]]>

Rudraksh (review)

Traduction : Le pouvoir de posséder

Bande originale

Ishq Khudai
Ishq Hai Nasha Nasha
Dil Ki Aahein
Kya Dard Hai
Rudraksh
Rak-rak-rak
Ishq Khudai- Remix
Bole - Dole
Kya Dard Hai - Instrumental

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Laurent - le 26 septembre 2005

Note :
(4.5/10)

Article lu 1010 fois

Depuis le succès de Koi… Mil Gaya, Bollywood se met à la science-fiction. Rudraksh se veut une nouvelle version du Ramayana à la sauce Matrix. Sanjay Dutt y joue un guérisseur doté de pouvoirs paranormaux qui doit affronter dans un monde parallèle Suniel Shetty, son double maléfique détenteur du Rudraksh, une larme de Shiva aux vertus magiques. Le casting est d’ailleurs assez improbable, et même l’imposant Kabir Bedi est affublé d’un rôle et d’une perruque ridicules.

L’argument de vente du film était la présence record de 75 minutes d’images de synthèse, qui constituent la majeure partie des décors. On trouve même des effets spéciaux numériques dans un clip où le couple de méchants semble invoquer des démons, avec un Suniel Shetty en lévitation dont les yeux scintillent ; la chanson en question est une suite d’incantations entrecoupées de cris gutturaux (d’où son titre : Rak Rak Rak).

On remarque aussi des références à la culture gothique : parmi les images subliminales qui marquent le passage d’un monde à l’autre, on entraperçoit des dessins de l’auteur de B.D. Luis Royo, des portraits de femmes au visage lacéré portant des casques organiques qui s’enfoncent dans leur front et leur tête. Un autre exemple : dans une scène, Sanjay Dutt a sur le visage une sorte de papillon dont les ailes noires recouvrent ses yeux aux iris rouges, ce qui fait penser aux "peintures de guerre" arborées par les chanteurs de métal depuis Alice Cooper. On retrouve d’ailleurs cette inspiration dans un film comme Karam dans lequel le ténébreux John Abraham, grâce à un maquillage noir très élaboré, est le temps d’une scène le sosie du shock-rocker Marilyn Manson.

Cependant ces influences originales restent secondaires, et Rudraksh reste avant tout un objet filmique non identifié plein d’incohérences et de références ésotériques, réservé aux inconditionnels du style Matrix qui fait toujours fureur à Bollywood…

Commentaires
Pas encore de commentaires