]]>

Retour sur le salon de l’Inde

Publié mercredi 9 décembre 2009
Dernière modification mercredi 9 décembre 2009
Article lu 1401 fois

Par Gandhi Tata, Guiridja, Kendra

Rubrique Événements
◀ Deepawali aur Halloween : l’étrange projection d’Om Shanti Om
▶ Sortie nationale de My Name Is Khan en France




D’ordinaire, une journée culturelle est l’occasion de découvrir les différentes facettes d’un pays et en tant que visiteur, on a souvent l’impression de survoler et ne pas avoir l’occasion de s’imprégner de cette culture. C’est en tout cas, le sentiment tronqué qu’on avait jusqu’à ce 7 novembre 2009 et cet évènement jouissif que fut la journée de l’Inde à l’Espace Reuilly.




Guiridja :

Samedi en sortant de chez moi, je lève la tête vers le ciel tout gris et me dis : "Mon Dieu, mais qu’est-ce que je fais à 7h du mat’ dehors ?". Je me pose encore la question quand je retrouve Kendra devant l’espace Reuilly, mais l’heure n’est plus aux questions existentielles, c’est qu’on a un stand à préparer et un événement à couvrir.


C’est la première fois qu’un salon de l’Inde est organisé et je suis curieuse de voir qui sont les autres participants. Ainsi, une fois fini l’installation de notre stand, dans le brouhaha ambiant des préparations, je vais fureter un peu et retrouve des noms connus du quartier indien à Paris, mais aussi plusieurs associations caritatives. On pouvait voir des stands de carom, de photos, de bijoux, de dvd, de fleurs… etc. Pendant ce temps sur la scène, les groupes de danse répètent une dernière fois avant le spectacle.


En effet, le salon de l’Inde proposait des stands divers et variés autour de la culture indienne, mais aussi un spectacle composé de plusieurs numéros de danse et de chants ainsi qu’un défilé de mode et, clou du show, une danseuse professionnelle de Baratha Natyam.


Le salon ouvre ses portes à 10h mais il n’y a pas beaucoup de visiteurs le matin et l’affluence se fait sentir à partir de 13h. Le salon est noir de monde, une population hétéroclite et curieuse se presse devant la scène où les numéros de danse et de chants se succèdent, mais aussi devant les stands. C’est vraiment un plaisir de pouvoir rencontrer nos lecteurs et échanger quelques mots avec eux.
Ce qui est très appréciable c’est aussi la qualité des numéros de danse et la variété des styles qui nous ont été proposés durant le salon. En effet, il n’y avait pas que de la danse et de la musique Bollywood, il y avait aussi du bhangra, du tamoul, etc. L’Inde a été survolée du Punjab au fin fond du Tamil Nadu, pour le coup, ce salon portait très bien son nom.


La bonne humeur était de rigueur et c’est vraiment dans une ambiance chaleureuse et conviviale que ce salon s’est déroulé. Pour être restée jusqu’à la clôture du salon, je peux vous certifier que les gens partaient affronter le froid et la pluie de dehors avec un large sourire aux lèvres, un petit bout de l’Inde au fond du cœur.
Ce fut réellement un merveilleux moment d’échange et de partage et c’est avec un immense plaisir que je rempile l’année prochaine pour le prochain salon de l’Inde !




Journal de bord de Kendra :

Après une bonne nuit de sommeil régénératrice de deux petites heures, il est temps pour moi de me préparer à rejoindre mes fantapotes Guiri et GT, RDV est pris à 8h30 devant l’espace Reuilly. Après quelques péripéties et mon quart d’heure habituel de retard (il faut savoir se faire désirer), nous voilà Guiri et moi prêtes à affronter la partie la moins plaisante de journées comme celles-là, la mise en place du stand. Bonne surprise, les organisateurs ont eu la gentillesse de nous octroyer une place juste en face de la scène, la perspective de ne rien rater des spectacles de danse nous permet de terminer dans la bonne humeur la décoration du stand Fantastikindia. Notre but était bien entendu de faire connaître le site aux visiteurs et d’essayer de montrer une vision différente du cinéma indien.


10h30, les stands ne sont pas encore tous tout à fait prêts que déjà les premiers curieux font le tour de la grande salle aménagée. Il y a vraiment de tout et pour tous les goûts, du fleuriste au stand de carom en passant par un centre de beauté !


Avouons-le, la matinée fut un peu longue devant le peu de monde à distraire… Mais comme prévu, dès 13 heures, la salle s’est remplie en quelques minutes et l’espace Reuilly est devenu le plus grand sauna de Paris ! Soulagés, Guiri, GT et moi avons fait de notre mieux pour parler cinéma indien avec des gens toujours très curieux et sympathiques, des lecteurs assidus qui en ont profité pour venir nous passer un petit bonjour et laisser un mot sur le livre d’or et des gens totalement inintéressés qui m’ont permis de rentrer dans le Guinness Book pour le plus grand nombre de vent récolté en une journée !


C’est à ce moment que les spectacles tant attendus ont débuté. La journée de l’Inde portait bien son nom comme le dit Guiri, la programmation musicale était vraiment excellente, alternant la musique du nord avec celle du sud. Quel plaisir de voir la foule apprécier les performances des différentes troupes réunies pour notre plaisir ! Quel plaisir de voir danser du bhangra et juste après un bon dappa ! L’après-midi a été marqué par la chanson de la journée, Marjaani de Billu, sur laquelle chaque troupe a au moins dansé une fois… Au moment où je suis partie vers 17h30, on en était à 4 occurrences !
Tout comme mes camarades, je me languis de l’année prochaine pour retrouver cette bonne ambiance et découvrir la chanson qui remplacera Marjaani !




Les impressions de Gandhi Tata :

La société Raaga France nous a embarqués dans un voyage haut en couleurs où nous étions à la fois hôtes et invités joyeusement comblés. Une expérience unique qui nous a enchantés tout au long de cette journée musicalement bariolée et réellement inoubliable.


Pourtant en début de journée, on était très loin de ce sentiment dithyrambique et pour cause, rien ne semblait tourner rond et le public semblait se faire attendre. Mais toute entreprise passionnée est forcément vouée au succès et ça s’est entièrement vérifié pour cette journée de l’Inde.


Il est rare de voir un plateau d’artistes aussi varié et une sélection de jeunes talents de cette qualité. Cette scène éphémère habillée d’une énorme toile du Taj Mahal, a vu défiler une succession de tableaux somptueux et s’est vu offrir un magnifique bouquet artistique. Pour moi, cette rampe nous a faits voyager dans le temps et l’espace, en nous présentant toute l’étendue artistique de l’Inde d’hier et d’aujourd’hui. Enfin, ce lieu a permis la communion d’un public et de ses artistes, le son des applaudissements faisait autant frissonner que les prestations scéniques.


Chaque public a pu s’y retrouver, et pour ma part, j’ai été heureux de revoir Maria Kiran nous illuminer de sa grâce naturelle et me laisser contaminer par l’énergie des danseurs de dappa. Guiridja a eu beaucoup de mal avec la musique carnatique au départ, mais ce fut un choix judicieux pour le public plutôt distingué qui nous a rendu visite le matin. Je vous assure, l’ambiance s’est nettement réchauffée dans l’après-midi et Guiri en a eu pour ses tympans côté folklo Bolly et Kolly.



J’ai agréablement été surpris par les personnes qui ont visité ce salon, à la fois respectueuses, curieuses et réellement intéressées par la culture indienne dans son ensemble. On associe souvent trop facilement Bollywood et culture indienne, et avec l’essoufflement du premier depuis quelques années, on pouvait craindre le désintérêt pour la deuxième… Eh bien c’est faux ! les gens qu’on a vus sont friands de tout ce qui se rapporte à l’Inde et savent pertinemment qu’il y a beaucoup plus à découvrir de ce pays, et que sa vitrine pailletée qu’est Bollywood, n’est qu’un stéréotype qui ne résume en rien la richesse de cette merveilleuse nation. Côté cinéma, j’ai croisé des visiteurs qui n’ont pas que Shahrukh et Aishwarya à la bouche et c’est plutôt rassurant.


Et pour terminer, on s’est réellement éclatés et comme dirait la jeunesse d’aujourd’hui : « c’était le kiff total », à savoir une jouissance unanime et partagée par tous. L’organisation était exemplaire et à voir le président de Raaga France, Maurice Gérart, et ses collaborateurs courir dans tous les sens, la tâche semblait vraiment ardue et ils se sont pliés "en je-ne-sais-combien" pour nous offrir cet événement mémorable.



En rendant hommage au staff de ce salon, je souhaite également remercier nos fantapotes Guiri et Kendra qui ont été de charmantes et énergiques hôtesses qui ont fait du stand de Fantastikindia, un endroit où il faisait bon passer. Un vrai talent pour insuffler la bonne humeur je vous le dis !!! Bravo à Kendra et Guiri ;)


On aime beaucoup conclure la plupart de nos textes, mais on aimerait ne pas conclure celui-ci, car on souhaite retrouver la bonne humeur qui nous a envahis durant ce merveilleux moment et on espère de tout cœur que cette journée soit la première édition d’un événement qui deviendra très vite incontournable. En remerciant une fois de plus la société Raaga France pour son travail exemplaire, nous sommes sûrs que cette journée de l’Inde a marqué les esprits comme une référence, et vivement la prochaine !



La suite des vidéos :



Commentaires
4 commentaires
Galerie