, et l’année 2006 en est la preuve irréfutable. Les succès mitigés et les mauvaises critiques respectives de Umrao Jaan de JP Dutta et de Vivah de S. Barjatya m’empêchent de penser le contraire.

Parmi les grands succès de l’année, on trouve Krrish (une sorte de Superman) et Don. On recherche de l’action, du mouvement. D’ailleurs, Aishwarya Rai l’a bien compris en troquant rapidement ses tenues splendides de Umrao contre les maillots de bain de Dhoom 2. De même, Priyanka Chopra devrait jouer dans un film de science fiction à grand budget, Love Story 2050, dans lequel elle aurait deux looks différents dans deux périodes différentes.

Dans les mois qui viennent, la seule à jouer un rôle mélo-dramatique sera Rani Mukherjee dans Baabul, le seul film romantique à venir.

Certes, l’Amour sera toujours présent dans les films Bollywood, mais les simples émotions ne suffisent plus, il faut désormais travailler le scénario pour attirer le public.

Hey Baby de Sajid devrait traverser plusieurs continents, Om Shanti Om de Farah Khan sera construit sur deux périodes, l’une pendant les années 70, l’autre pendant la période actuelle, même chose pour Jaan-e-maan actuellement sur les écrans. Mukhbiir de Mani Shankar fera la part belle aux effets spéciaux et à la technologie.

Il faut maintenant que les histoires bougent dans le temps et dans l’espace, qu’elles soient complexes. Fini le temps des gros plans sur les yeux humides de Rekha dans Silsila, qui vous retournaient le cœur complètement.

Une page est tournée, mais la magie restera toujours. C’est ce qu’il faut se dire.

Source : Kanpur Times

Commentaires
Pas encore de commentaires