]]>

Sortie de Pugazh en France

Publié jeudi 17 mars 2016
Dernière modification jeudi 17 mars 2016
News lue 85 fois

Par Gandhi Tata

Rubrique News
◀ [Edit 12/03] Le premier film Kannada en France : Rangitaranga - une (...)
▶ Sortie de Valiba Raja en France

Après Valiyavan, sorti l’année dernière en France, l’acteur Jai est de retour sur les écrans avec un masala d’action intitulé Pugazh (Populaire) où il partage l’écran avec la jeune débutante Surabi et le comique Karunas qui revient peu à peu sur le devant de la scène. Le film sera distribué et projeté en France, en VOSTA (anglais), à l’occasion de 3 séances exceptionnelles, les 18 & 19 mars, au cinéma Europacorp (Aéroville), par notre partenaire Night ED Films.


Pugazh est réalisé par Manimaran, fidèle acolyte de Vetrimaran (Aadukalam), pour qui il a travaillé comme assistant. Les deux hommes ont notamment collaboré pour Poriyaalan et Udhayam NH4. Connaissant l’approche assez brute de Vetrimaran, on peut attendre de Manimaran, un film à la fois grand public et réaliste. Avant d’avoir la distribution finale, Pugazh a connu un véritable jeu de chaises musicales, avec de nombreux noms d’acteurs évoqués, comme Priya Anand, Trisha et même Siddharth et Hansika Motwani pour une version télugu.

PUGAZH - fa en VOSTFR from NIGHT ED FILMS on Vimeo.


Finalement, c’est Jai qui retentera une énième fois, ce retour gagnant qui lui fait tant défaut. Son dernier gros succès remonte à l’année 2008, avec Subramaniapuram, et même si Raja Rani (2012) et avant cela, Engaeyum Eppothum (2011) avaient plutôt bien fonctionné, il n’avait qu’un second rôle ou partageait l’affiche dans ces films. Même si le reste de l’équipe technique ne compte que des débutants ou des noms peu connus, il est assez étonnant d’y retrouver un chef opérateur passé réalisateur avec le Blockbuster Velaiyilla Pattathari, reprendre sa caméra pour se charger de la photo. En effet, Velraj, qui s’est récemment confirmé dans la réalisation avec Thangamagan, n’a visiblement pas oublié son premier métier et a décidé de jongler sans aucun problème avec ses deux casquettes, ce qui est un fait rare dans le cinéma tamoul, où chaque évolution de carrière est considéré comme une promotion et non une corde supplémentaire à son arc.

Commentaires
Pas encore de commentaires