]]>

Saamy (review)


Année2003
LangueTamoul
GenresFilm d’action, Masala
RéalisateurHari
Dir. PhotoPriyan
ScénaristeHari
ActeursVikram, Trisha, Vivek , Kota Srinivasa Rao, Vijayakumar, Delhi Ganesh
Dir. MusicalHarris Jeyaraj
ParoliersNa. Muthukumar, Snehan, Thamarai
ChanteursKK, Hariharan, Tippu, Mahathi, K. S. Chithra, Sriram Parthasarathy, Yugendran, Srilekha Parthasarathy, Komal Ramesh
ChorégrapheDinesh Kumar
ProducteurPushpa Kandaswamy
Durée161 mn

Bande originale

Aarumuga Saamy
Idhuthaanaa
Kalyaanam Thaan Kattikittu
Pudichirukku
Veppamaram

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Ganesh - le 8 octobre 2005

Note :
(4/10)

Article lu 1487 fois

Parfois, l’écoute de la bande originale, la vue des clips et de la bande annonce d’un film nous font dire :" Waouh il a l’air terrible ce film, il faut que je le voie ». On est d’autant plus enthousiaste que l’on retrouve au générique l’un des meilleurs acteurs de Kollywood et que le film est le plus gros succès tamoul de l’année. Et on ressort du cinéma parfois content, mais le plus souvent gravement déçu. Malheureusement Saamy, super hit en 2003, fait partie de la seconde catégorie.

Pourtant le film a de sérieux atouts dans sa manche : ses chansons et ses scènes comiques, un Vivek excellent dans sa critique du rigorisme des bramines (aucun lien avec le film !), un personnage principal innovant. Fini le flic consciencieux et humain, ici Aarusaamy (Vikram), le commissaire en chef du district de Tirunelveli est un ripoux qui le clame haut et fort (« nae oru porriki » = je suis un salopard). Il accepte les pots de vin des bandits, n’hésite pas à faire justice lui-même en employant ses hommes, tout cela au mépris de la loi qu’il est pourtant censé appliquer. Bref, il se comporte plus comme un parrain de la mafia (genre Sarkar ou Nayakan) que comme un flic. Alors qu’on tiendrait là un bon sujet sur la justice à deux vitesses en Inde, le film part en vrille totale après un premier quart d’heure prometteur, les scènes (baston, humour, chanson) se suivent sans se soucier d’une quelconque cohérence. A défaut d’un bon scénario, a-t-on au-moins un bon film masala ?

« Un méchant réussi augure d’un bon film », disait Hitchcock. Hélas, ici et contrairement à Dhool et Ghilli, le vilain joué par Kota Srinivasarao a plus l’air d’un bouffon que d’un dangereux politicien véreux. Les scènes de combat ? Elles seraient sans doute brillantes, si la réalisation n’était pas pitoyable.

Au final, Saamy est donc un film médiocre qui doit son succès à l’effet Dhool, à la popularité de Vikram, aux sketches de Vivek (heureusement ils occupent le tiers du film) et surtout à sa chanson phare : « Kalyananthan », numéro 1 des charts en 2003.

Commentaires
1 commentaire