]]>

Sortie de The Lunchbox le 11 décembre

Publié lundi 9 décembre 2013
Dernière modification lundi 9 décembre 2013
News lue 340 fois

Par Alineji

Rubrique News
◀ Tarun et Anju
▶ Sortie de Ivan Veramathiri en France

Le film remarqué à Cannes et primé dans plusieurs festivals était attendu. Il sort enfin sur les écrans français le 11 décembre, grâce au distributeur Happiness Distribution.

On le sait, The Lunchbox ne représentera pas l’Inde aux Oscars, c’est dommage, mais ce n’est pas si grave. Un effet de bouche à oreille, positif et amplement mérité, a suivi le film lors de toutes ses projections en avant-première. Déjà multi-récompensé, il a reçu en octobre le prix du meilleur film au festival international du cinéma indien de Paris organisé par nos amis d’Extravagant India !

Quelques jours plus tard, lors de sa diffusion en clôture du cycle Un état du monde et du cinéma au Forum des Images, c’est une standing ovation qui a suivi le générique de fin et accueilli l’arrivée des deux invités, le réalisateur Ritesh Batra et l’interprète féminine, venue du théâtre, Nimrat Kaur, aussi lumineuse à la ville qu’à l’écran. Savourant son bonheur d’être à Paris, où elle séjournait pour la première fois, elle ne trouvait plus les mots pour l’exprimer.

JPEG - 51.7 ko
Début de la standing ovation au Forum des Images

Voici donc maintenant pour tous l’occasion de découvrir, et sur de nombreux écrans, cette œuvre à la fois profonde et légère comme une bulle de champagne, qualifiée par l’acteur principal de film humaniste. C’est vrai, sur un ton de comédie, il aborde des problèmes actuels de la vie urbaine, le thème de la solitude et celui des nécessaires rencontres entre les êtres, les « âmes sœurs » comme dit encore Irrfan Khan.

Certains metteurs en scène brutalisent leurs acteurs, Ritesh Batra appartient à la catégorie de ceux qui travaillent en confiance avec eux ; il sait spontanément s’adapter à leur personnalité pour en tirer le meilleur et cela transparaît à l’écran.
C’est lui qui en parle le mieux : « Le travail avec Irrfan a été très naturel, il avait envie de découvrir le sens profond du scénario, de lire entre les lignes comme je le faisais. Il était très investi dans l’histoire dès nos premiers échanges et nous nous sommes rencontrés plusieurs fois avant le tournage, je retournais chez moi et remaniais certains passages après chacune de nos discussions. Il s’est approprié le personnage d’une façon remarquable et inattendue. (…) Chaque acteur avait sa propre manière d’aborder l’histoire. (…) Nawaz voulait improviser afin de rester dans la spontanéité, notamment car le personnage de Shaikh dit des choses imprévues et se révèle plein de surprises. Et les improvisations donnaient parfois de très belles scènes. Nimrat s’est imprégnée du personnage d’Ila trois mois avant le début du tournage. Son histoire se déroule presque entièrement dans un petit appartement de Bombay. Pendant trois mois, elle s’est habituée à s’habiller comme le personnage et à vivre avec la comédienne qui joue sa fille. »
L’estime est réciproque. Irrfan le qualifie d’âme noble, ce qui fait rougir le destinataire de cet éloge lorsqu’il l’apprend, mais Ritesh Batra lui retourne aussitôt le même compliment.

Si vous voulez en savoir plus avant d’aller voir cette perle, la critique du film est ici, juste à côté. Nous avons la chance d’avoir aussi les interviews de Ritesh Batra et de Nawazuddin Sidiqqui, réalisées à Cannes par Brigitte Leloire Kérackian. C’était au moment de l’avant-première mondiale. Plus récemment, nous avons obtenu un entretien avec Irrfan qui en parle toujours avec un plaisir intact et beaucoup de chaleur. Lisez-le, il est aussi à la une.

Et, si après cela vous ne courez pas dans la première salle qui passe le film, c’est que vraiment vous n’aimez pas le cinéma indien ! Un film à déguster sans tarder et sans risque d’indigestion, idéal pour vous regonfler à bloc avant les fêtes de fin d’année.

Commentaires
2 commentaires
Galerie