]]>

Semaine consacrée à l’Islam en Inde

Publié mardi 3 novembre 2015
Dernière modification mardi 3 novembre 2015
News lue 141 fois

Par Madhuri

Rubrique News
◀ Pourquoi Shah Rukh Khan nous fait craquer
▶ [Edit 04/11] Jazbaa, le retour d’Aishwarya Rai, en France

L’Ecole Normale Supérieure de Paris va consacrer une semaine à L’Inde et l’Islam du 9 au 13 novembre 2015.

Au programme : conférences, exposition photographique, films et concert, de quoi se plonger dans la culture musulmane indienne jusqu’au cou !

« I am patriot, I am nationalist, I am born Hindu », annonçait l’actuel premier ministre de l’Inde, Narendra Modi, lors de sa campagne pour les élections de 2013. Son parti, le BJP (Parti du Peuple Indien) a toujours placé l’hindouisme au centre de l’indianité. Cette identification de l’Inde et de l’hindouisme n’est pas une innovation du nationalisme hindou contemporain : elle constituait par exemple un élément central du regard orientaliste qu’un certain nombre d’occidentaux portaient sur l’Inde aux dix-huitième et dix-neuvième siècles. À un âge d’or antique, temps glorieux des Véda, aurait succédé un Moyen Âge obscur marqué par les invasions musulmanes, avant la renaissance et le progrès portés par la « mission civilisatrice » des colonisateurs : tel était le schéma dominant de l’historiographie coloniale, en grande partie calqué sur le modèle tripartite européen, et largement repris après l’Indépendance dans les manuels scolaires indiens. Or, les contacts de l’islam avec le monde indien ne datent pas d’une hypothétique « ère musulmane » moyenâgeuse : les confrontations, conflits, échanges et synthèses entre l’Inde et l’islam remontent au tout début de cette religion.

Cette semaine indienne sera l’occasion de remettre en question deux idées assez répandues : celle d’une Inde principalement hindoue, et celle d’un islam principalement arabe ; idées qui reflètent peut-être indirectement ce que Marc Bloch a appelé la « hantise des origines ». L’impression qu’il suffirait pour comprendre tel ou tel phénomène de mentionner d’où il vient rejoint en partie la tendance à associer systématiquement une culture ou une religion à son lieu de naissance. Pour notre part, nous souhaitons nous intéresser aux intersections autant qu’aux lignes, aux carrefours autant qu’aux routes, aux mets autant qu’aux ingrédients et à la chimie qui les transforme. Si le monde indien est d’une si grande richesse et d’un si grand intérêt, c’est parce qu’il est depuis très longtemps une zone de contact, rendant visible les multiples façons dont les idées et les pratiques sociales se rencontrent, s’affrontent et s’influencent.

Retrouvez le programme détaillé de cette semaine exceptionnelle sur http://www.ens.fr/actualites/agenda/article/semaine-indienne-2016 et suivez l’actualité de l’association INDIAS sur https://www.facebook.com/indiasENSUlm.

PDF - 1.2 Mo
Commentaires
Pas encore de commentaires