]]>

Shabana Azmi

Fonction : actrice
De son vrai nom : Shabana Kaifi Azm
Née le : 18 septembre 1950 (68 ans)
à : New Delhi (Delhi)
Nationalité : indienne
Famille : mariée depuis le 9 décembre 1984 au parolier et poète Javed Akhtar, belle-mère de Farhan Akhtar, tante de l’actrice Tabu.

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La biographie de Fantastikindia

Par Maya - le 28 mai 2009

Dernière mise à jour le 26 juillet 2015

Article lu 4513 fois

Galerie

Le père de Shabana Azmi, Kafi Azmi, était un grand poète ourdou qui écrivait aussi des paroles de chansons pour le cinéma, il écrivit notamment les chansons de Kaagaz Ke Phool, le classique de Guru Dutt. La mère de Shabana, Shukat Azmi, toujours en vie, était comédienne et faisait partie d’une troupe de théâtre.
Son père était communiste et reversait au parti tout ce qu’il gagnait, il n’y avait donc pas beaucoup d’argent à la maison mais Shabana garde un excellent souvenir de son enfance, des soirées entre poètes et syndicalistes, lutte ouvrière et répétitions. Pendant les vacances, sa mère l’emmenait en tournée et c’est sans doute là qu’elle a fait ses premiers apprentissages.

Shabana Azmi fait des études de psychologie à Mumbai avant d’apprendre son métier d’actrice au renommé Film and Television Institute of India, à Pune. Elle en sort médaille d’or et commence à tourner dès le lendemain.

Sa carrière se partage entre le cinéma d’auteur, le cinéma commercial et l’activisme social, ce qui lui donne une place particulière dans l’industrie du film et dans le cœur du public : n’ayant jamais eu l’image de la star glamour à la mode, elle échappe totalement aux clichés des carrières féminines qui culminent entre 25 et 30 ans, et au diktat de l’âge. La carrière de Shabana Azmi est étonnamment régulière : elle a tourné environ 130 films, dont 87 depuis l’âge de 30 ans, l’âge auquel la carrière des autres généralement décline. Elle dit apprécier les scénarios qu’on continue à lui proposer, qu’elle trouve souvent très originaux, contrairement à d’autres actrices de son âge qui regrettent le manque d’imagination des scénaristes. Shabana Azmi est différente. Si aujourd’hui on lui propose autre chose que des seconds rôles de mères effacées, c’est grâce à son talent mais aussi à ses choix atypiques.

Shabana Azmi et le cinéma d’auteur


La carrière de Shabana Azmi est indissociable d’un courant de cinéma différent né en même temps qu’elle au Bengale dans les années 50 avec Satyajit Ray, Ritwik Ghatak, Bimal Roy, Chetan Anand, V. Shantaram. Un cinéma social, réaliste et sobre. Dans les années 70, des réalisateurs comme Shyam Benegal, Mrinal Sen, Deepa Mehta, Mahesh Bhatt prennent le relais. Dans ce cinéma parallèle ou nouvelle vague indienne, pas de clip, pas de romantisme exacerbé, mais un réalisme qui s’attache à montrer la société et les êtres humains, tels qu’ils sont.

Le premier film de Shabana Azmi marque aussi le vrai début de carrière de Shyam Benegal, en 1974 : Ankur. Le film rencontre un grand succès critique et populaire et elle gagne un National Award de la meilleure actrice. Ils feront cinq films ensemble dont Nishant en 75 et Junoon en 78 avec Shashi Kapoor. Swami en 77 de Basu Chatterjee lui rapporte son deuxième Filmfare Award de la meilleure actrice. L’actrice tourne aussi pour Satyajit Ray dans Les Joueurs d’échecs, pour Mrinal Sen dans Kandhar (National Award de la meilleure actrice), Genesis, Ek Din Achanak.

Son alter ego masculin est Naseeruddin Shah, très impliqué lui aussi dans le cinéma d’auteur. Ils partagent l’affiche de Albert Pinto Ko Gussa Kyon Ata Hai de Saeed Akhtar Mirza en 80, Masoom de Shekhar Kapoor en 83, un classique dans le genre, Paar de Goutam Ghose en 84, qui remporte le Filmfare Award du meilleur film, et où les deux acteurs gagnent les National Awards des meilleurs acteur et actrice, en interprétant un couple qui essaie de survivre dignement dans un bidonville. On les retrouve ensemble dans Libaas de Gulzar, Ek Pal de Kalpana Lazmi, et Mandi de Shyam Benegal où joue également Smita Patil, autre actrice fétiche du cinéma d’auteur, disparue trop tôt.

JPEG - 39.6 ko
Libaas

Le cinéma d’auteur propose à Shabana Azmi des films centrés sur le personnage féminin, ce qui est rare dans le cinéma commercial. Mais ces films restent confidentiels, le public est restreint, aujourd’hui ils ne sont que rarement distribués et édités en DVD.

Shabana Azmi et l’activisme social


JPEG - 35.1 ko
Davos

Mahesh Bhatt en 82 offre à Shabana Azmi un de ses plus beaux rôles, dans Arth  : une jeune femme abandonnée par son mari qui se prend en main et construit sa vie sans dépendre d’autrui. Ce rôle marque un tournant dans la vie de l’actrice : des centaines de femmes lui écrivent, viennent la voir pour qu’elle les aide à résoudre les problèmes de leur couple. Elle réalise alors que son statut peut effectivement donner du poids à ses actions. Elle décide de s’engager dans la vie associative et la vie politique, pour exprimer la voix des plus démunis, pour dénoncer les injustices, pour essayer de faire bouger les choses pour les femmes, la santé, les sans-abris, les malades atteints du sida, l’extrémisme religieux de tous bords.
Elle est nommée députée pendant plusieurs années par le gouvernement, mais ne veut appartenir à aucun parti et ne se définit pas comme femme politique, plutôt comme activiste sociale indépendante, gardant ainsi toute sa liberté d’expression.

C’est en tournant Paar dans un bidonville, qu’elle réalise en devenant amie avec une femme qui y vit, la réalité de ses habitants. Elle crée alors l’association Nivara Hakk ("Le droit à un toit"), qui se bat pour les droits des habitants des bidonvilles. L’organisation est venue au secours de 100 000 personnes et a construit 12 000 logements. Lors de la destruction d’un bidonville à Bombay en 1986, elle a fait une grève de la faim pour que le gouvernement fasse don de ce terrain aux gens dont il avait détruit les habitations. Pour elle, détruire par bulldozer les bidonvilles ne fait qu’aggraver la situation car les gens expulsés construisent d’autres bidonvilles, encore plus démunis, encore plus loin de la ville. Là où ils avaient l’eau et l’électricité, ils ne l’ont même plus. Les grandes villes comme Delhi et Mumbai attirent les paysans et sont capables de leur donner du travail, mais pas un toit : à Mumbai 70 % de la population vit dans les bidonvilles ! (voir interview pour BollySpice)

Elle se bat aussi pour les femmes :"En une semaine en Inde, le nombre de femmes qui meurent des suites d’un accouchement, correspond au nombre d’une année en Europe. 70% de ces décès pourraient être évités."

Shabana Azmi est la première personnalité indienne à avoir reçu en 2006 à Londres le Gandhi Peace Prize pour son travail d’activiste sociale (Mandela et le dalaï-lama font partie des lauréats). Elle est également ambassadrice de l’Unicef.

Shabana Azmi et le cinéma commercial


L’actrice n’a jamais refusé de faire partie du cinéma commercial, mais à part quelques exceptions comme la comédie Amar Akbar Anthony en 1977, ses choix se portent plutôt sur des films politiques et sociaux, comme Main Azaad Hoon avec Amitabh Bachchan en 1989. Bhavna de Pravin Bhatt en 84 lui rapporte un Filmfare Award de la meilleure actrice, elle joue dans l’original thriller de Vidhu Vinod Chopra, Khamosh. En 1999 elle remporte son 5ème National Award de la meilleure actrice pour Godmother, un film de Vinay Shukla où elle joue un chef de gang. La frontière entre cinéma commercial et cinéma d’auteur est de plus en plus floue, de plus en plus de films du cinéma commercial diversifient leurs scénarios et se passent de chansons, certains se rapprochent de la sobriété des films d’auteur, comme Sati d’Aparna Sen où elle joue le rôle d’une jeune muette victime de croyances populaires.

Shabana Azmi fait partie des actrices fétiches de Deepa Mehta, elle est la narratrice de Earth, elle est Radha amoureuse de sa belle-soeur (Nandita Das) dans Fire, elle devait tourner Water avec Nandita Das. Elle s’était rasé les cheveux, le tournage devait commencer à Bénares mais le thème dérangeait, les associations religieuses extrémistes ont menacé d’agir et les autorités craignant les débordements ont empêché le tournage d’avoir lieu et ont incité l’équipe à quitter la ville. Lorsque Deepa Mehta a remonté son projet, elle l’a fait très discrètement, au Sri Lanka, et avec d’autres actrices pour mieux brouiller les pistes. C’est Seema Biswas qui tient le rôle qu’aurait dû jouer Shabana Azmi.

JPEG - 11.4 ko
Conférence de presse Water

Parmi ses films marquants de la dernière décennie, on peut citer Tehzeeb où elle interprète une célèbre chanteuse à qui sa fille (Urmila Matondkar) reproche d’avoir sacrifié sa famille. Dans Honeymoon Travels Pvt. Ltd. elle joue le rôle d’une femme remariée. Dans le remake d’Umrao Jaan elle incarne la tenancière de l’établissement. Dans 15 Park Avenue d’Aparna Sen en 2005 elle est la sœur aînée, pivot de la famille. Dans Sorry Bhai elle est la belle-mère pas facile.

Shabana Azmi et le cinéma international


Shabana Azmi est connue internationalement, autant pour ses qualités d’actrice que pour son engagement car elle intervient régulièrement dans des conférences, des colloques internationaux et des universités américaines.
Elle a joué dans six films occidentaux, dont la plupart traitent de la mixité des cultures : Madame Sousatzka en 1988, un film de John Schlesinger avec Shirley MacLaine ; La Nuit Bengali en 1988 de Nicolas Klotz, avec Hugh Grant, une coproduction franco-suisso-britannique, Sidestreets en 98 de Tony Gerber, avec Shashi Kapoor.
C’est sans doute City of Joy (La Cité de la Joie) en 1992, un film de Roland Joffé tiré du célèbre livre de Lapierre et Collins, qui la rapproche le plus de son activité sociale.

Commentaires
4 commentaires
Filmographie sélective

2012 - Midnight’s children de Deepa Mehta

2012 - Matru Ki Bijlee Ka Mandola de Vishal Bhardwaj avec Pankaj Kapoor, Imran Khan et Anushka Sharma

2010 - It’s a Wonderful Afterlife de Gurinder Chadha

2010 - Sadiyaan de Raj Kanwar avec Rekha, Rishi Kapoor et Hema Malini

2008 - Sorry Bhai ! de Onir avec Boman Irani, Sharman Joshi

2007 - Honeymoon Travels Pvt. Ltd. de Reema Kagti avec Boman Irani, Kay Kay Menon, Raima Sen, Amisha Patel, Diya Mirza

2007 - Dus Kahaniyaan de Sanjay Gupta, Hansal Mehta, Apoorva Lakhia, Meghna Gulzar, Jasmeet Dhodhi, Rohit Roy. Avec Nana Patekar, Sanjay Dutt, Suniel Shetty, Shabana Azmi, Jimmy Shergill, Manoj Bajpai, Diya Mirza, Mahesh Manjrekar, Neha Dhupia, Dino Morea, Aftab Shivdasani, Neha Oberoi, Anupam Kher. Musique de Pritam Chakraborty.

2006 - Umrao Jaan de JP Dutta avec Aishwarya Rai, Abhishek Bachchan, Kulbhushan Kharbanda, Divya Dutta

2005 - 15 Park Avenue d’Aparna Sen avec Konkona Sen Sharma et Rahul Bose

2003 - Tehzeeb de Khalid Mohamed avec Urmila Matondkar, Diya Mirza, Arjun Rampal, Rishi Kapoor. Musique d’AR Rahman.

1999 - Godmother de Vinay Shukla avec Milind Gunaji

1997 - Saaz de Sai Paranjape avec Aruna Irani. Musique de Zakir Husain.

1997 - The Death Sentence - Mrityu Dand de Prakash Jha avec Madhuri Dixit

1996 - Fire de Deepa Mehta avec Nandita Das, Kulbhushan Kharbanda, Vinay Pathak

1994 - In Custody d’Ismail Merchant, avec Shashi Kapoor

1993 - Le fils de la panthère rose de Blake Edwards avec Roberto Benigni et Claudia Cardinale

1992 - La Cité de la Joie de Roland Joffé avec Patrick Swayze, Om Puri

1992 - Dharavi de Sudhir Mishra avec Madhuri Dixit, Om Puri, Anjana, Raghuvir Yadav

1989 - Main Azaad Hoon de Tinnu Anand avec Amitabh Bachchan, Anupam Kher

1989 - Sati d’Aparna Sen avec Arun Bannerjee

1988 - La nuit bengali de Nicolas Klotz avec Hugh Grant

1988 - Madame Sousatzka de John Schlesinger avec Shirlay MacLaine

1988 - Libaas de Gulzar ave Naseeruddin Shah

1988 - Pestonjee de Vijaya Mehta avec Naseeduddin Shah, Anupam Kher et Kirron Kher

1987 - Itihaas de V. Joshi avec Raaj Kumar et Anil Kapoor

1986 - Ek Pal de Kalpana Lazmi avec Naseeruddin Shah

1985 - Khamosh de Vidhu Vinod Chopra avec Amol Palekar, Sudhir Mishra

1984 - Bhavna de Pravin Bhatt avec Marc Zuber, Saeed Jaffrey

1984 - Khandhar de Mrinal Sen avec Naseeruddin Shah

1984 - Paar de Goutam Ghose avec Naseeruddin Shah, Om Puri

1983 - Mandi de Shyam Benegal avec Smita Patil, Naseeruddin Shah, Kulbhushan Kharbanda, Om Puri. Musique de Vanraj Bhatia

1983 - Masoom de Shekhar Kapur avec Naseeruddin Shah, Tanuja

1982 - Arth de Mahesh Bhatt avec Smita Patil, Kulbhushan Kharbanda, Raj Kiran

1982 - Ashanti d’Umesh Mehra avec Zeenat Aman, Parveen Babi, Mithun Chakraborty

1980 - Albert Pinto Ko Gussa Kyon Ata Hai de Saeed Akhtar Mirza avec Naseeruddin Shah, Smita Patil, Om Puri

1978 - Junoon de Shyam Benegal avec Shashi Kapoor, Jennifer Kendal, Naseeruddin Shah, Kulbhushan Kharbanda

1977 - Shatranj Ke Khilari (Les Joueurs d’échecs) de Satyajit Ray avec Sanjeev Kumar, Saeed Jaffrey, Farida Jalal

1977 - Amar Akbar Anthony de Manmohan Desai avec Vinod Khanna, Rishi Kapoor, Amitabh Bachchan, Neetu Singh, Parveen Babi. Musique de Laxmikant-Pyarelal.

1977 - Swami de Basu Chatterjee avec Dharmendra

1975 - Nishant de Shyam Benegal avec Naseeruddin Shah, Amrish Puri, Smital Patil

1974 - Ankur de Shyam Benegal.