]]>

[Edit 14/08] Sortie de Jigarthanda en France

Publié jeudi 14 août 2014
Dernière modification jeudi 14 août 2014
News lue 518 fois

Par Gandhi Tata

Rubrique News
◀ [Edit 08/08] Sortie de Vellai Illa Pathadari en France
▶ Happy New Year, la bande-annonce

[Edit 14/08] : Et de 3 pour Jigarthanda ! Le polar comique revient pour une 3ième semaine, toujours en VO sous-titrée en anglais, au Publicis Cinémas, Paris 8.



[Edit 06/08] : Devant l’énorme succès du film en Inde, et la réussite des séances en avant-première, le week-end dernier, Jigarthanda revient pour une semaine en VO sous-titrée en anglais. Le film sera projeté tous les jours du 6 au 12 août à 15h10 au Publicis Cinémas, Paris 8.



L’industrie du cinéma tamoul est depuis un moment, la chasse gardée de quelques grands noms et il est très dur pour un débutant d’y faire son trou. Lorsque Karthik Subbaraj, jeune réalisateur issu de la toile, et connu pour ses court-métrages sur Youtube, surprend ce monde fermé avec Pizza en 2012, il est loin de réaliser l’ampleur de son exploit.

Ce jeune cinéaste a tout simplement ouvert la voie à une nouvelle génération de créateurs qui vont faire le bonheur des producteurs en réalisant des succès avec de petits moyens. On peut vous citer des films rapidement devenus cultes comme Soodhu Kavvum, Neram et Attakathi, ainsi que des acteurs élevés au rang de stars, comme Vijay Sethupathi et Bobby Simha.

Après le thriller horrifique, Karthik Subbaraj revient avec sa nouvelle réalisation intitulée Jigarthanda. Présenté comme un film de mafieux décalé et musical, Jigarthanda alias De sang froid en français, aura un casting composé de deux jeunes stars et d’un acteur prometteur qui est très attendu ici. Siddharth et Lakshmi Menon tiendront le haut de l’affiche, avec un Bobby Simha méconnaissable en gangster véreux et violent.


Pour ceux qui ne connaissent pas, le Jigarthanda est une spécialité culinaire de la région de Madurai. En effet, c’est un dessert avec un cœur glacé et ce titre n’a pas été choisi au hasard, puisqu’il permet de présenter une autre spécialité locale : la violence.


Karthik Subbaraj a une nouvelle fois fait appel à son acolyte Santhosh Narayanan pour la bande originale, après le succès de l’album de Pizza. Cette association n’a pas déçu, car la BO cartonne depuis quelques semaines dans les bacs.

Avant la sortie nationale en novembre 2014, notre partenaire Aanna Films, vous propose de découvrir Jigarthanda en avant-première, les 2 et 3 août 2014 à 11h au Publicis. Ne loupez pas ces 2 séances exceptionnelles ! Pour plus d’infos : cliquez ici

Nous vous rappelons que Jigarthanda est interdit aux moins de 12 ans et qu’il sera projeté en VO sous-titrée en anglais, les 2 et 3 août 2014.

Commentaires
2 commentaires
En réponse à savoy1 - le 16/08/2014 à 15:05

Qu’est-ce que c’est que cette accroche sur l’affiche : "Un film de gangster musical" ??!! Et pour semer encore un peu plus le trouble, notre rapporteur Gandhi Tata d’ajouter : "polar comique" !!! De quoi hésiter : j’y vais (musical) ? j’y vais pas (comique) ?

Et comme souvent, au pays tamoul, c’est ni l’un ni l’autre. Même si l’on y chante et danse au détour d’une soirée arrosée. Même si l’on y rit à gorge déployée lors d’un quart d’heure mémorable.

Détournement dérisoire de la citation : "Si la légende est plus belle que l’histoire, imprimez la légende", il s’agit ici d’un énième film sur, et pour, le cinéma. Sur la représentation, le jeu. La peur, le respect. Être soi ou pas. Tout ça sur fond de mafia à Madurai.

Même s’il n’en arrive pas à la cheville (bien trop long et distendu pour cela), à classer illico auprès du "Why don’t you play in hell" de Sono Sion, sorti l’année dernière, brûlot anar sur les derniers feux du cinoche de genre yakuza.

Laissez un commentaire :

savoy1 le 16/08/2014 à 15:05

Qu’est-ce que c’est que cette accroche sur l’affiche : "Un film de gangster musical" ??!! Et pour semer encore un peu plus le trouble, notre rapporteur Gandhi Tata d’ajouter : "polar comique" !!! De quoi hésiter : j’y vais (musical) ? j’y vais pas (comique) ?

Et comme souvent, au pays tamoul, c’est ni l’un ni l’autre. Même si l’on y chante et danse au détour d’une soirée arrosée. Même si l’on y rit à gorge déployée lors d’un quart d’heure mémorable.

Détournement dérisoire de la citation : "Si la légende est plus belle que l’histoire, imprimez la légende", il s’agit ici d’un énième film sur, et pour, le cinéma. Sur la représentation, le jeu. La peur, le respect. Être soi ou pas. Tout ça sur fond de mafia à Madurai.

Même s’il n’en arrive pas à la cheville (bien trop long et distendu pour cela), à classer illico auprès du "Why don’t you play in hell" de Sono Sion, sorti l’année dernière, brûlot anar sur les derniers feux du cinoche de genre yakuza.

clem le 16/08/2014 à 17:38

Why Don’t You PLay In Hell ?? Mon dieu quel plaisir d’entendre parler de ce génie de Sion Sono ! En tout cas ce film tamoul a l’air excellent, j’ai hâte de le voir…