]]>

Thoda Pyaar Thoda Magic

Traduction : Un peu d'amour, un peu de magie

Bande originale

Pyaar Ke Liye
Nihaal Ho Gayi
Bulbula
Lazy Lamhe
Beetey Kal Se
Nihaal Ho Gayi (Remix)
Lazy Lamhe (Remix)

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Maya - le 18 août 2008

Note :
(5.5/10)

Article lu 5658 fois

Galerie

A l’affiche, un nouveau film Yash Raj, qui a déjà produit tant de jolies comédies romantiques, plus Kunal Kohli le scénariste - réalisateur de Hum Tum, plus le couple vedette du même film, Saif Ali Khan et Rani Mukherjee… C’est donc avec un énorme a priori positif que je me suis installée devant le film. Je m’attendais à trouver dans Thoda Pyaar Thoda Magic un peu d’amour et un peu de magie, certes (facile, c’est la traduction du titre), mais aussi de l’inattendu, de l’impertinence, de la légèreté, des héros un peu décalés, des répliques genre "it’s my Tom Cruise look". Et de ce côté-là j’ai été plutôt déçue. Il reste un film agréable à regarder, gentil, bien sage, qui cherche à plaire aux enfants plus qu’à leurs parents, avec beaucoup d’effets spéciaux et un scénario qui ne vise pas l’originalité mais qui se tient, avec quelques jolis moments de poésie "magique".

L’histoire commence par une proposition tordue : Ranbeer, un riche homme d’affaire (Saif Ali Khan), percute une voiture et en tue les occupants, parents de quatre enfants. Le juge, plutôt que de le mettre en prison, le condamne à s’occuper des orphelins jusqu’à leur majorité (mais comment peut-on imaginer une chose pareille !!!). Ranbeer est du genre solitaire, réfractaire à tout sentiment, ce qui ne l’empêche pas de culpabiliser à fond. Les bambins sont désespérés de devoir vivre avec l’assassin de leurs parents et débarquent dans sa vie et sa luxueuse maison avec la ferme intention de les venger. On les comprend.

Heureusement, Dieu (Rishi Kapoor, excellent), entend les prières effarées de Ranbeer et des enfants, il leur envoie un ange gardien, Geeta (Rani Mukherjee). Celle-ci va endosser le rôle de nounou et aider ce petit monde à sortir de ses rancœurs, grâce à la magie qu’elle n’a aucun scrupule à utiliser au vu et au su de tous, quitte à manipuler les esprits "pour la bonne cause". Mais elle est adorable, pleine d’initiatives plus ou moins farfelues, et il est difficile de lui résister.

Thoda Pyaar Thoda Magic s’inspire clairement de Mary Poppins, pourquoi pas. C’est une histoire charmante et intemporelle, qui offre tout plein d’occasions de s’émouvoir : les enfants qui s’émerveillent de l’univers créé par la magie de leur gouvernante, le monsieur trop sérieux qui se déride peu à peu, les rebelles qui ouvrent leur cœur et se laissent apprivoiser. Avec en prime la "fiancée" de Ranbeer (Amisha Patel), dans le rôle de la jeune femme sophistiquée plus à l’aise dans les cocktails qu’avec les enfants, le personnage le plus drôle de l’histoire. Elle fait un peu penser à Arielle Dombasle dans Un Indien dans la ville. Mais c’est là justement qu’on regrette que Kunal Kohli ne soit pas allé plus loin dans l’humour et soit resté dans un premier degré très enfantin.

Car au final, Thoda Pyaar Thoda Magic ne m’a pas vraiment convaincue. Les personnages sont trop stéréotypés : les aînés récalcitrants, le petit garçon complexé, la fillette en manque de chaleur maternelle, le monsieur coincé, la fée fofolle, la potiche sexy… Les moments de rapprochement qui auraient pu créer l’émotion, ne sont pas très crédibles : on voit Ranbeer incapable de s’adresser gentiment aux enfants, et la scène d’après (ou presque), parce que Geeta lui a permis de voir leurs rêves, on le voit converser avec l’un d’entre eux comme s’il avait fait ça toute sa vie (Saif doit être un papa adorable).

Les situations sont souvent un peu forcées, les personnages évoluent sans qu’on puisse saisir ces déclics qui nous permettraient d’entrer dans leur vie. Je n’ai pas été vraiment convaincue non plus par le jeu de nos deux héros, Saif Ali Khan est monolithique, Rani Mukherjee se concentre tellement sur ses sourires étincelants et se poses mutines qu’elle en oublie de jouer.

La musique de Shankar Ehsaan Loy est sympathique sans plus, les clips sont pour la plupart conçus pour les enfants. Beetey Kal Se est un festival d’effets spéciaux, la musique est entraînante, mais le refrain devient vite la rengaine qu’on a dans la tête et dont on se débarrasserait bien. Bulbula qui présente Geeta l’ange gardien, est joliment mise en images. Lazy Lamhe se concentre sur les formes d’Amisha Patel avec la séance obligatoire de T-shirts mouillés (sans T-shirt).

Le film a été bien accueilli par la critique, bien qu’il ait fait un flop, mais j’ai largement préféré Hum Hain Rahi Pyar Ke (1993) de Mahesh Bhatt, un joli film sans prétention avec Aamir Khan et Juhi Chawla sur un thème similaire : un jeune homme se retrouve en charge de ses neveux, alors que sa petite entreprise en difficulté requiert toute son attention et qu’il ne sait pas s’occuper des enfants. Juhi Chawla s’est enfuie de chez elle pour éviter un mariage forcé, elle s’impose comme nounou et aide les uns et les autres à apprendre à s’aimer. Pas d’effets spéciaux, pas de magie, et pourtant l’émotion est bien là, justement dans le quotidien, avec ces petits riens qui font toute la différence (un « film sans prétention », mais qui a tout de même reçu les Filmfare Awards du meilleur film et de la meilleure actrice pour Juhi Chawla)…

Je suis peut-être à mon tour atteinte du syndrome que je pointais dans l’article sur Tashan : comme Thoda Pyaar Thoda Magic est une comédie romantique Yash Raj, je m’attendais à un film émouvant, différent, sensible, surprenant. Ce n’est qu’un « film sympa » et je suis bêtement déçue.

Commentaires
12 commentaires