]]>

[Edit 08/09] Sortie de Mohenjo Daro en France

Publié jeudi 8 septembre 2016
Dernière modification jeudi 8 septembre 2016
News lue 876 fois

Par Nady

Rubrique News
◀ Programmation du cycle cinéma dans le cadre du Namaste France, au Musée (...)
▶ Festival International de Cerf-Volant de Dieppe 2016

Mohenjo Daro, une épopée où se mêlent romance, histoire légendaire et combat épique, sera sur vos écrans le 17 août 2016. Distribué par Night ED Films en France, préparez-vous à du grand spectacle !

[Edit 08/09] : Voici quelques dates supplémentaires pour Mohenjo Daro, cela se passe à Lyon dès demain et tout ce weekend.


[Edit 23/08] : Deuxième semaine pour la dernière fresque épique d’Ashutosh Gowariker. Ne la manquez pas.


Le réalisateur Ashutosh Gowariker, qui nous avait offert Lagaan (2001) ou encore Swades (2004), signe son grand retour avec son nouveau film historique Mohenjo Daro. Les fresques historiques, un genre que le réalisateur affectionne tout particulièrement, semblent être en vogue ces derniers temps dans l’industrie hindi, comme on a pu le voir avec le récent succès Bajirao Mastani. Pour ce film, le réalisateur redonne vie à une civilisation ancienne de 2000 ans avant notre ère, celle de la vallée de l’Indus. Mohenjo Daro, qui signifie le « Mont des morts », est une cité millénaire dont il ne reste que quelques vestiges aujourd’hui et très peu d’informations. Afin de se documenter le cinéaste s’est entouré d’archéologues, pour ainsi reconstituer dans le détail ce site mythique.

Pour ce qui est du scénario, il s’agit avant tout d’une histoire d’amour : Sarman, incarné par Hrithik Roshan, s’éprend de la belle Chaani (Pooja Hedge) lorsqu’il la croise sur son chemin pour se rendre en ville. Malheureusement Chaani est destinée à épouser Moonja (Arunoday Singh), le fils du puissant Maham (Kabir Bedi). À cet amour contrarié s’ajoute un nouveau défi, celui de préserver cette cité à laquelle il est mystérieusement lié.

Le cinéaste renouvelle sa collaboration avec Hrithik Roshan qui avait été fructueuse en 2008. En effet, l’excellentissime Joddhaa Akbar s’était révélé être un chef-d’oeuvre, espérons que cela leur permettra, à tous deux, de renouer avec le succès ! Ashutosh Gowariker a choisi la prometteuse Pooja Hedge, qui avait fait ses débuts à Kollywood avant de tourner deux films telegus, Mohenjo Daro pourrait bien être un tournant dans sa carrière si le film tient ses promesses.

Pour patienter il y a la bande-originale du film, signée par le compositeur A.R. Rhaman. Une raison de plus d’aller voir le film !

Bande-annonce

Les horaires, dernière mise à jour 16/08

Commentaires
5 commentaires
En réponse à Clem - le 14/08/2016 à 14:48

Vu les critiques très mitigées (voire négatives) et l’accueil extrêmement frileux pour ses deux premiers jours au box-office, j’ai de sérieux doutes quant à la qualité de ce film. D’autant que la bande-annonce n’est pas non plus fabuleuse, loin de là. Mais c’est bien que Night Ed Films lutte pour que l’on ait autant de sorties, merci à eux !

Laissez un commentaire :

Raj Aryan le 21/08/2016 à 21:59

Il ne faut pas se laisser influencer par les critiques ou le succès en salles mais plutôt se faire son propre avis. Ce film est une très bonne illustration de cette maxime. J’ai personnellement beaucoup aimé ce film. Malgré un méchant un peu caricatural ou quelques effets spéciaux un peu lourds, j’ai beaucoup apprécié ce film qui traite d’un point important de l’Histoire de l’Inde antique, sans tomber comme certains l’annonçaient dans de la propagande nationaliste. C’est bien un film et non pas un documentaire mais comme le disait justement Alexandre Dumas : "On peut violer l’Histoire à condition de lui faire de beaux enfants !" Et c’est un historien qui le dit ! Au-delà du masala mélangeant action et romance (le couple formé par Hrithik Roshan et Pooja Hegde est charmant) et de l’aspect visuel assez intéressant, le film propose un véritable message social mais surtout écologique car certains archéologues estiment que ce sont des raisons écologiques qui ont détruit la civilisation de l’Indus, dont le lien avec la civilisation de l’Inde classique est toujours difficile à estimer. Un beau film avec un véritable fond qui ne mérite pas, à mon sens, les critiques évoquant la vacuité du scénario. Si vous avez aimé les précédents films d’Ashutosh Gowariker, vous aimerez sans doute "Mohenjo Daro". Allez-le voir pour vous faire votre propre opinion.

Fabrizio le 21/08/2016 à 22:44

« "On peut violer l’Histoire à condition de lui faire de beaux enfants !" Et c’est un historien qui le dit ! » Non, c’est un contresens indigne d’un historien. Vos propos sous entendent une intentionnalité qui n’est pas celle du film… vous rendez-vous compte que vous vous contredisez vous même ?

Raj Aryan le 22/08/2016 à 09:43

Ne vous méprenez pas sur mes propos, je pense que vous les avez mal compris et sortis de leur contexte d’autant plus que la citation n’est absolument pas de moi mais bel et bien d’Alexandre Dumas et s’applique bien évidemment aux œuvres de fiction, littéraires ou cinématographiques, et non pas aux ouvrages historiques à finalité scientifique. Je ne mérite donc pas des mots aussi durs sur ma personne, s’il vous plait. En tant qu’historien, je n’applique pas cette maxime, je suis extrêmement rigoureux sur mon discours et sur les sources que j’utilise dans mon travail mais j’admets l’idée que les romanciers et les scénaristes puissent l’utiliser et aient le droit en tant qu’auteurs de fiction de se baser sur des faits historiques pour ensuite partir vers des éléments fictifs dans leurs œuvres. C’est ce qu’avait fait Alexandre Dumas dans ses romans et ce qu’a fait Ashutosh Gowariker dans ses films historiques, comme "Jodhaa Akbar". Historiens et scénaristes ne font pas le même travail, de très nombreux films historiques l’ont montré. Je souffre aussi un peu quand je vois la réalité historique déformée mais je fais la différence entre un livre scientifique et une œuvre de fiction qui n’ont pas la même finalité, ma citation s’appliquait à la deuxième catégorie bien évidemment. Le fait de lire des livres d’histoire écrits par des universitaires (et j’en lis énormément, ne serait-ce qu’avant la séance), ne m’empêche pas d’apprécier des romans, des pièces de théâtre ou des films de fiction, en particulier indiens (que j’aime au plus au point). Je me suis permis de citer Dumas (sur lequel j’ai travaillé) car en tant que spécialiste à l’origine de la France d’Ancien Régime, je peux parfaitement déceler la plupart des erreurs historiques dans "La reine Margot" ou "Les trois mousquetaires" mais cela ne m’empêche pas d’apprécier ces œuvres pour leur valeur littéraire et je voulais seulement dire la même chose pour "Mohenjo Daro". Il ne s’agissait absolument pas non plus pour moi de faire l’éloge de la déformation historique à des fins politiques et nationalistes, écueil que le film a justement su éviter. "Mohenjo Daro" commence d’ailleurs par deux (voire trois) longs textes expliquant que, malgré le grand travail de recherches de trois ans en collaboration avec des archéologues de profession, il est avant tout une œuvre de fiction et non un documentaire sur la civilisation de l’Indus qui reste à l’heure actuelle encore bien mystérieuse, en particulier sa langue. Il est précisé qu’il n’est pas non plus un pamphlet politique. On trouve d’ailleurs un discours comparable au début de "Jodhaa Akbar" du même réalisateur. En tant également qu’indianiste amateur et ourdouphone, j’avais également décelé un grand nombre d’erreurs historiques dans "Jodhaa Akbar" ou "Mughal-e-Azam", cela ne m’a pas empêché d’apprécier ces films pour la qualité poétique de leurs dialogues dans un magnifique ourdou ainsi que leur splendeur visuel. De même, j’ai beaucoup apprécié "Mohenjo Daro" tout en sachant, dès le départ et en le constatant à travers le film, que ce n’était pas un documentaire historique mais bel et bien une œuvre de fiction basée certes sur des données archéologiques et historiques. Le réalisateur le dit lui-même, pour ce film et ses précédents films historiques. Si vous n’avez pas encore vu le film, vous sentirez bien que l’Histoire y est romancée (surtout à la fin), à la sauce masala comme dans "Asoka" ou "Bajirao Mastani" que j’aime aussi énormément. J’espère que le malentendu est dissipé et surtout que les attaques sur ma personne s’arrêteront ici. Je voulais juste faire l’éloge de ce film qui m’a beaucoup plu même s’il a pris, à des fins esthétiques et scénaristiques, des libertés avec la réalité historique, comme l’ont fait d’autres réalisateurs ou écrivains par le passé. Ce film et cette discussion m’ont incité à aller le revoir mais aussi à aller lire des livres écrits par des historiens et archéologues professionnels pour apprendre plus de choses sur la civilisation de l’Indus et Mohenjo Daro en particulier. Cela montre que ce film est une belle porte ouverte vers cette civilisation. Je vous transmets, en tant qu’ancien rédacteur, mes plus sincères salutations en espérant vous revoir au cinéma pour apprécier ce film. Je remercie également "Night ED Films" pour cette sortie.

Fabrizio le 22/08/2016 à 20:15

Ce n’était pas une attaque personnelle mais une réaction ponctuelle (et outragée) contre l’utilisation — inappropriée me semble-t-il — d’un argument d’autorité scientifique. D’où le contresens. Par ailleurs je me demande si la citation de Dumas n’est pas apocryphe (en plus de ne pas être très heureuse), peut-être pourriez vous m’éclairer à ce sujet. Vos derniers arguments sont justes, il va de soi qu’un système narratif élaboré, comme un film ou un roman, n’est pas un manuel d’histoire.

Clem le 14/08/2016 à 14:48

Vu les critiques très mitigées (voire négatives) et l’accueil extrêmement frileux pour ses deux premiers jours au box-office, j’ai de sérieux doutes quant à la qualité de ce film. D’autant que la bande-annonce n’est pas non plus fabuleuse, loin de là. Mais c’est bien que Night Ed Films lutte pour que l’on ait autant de sorties, merci à eux !

Galerie