]]>

Sorties du vendredi 12 octobre

Publié vendredi 12 octobre 2012
Dernière modification vendredi 12 octobre 2012
News lue 327 fois

Par Amanpreet, Gandhi Tata

Rubrique News
◀ Résultats du jeu-concours Maatraan
▶ Le 17 octobre, Smita Patil aurait eu 57 ans

Aiyyaa

Un clin d’œil à The Dirty Picture par-ci, une satire des films du sud de l’Inde par-là, Aiyyaa semble totalement déjanté ! Portée par une Rani Mukerjee folle furieuse qui semble avoir sérieusement perdue la boule, ce film produit par l’iconoclaste Anurag Kashyap est présenté comme une comédie légère qui se moque des préjugés maharathis sur les indiens du sud. Notre rédactrice, Didi, nous avait déjà parlé de la "south touch" pour la chanson promotionnelle "Dreamum Wakeuppam", qui est devenue culte depuis. Meenakshi (Rani Mukerjee), l’héroïne d’Aiyyaa vit dans ses rêves de cinéma. Elle est particulièrement fan des masalas du sud avec ses beaux "chocolate boys" bodybuildés et rêve de rencontrer son héros kollywoodien. La chance lui sourit, lorsqu’elle croise un peintre tamoul (Prithviraj) qui est son fantasme incarné. La raison de son coup de foudre : il sent bon… D’un autre côté, le choix de ses parents se nomme Madhav, le prétendant maharathi idéal. Prise entre deux feux, Meenakshi va littéralement péter un câble, pour notre plus grand plaisir !

Makkhi

S.S. Rajamouli, le roi du masala telugu (« Chatrapathi », « Vikramarkudu »), a fait exploser les compteurs des BOX OFFICEs, tamoul et telugu, avec « Eega » et « Naan Ee ». Il récidive à Bollywood avec la version hindi qui se nomme Makkhi. Plébiscité par un Shah Rukh Khan plus qu’enthousiaste à l’issue d’une projection privée, et un Ajay Devgan conquis qui s’est personnellement impliqué dans le doublage hindi du film, Makkhi est précédé d’une flatteuse réputation. Projeté en France, à l’Etrange Festival, Makkhi est un film de vengeance et de réincarnation. Un pitch improbable, un homme (Nani) qui se réincarne en mouche afin de se venger de celui (Sudeep) qui l’a tué par jalousie amoureuse… trio classique du cinéma indien dans une histoire délirante mais surtout très drôle.

Bhoot Returns

La franchise horrifique qui avait ressuscité le genre en son temps (et oui, c’était en 2003…), revient en 2012 avec le très paumé Ram Gopal Varma aux commandes. Espérons que cette suite aura au moins le mérite de raviver la carrière du réalisateur déchu et ex-enfant terrible de Bollywood, qui enchaîne les navets depuis quelques années. Si Bhoot empruntait énormément aux films d’épouvantes coréens comme The Grudge, actualité oblige, Bhoot returns lorgnera du côté de Paranormal Activity. Pot-pourri de genre et comeback désespéré, sont au menu de ce film qui comptera dans sa distribution, deux invités (revenants) de marque : J.D.Chakravarty et Manisha Koilara.

Chittagong

Produit par Anurag Kashyap (Aiyyaa), toujours lui, Chittagong est le bouillon de culture de la semaine. Situé dans l’Inde britannique, ce film parle de l’assaut du 18 avril 1930, mené par un groupe de révolutionnaires indiens, contre l’occupant anglais, dans l’armurerie de Chittagong, située alors dans la province du Bengale. Avec Manoj Bajpai qui prête ses traits au légendaire Surya Sen, l’enseignant rebelle à la tête du mouvement, Chittagong est un must to see pour tout passionné d’histoire.

center>

Commentaires
1 commentaire