]]>

Taare Zameen Par

Traduction : Des Étoiles sur Terre

Année2007
LangueHindi
GenresMélodrame / Romance, Film pour enfants
RéalisateurAamir Khan
Dir. PhotoSetu
ScénaristeAmole Gupte
ActeursAamir Khan, Darsheel Safary, Tisca Chopra, Vipin Sharma, Sachet Engineer, Tanay Chheda
Dir. MusicalShankar-Ehsaan-Loy
ParolierPrasoon Joshi
ChanteursVishal Dadlani, Shaan, Shankar Mahadevan, Dominique Cerejo, Vivienne Pocha, Raman Mahadevan, Aamir Khan, Bugs Bhargava, Shankar Sachdev, Roaj Gopal Iyer, Ravi Khanwike, Loy Mendonsa, Amole Gupte, Kiran Rao, Ram Madhavni, Adnan Sami, Auriel Cordo, Ananya Wadkar, Ehsaan Noorani
ChorégraphesSaroj Khan, Shiamak Davar
ProducteurAamir Khan
Durée163 mn

Bande originale

Taare Zameen Par
Kholo Kholo
Bum Bum Bole
Jame Raho
Maa
Bheja Kum
Mera Jahan
Ishaan’s Theme

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Kendra - le 5 mars 2008

Note :
(9/10)

Article lu 6142 fois

Galerie

Pour sa première réalisation, Aamir Khan, acteur pointilleux s’il en est, nous offre une histoire originale et peu commune dans le cinéma indien.
Ishaan, 8 ans, est un petit rêveur, pas vraiment passionné par l’école. Cependant c’est un garçon très vivant, espiègle et doté d’une imagination sans borne dont il use et abuse, notamment pour peindre. Ses résultats à l’école sont de plus en plus désastreux surtout en comparaison d’un grand frère, Yohan, nettement plus doué. Cette situation pousse les parents d’Ishaan à le placer en pensionnat, lieu qu’ils pensent approprié pour lui enseigner discipline, rigueur de travail et goût de la réussite. Malheureusement, l’effet est tout autre : l’ambiance du pensionnat, les railleries et la méchanceté du corps enseignant, couplées à la séparation d’avec sa famille l’amènent à se retrancher dans un mutisme, et à lui faire perdre peu à peu le goût de tout, y compris du dessin…C’est à ce moment que le remplaçant du professeur d’art fait son entrée, Ram Shankar Nikumbh. Partisan d’une pédagogie différente, il permet aux élèves de s’exprimer librement lors de son cours. Ram est très vite intrigué par le silence d’Ishaan et va tenter de lui venir en aide.

Première surprise du film, le rôle principal est tenu par un nouveau venu dans le monde du cinéma. On ne peut nier que le jeune Darsheel soit excellent. Là où les enfants ne sont souvent que des caricatures d’acteurs adultes, ne faisant que singer ce qu’on leur demande, Darsheel est très naturel, plein de fraîcheur, de candeur, d’innocence…et d’effronterie ! Le petit regard plein de malice, il est émouvant sans jamais être lourd, n’en faisant jamais trop. Le rôle de la mère aimante mais impuissante face aux problèmes de son enfant, campée par Tisca Chopra, est joliment interprété, mais certains aspects de son personnage sont traités un peu rapidement, par exemple son accord pour placer Ishaan dans un pensionnat ou sa relative désinvolture face aux silences de ce dernier, au bénéfice de l’aîné..
Le père, très sévère, ressemble à tous les pères de la classe moyenne qui mettent, volontairement ou non, la pression sur leurs enfants pour qu’ils fassent de grandes études, et s’élèvent encore plus socialement..

Le personnage qui, à mon sens, est le plus touchant est le grand frère. D’un coté c’est un brillant élève, fier de montrer ses notes durement méritées, d’un autre coté, il se sent coupable car son excellence ne fait que mieux ressortir les difficultés du petit frère… Si la situation est dramatique pour Ishaan, la position de l’ainé modèle est inconfortable d’autant qu’il aime profondément Ishaan et ne tient pas à le blesser.. Tout cela est bien retranscrit dans le film et en est même l’un des points les plus positifs.
Enfin Aamir, ce n’est pas une surprise, est remarquable. Sobre et émouvant, juste dans le ton, il s’efface totalement derrière la classe. On en oublie presque l’acteur. Ses regards, ses moments de tendresse, notamment dans son autre classe spéciale, sont profonds et superbes.

Il manque néanmoins ce petit quelque chose, difficile à définir, qui aurait pu faire de Taare Zameen Par le film parfait. Il me semble que la vision du système éducatif soit un peu trop manichéenne et puisse vite mener à des raccourcis tels que : « tous les vieux profs ne s’intéressent pas aux enfants ».

Au niveau de la réalisation, le choix d’Aamir est judicieux : nous émouvoir sans verser dans le drame complet, sans insister sur la noirceur de la situation. Son film est beau, dans les sentiments, dans les images et dans le message. Certaines scènes sont superbes. Toute la mise en image de Mera Jahan (portée par la sublime voix d’Adnan Sami) est une pure merveille et nous permet d’entr’apercevoir tout l’amour et toute la tendresse qu’Aamir porte à son pays…. La partie de l’Art Mela est superbe également, mais une des meilleures trouvailles reste le clip Bheja kum…effrayant mais étant une excellente représentation de la dyslexie ! Il est à noter que ce n’est pas Aamir mais Ram Madhvani, réalisateur de publicités qui, pour des raisons de calendrier a tourné ce clip.

L’histoire n’a pas été écrite par Aamir Khan, mais par son ami Amol Gupte, inspirée de sa propre expérience auprès des enfants. C’est lui qui devait d’ailleurs réaliser le film mais après une semaine de tournage, Aamir n’étant pas convaincu par les rushs, a décidé, avec l’accord d’Amol Gupte de reprendre le flambeau et de diriger le film.

Voilà au final une oeuvre très douce, prenante, comme un documentaire, ou tout simplement comme le miroir de notre propre existence, car on se reconnaît forcément dans l’un des personnages. Taare Zameen Par est poignant et parle à l’enfant plus ou moins enfoui en chacun de nous.

Commentaires
18 commentaires