]]>

Son épouse, dernières chances ?

Publié mercredi 26 mars 2014
Dernière modification mardi 25 mars 2014
News lue 532 fois

Par Savoy1

Rubrique News
◀ [Edit 25/03] : Les femmes arrivent !
▶ [Edit 28/03] Inam : devenir adulte pendant la guerre civile

Je reviens d’une projection de Son épouse. Certainement l’une des dernières séances, pour ce film sorti la semaine dernière. Une rencontre entre le cinéma d’auteur franco-belge et l’Inde.

Un coin de campagne francophone. Un drame humain, une séparation. Catherine n’est jamais rentrée à la maison. Un jour, Joseph reçoit un coup de fil, le corps de l’aimée a été retrouvée noyée sur une plage près de Madras. Une jeune mariée prétend être possédée par l’esprit de cette dernière. Le veuf se rend au Tamil Nadu.

L’apaisement, l’acceptation, sont au bout du chemin. Il en est ainsi, là-bas, pour qui sait voir au-delà des préceptes religieux. Le fou, c’est l’un des nôtres. Le coupable, comme l’étranger, également.

La photo est superbe. Qui saisit, toute en contrastes, les teintes de l’aube, et du crépuscule. La lumière écrasante du soleil. L’ambiance sonore, entre klaxons et frémissement de l’eau, est à l’unisson.

En fait, j’ai pas envie de parler. Je suis encore, là-bas, dans ma tête. Je me force à écrire, pour vous inciter à aller à la rencontre de ce film. S’il n’est pas trop tard, définitivement.

Pour se renseigner sur les séances près de chez vous : Allociné.

Commentaires
8 commentaires
En réponse à Ferdinand LACOUR - le 24/12/2017 à 02:40

SON ÉPOUSE est sorti une dizaine de jours avant le printemps 2014. A l’époque, sa sortie est restée presque "confidentielle".

Laissez un commentaire :

Ferdinand LACOUR le 24/12/2017 à 03:35

Un bel hommage pour l’éternel MGR, voilà, disparût 30 ans déjà, aujourd’hui (au petit matin du jeudi 24 décembre 1987)…

Ferdinand LACOUR le 24/12/2017 à 03:29

"Ninaikka Therinda Maname…" revient pour clôturer le film, devenant ainsi le générique de fin de SON ÉPOUSE…

Ferdinand LACOUR le 24/12/2017 à 03:21

On peut y voir, d’ailleurs, un très court extrait, quand la belle Dévicka le chante. Cela se passe au moment où la compagne du dealer Dieter (Jeroen Perceval) est en train de la regarder à la télévision…

Ferdinand LACOUR le 24/12/2017 à 03:05

Le sujet était intéressant. J’étais très content que le compositeur du film (Siegfried) choisisse d’intégrer dans sa bande originale, le mélancolique "Ninaikka Therinda Maname…" extrait du suspense tamoul, ANANDA JOTHI (1963) de V.N.Réthy et A.S.A.Samy, avec l’icône MGR, en tête d’affiche, suivi de la belle comédienne Dévicka et de la star Kamal Hassan (en culotte courte, à l’époque). Les paroles sont du fameux poète Kannadhassan, sa musique du légendaire binôme, M.S.Visuwanadhan et T.K.Ramamoorthy

Ferdinand LACOUR le 24/12/2017 à 02:40

SON ÉPOUSE est sorti une dizaine de jours avant le printemps 2014. A l’époque, sa sortie est restée presque "confidentielle".

Ferdinand LACOUR le 24/12/2017 à 02:32

Ce drame est passé à la télévision, sur France 3, en deuxième partie de soirée, vers 23 heures 35, le mardi 19 décembre 2017…

Fabrice le 28/03/2014 à 10:01

Très peu distribué, j ai eu l occasion de voir ce film au ciné d Acheres il y a deux semaines. Un peu trop lent à mon goût, et une fin qui laisse le débat sur la possession ouvert.Laissant les spectateurs venus avec leurs interrogations repartirent avec. Connaissant pourtant assez bien le Tamil Nadu, j ignorais qu il existait de tel endroit pour les possèdes. Ce film devrait passer à terme sur Canal + et France 3.

BALK le 26/03/2014 à 15:22

Un film courageux car parler de la folie et de l’addiction à la drogue sont des sujets très peu traités au cinéma. C’est un film qui ose parler de l’amour alors que l’un au moins des protagonistes est dans une fragilité extrême… Les acteurs sont d’une justesse bouleversante. Charlotte Gainsbourg est hyper naturelle et le rôle de la possédée indienne irradie l’image et porte le film de façon magistrale ! Sujet difficile traité avec une grande honnêteté mais pas facile à voir par tout le monde ! En sortant de la séance, on réfléchit encore aux scènes car elles sont très fortes et marquent l’imaginaire.