]]>

Tango Charlie (review)


Bande originale

Odhani Odhali
Akkad Te Bakkad Te
Ek Diwani Ladki
Dheere Dheere
Kya Bataaoon Dil Ruba
Ae Aasmaan

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Laurent - le 14 juillet 2005

Note :
(6/10)

Article lu 1130 fois

Un an après Rudraksh, sorte de Matrix de Bollywood raté mais amusant, Mani Shankar nous revient avec un film de guerre bien plus intéressant, Tango Charlie. Bobby Deol y interprète Sepoy Tarun Chauhan, un militaire de carrière qui, sous les ordres de son mentor (Ajay Devgan), est affecté à diverses missions aux quatre coins du territoire indien, de la jungle du Bengale aux sommets enneigés du Cachemire.

Le pré-générique du film expose clairement le point de vue de son auteur : la mort d’un soldat, dans quelque conflit que ce soit, ne devrait pas être une source de fierté mais de honte pour la nation qui l’a envoyé au casse-pipe.

Ce qui frappe tout de suite, par rapport à d’autres films de guerre plus patriotiques comme Line Of Control ou Lakshya, c’est la recherche de réalisme : on a vraiment l’impression que l’excellent Ajay Devgan (qui jouait déjà un officier martial dans Zameen) est rompu à toutes les tactiques de la guérilla, exposées ici avec une grande précision.

De plus, le soldat nous est présenté comme un personnage ambivalent, soumis à de cruels dilemmes ; exécuteur des sales besognes, il a le devoir d’obéir aux ordres de ses supérieurs, même s’il les désapprouve. Cependant, le film ne condamne pas les interventions militaires, nécessaires, mais seulement la tâche ingrate des soldats, débarrassés de toute aura de dignité.

Avec ce sentiment de résignation qui baigne le film, on est donc loin de l’antimilitarisme radical des films américains sur le Vietnam. Cela reste bien sûr un masala, avec quelques petites longueurs, plusieurs chansons d’amour assez banales pour calmer la tension, et des caméos un peu tirés par les cheveux de Sanjay Dutt et Sunil Shetty. A part cela, Tango Charlie est dans sa majeure partie une série B musclée et crédible comme on en fait peu à Bombay.

Commentaires
Pas encore de commentaires