]]>

Top Bollywood des intemporels

Publié mercredi 11 mars 2009
Dernière modification lundi 22 septembre 2014
Article lu 8987 fois

Par L’équipe Fantastikindia

Rubrique Top Bollywood
◀ TOP Bollywood années 2000

L’équipe de rédaction Bollywood de Fantastikindia a sélectionné ses films préférés, depuis le début du cinéma jusqu’en 1999 : on les aime, qu’ils aient 10 ou 50 ans. Nous nous sommes dits que, si nous avions envie de les citer alors qu’ils avaient disparu de l’actualité depuis bien longtemps, c’est qu’ils avaient acquis leur part d’intemporalité.

Chacun a noté ses 50 meilleurs films. Au total il y en avait 137 ! Nous avons additionné les notes de chaque film, et voici les 50 films qui ont reçu le plus de points : notre "best of", notre "TOP 50".

Vous pouvez également aller voir du côté du Top Bollywood des années 2000, où vous trouverez nos films préférés de 2000 à 2008. Et pour l’année 2008, il y a les Fanta d’Or.

N°1. Dilwale Dulhaniya Le Jayenge
Nombre de points : 93,5 - Cité : 10 fois - Moyenne : 9,4

Le film a battu les records en 1995 en restant plus d’un an en tête du box-office en Inde ! 13 ans plus tard, "DDLJ" est déjà devenu un classique, LE film qu’on aime voir et revoir sans jamais se lasser.

 

 

N°2. Kuch Kuch Hota Hai
Nombre de points : 93,5 - Cité : 10 fois - Moyenne : 9,4

On retrouve le couple magique Shah Rukh Khan - Kajol, dans un film qui continue d’enchanter tous ceux qui le regardent, même les plus difficiles. Premier film de Karan Johar, c’était un coup de maître.

 

 

N°3. Dil Se..
Nombre de points : 78 - Cité : 9 fois - Moyenne : 8,7

Mani Ratnam, le maître du cinéma du sud, offre à Shah Rukh Khan un rôle de journaliste amoureux d’une étrange inconnue, sur fond de terrorisme. Un film non consensuel qui choque au premier abord, pour mieux nous attacher ensuite à son atmosphère particulière et ses sublimes images.

 

 

N°4. Hum Dil De Chuke Sanam
Nombre de points : 61,5 - Cité : 8 fois - Moyenne : 7.7

Un Italien d’origine indienne, Sameer (Salman Khan), retourne en Inde pour apprendre le chant. Une idylle va naître entre lui et la fille (Aishwarya Rai) du maître de musique. Leur amour découvert, Sameer doit partir, tandis que la jeune fille est contrainte d’épouser Vanraj (Ajay Devgan), un homme qu’elle connaît à peine.

 

N°5. Sholay
Nombre de points : 58,5 - Cité : 7 fois - Moyenne : 8,4

Ce film-culte depuis les années 70, a révélé Amitabh Bachchan et a inventé le western indien. Certains le qualifient de meilleur film de ces cinquante dernières années.

 

 

N°6. Yaadon Ki Baaraat
Nombre de points : 49 - Cité : 6 fois - Moyenne : 8,2

Des frères séparés à l’enfance, une musique qui ne vous quitte plus jamais, une jeune femme ravissante, Zeenat Aman, qui envoûte l’assistance. Sans être un grand film, ce film sait se rendre inoubliable, à sa façon, et arrive même à se glisser entre deux chefs-d’oeuvre absolus !

 

 

N°7. Mother India
Nombre de points : 49 - Cité : 6 fois - Moyenne : 8,2

Un monument à la gloire de l’Inde, 10 ans après l’indépendance, personnalisée par une mère courage exemplaire (Nargis) qui se bat contre la fatalité. Un film à voir notamment pour sa portée sociale et historique, à une époque où le modèle de société indien oscillait entre tradition et socialisme soviétique.

 

 

N°8. 1947 : Earth
Nombre de points : 43,5 - Cité : 5 fois - Moyenne : 8,7

L’indépendance de l’Inde, les rivalités, la haine qui monte au quotidien entre musulmans et hindous personnalisée par Aamir Khan dont c’est un des grands rôles.

 

 

N°9. Karz
Nombre de points : 41,5 - Cité : 5 fois - Moyenne : 8,3

Un jeune artiste très seul retrouve les traces de son histoire et de la famille qui lui a été volée. Subhash Ghai signe un de ses plus jolis films, avec un Rishi Kapoor très attachant.

 

 

N°10. Taal
Nombre de points : 41 - Cité : 5 fois - Moyenne : 8,2

Le film qui a lancé la carrière d’Aishwarya Rai à Bollywood nous offre un beau rôle de femme : rejetée par la famille de l’homme qu’elle aime (Akshaye Khanna) parce qu’elle est pauvre, Mansi décide de devenir une chanteuse célèbre et s’en remet à un drôle de producteur (Anil Kapoor). Une très belle BO d’AR Rahman couronne le tout.

 

N°11. Don
Nombre de points : 40,5 - Cité : 5 fois - Moyenne : 8,1

Le premier du nom, avec Amitabh Bachchan en don impitoyable et en sosie gentil, face à une Zeenat Aman impressionnante en soeur vengeresse. Un grand moment de cinéma.

 

 

N°12. Baazigar
Nombre de points : 39 - Cité : 5 fois - Moyenne : 7,8

Le film qui a révélé Shah Rukh Khan dans un rôle de gentil garçon qui se mue en tueur machiavélique. Heureusement, si Kajol est sous le charme, cela ne l’empêche pas de mener l’enquête… Le film a traversé le temps grâce aux interprétations de ces deux surdoués.

 

 

N°13. Pyaasa
Nombre de points : 38 - Cité : 4 fois - Moyenne : 9,5

Un noir et blanc sulfureux accompagne la descente aux enfers d’un poète qui ne doit sa notoriété qu’à sa disparition. Seule semble le comprendre une prostituée au grand coeur (Waheeda Rehman). Un film superbe et désespéré d’un des maîtres du cinéma indien, Guru Dutt.

 

 

N°14. Qayamat se Qayamat tak
Nombre de points : 38 - Cité : 4 fois - Moyenne : 9,5

Le premier grand rôle d’Aamir Khan dans une histoire d’amour impossible avec Juhi Chawla, où les héros prennent le risque de désobéir et d’encourir la colère familiale pour partir vivre leur vie, ensemble, quoi qu’il puisse leur en coûter. Un Roméo et Juliette très actuel.

 

 

N°15. Awaara
Nombre de points : 37 - Cité : 4 fois - Moyenne : 9,3

Un chef-d’oeuvre du grand maître Raj Kapoor, où il joue un vagabond qui tombe amoureux d’une étoile, Nargis, et s’efforce de retrouver le droit chemin pour en être digne, malgré les imprécations du juge.

 

 

N°16. Bombay
Nombre de points : 34,5 - Cité : 4 fois - Moyenne : 8,6

Les émeutes violentes de 1993 qui ont opposé hindous et musulmans est un épisode noir de l’histoire indienne, Mani Ratnam choisit donc d’y situer l’action de son film Bombay pour faire passer un message de tolérance et de paix.

 

 

N°17. Parinda
Nombre de points : 34,5 - Cité : 4 fois - Moyenne : 8,6

Un polar noir de Vidhu Vinod Chopra, où s’affrontent le bien et le mal de la façon la plus violente. Même les gentils y apprennent la haine, sous la férule de Nana Patekar, gangster psychotique mémorable.

 

 

N°18. Deewaar
Nombre de points : 34 - Cité : 4 fois - Moyenne : 8,5

Amitabh Bachchan dans un de ses plus fameux rôle d’angry young man. Ce jeune homme en colère est prêt à toutes les compromissions pour assurer une vie confortable à sa mère, mais il finira par devoir affronter son frère policier (Shashi Kapoor).

 

 

N°19. Satyam Shivam Sundaram
Nombre de points : 33,5 - Cité : 4 fois - Moyenne : 8,4

Ce film a déchaîné les passions en 1978 : Zeenat Aman y déployait des charmes fort dévêtus. Aujourd’hui il reste une belle histoire très bien interprétée : un ingénieur tombé amoureux d’une voix et d’une silhouette, ne peut admettre qu’elle est cette même jeune femme défigurée qu’il a épousée.

 

 

N°20. Aa Gale Lag Jaa
Nombre de points : 32,5 - Cité : 4 fois - Moyenne : 8,1

Un petit bijou de 1973 avec Shashi Kapoor et Sharmila Tagore. Amoureux et séparés, elle pense leur enfant mort, il l’a recueilli, le destin les remet en présence quelques années plus tard. Le petit garçon est handicapé, et voudrait bien que cette jolie dame devienne sa maman.

 

 

N°21. Anjaam
Nombre de points : 32,5 - Cité : 4 fois - Moyenne : 8,1

Un film atypique où la violence se conjugue au féminin, avec une Madhuri Dixit époustouflante, qui interprète magistralement une femme dont la vie a été détruite par un psychopathe (Shah Rukh Khan) et autres personnages peu recommandables, et qui va les détruire à son tour.

 

 

N°22. Khamoshi-The Musical
Nombre de points : 32,5 - Cité : 4 fois - Moyenne : 8,1

Le premier film de SL Bhansali met en scène un couple de sourds-muets (dont Nana Patekar, prodigieux), dont la fille aime la musique. Plus encore que la douloureuse relation entre eux, c’est leur univers de lutte et de survie au quotidien qui est dépeint de façon saisissante.

 

 

N°23. Devdas (1955)
Nombre de points : 31,5 - Cité : 4 fois - Moyenne : 7,9

Cette version de Bimal Roy réalisée en 1955, avec Dilip Kumar et Vyjayanthimala, s’inscrit dans la mouvance néo-réaliste bengalie : intimiste, humaniste, l’histoire est ancrée dans une réalité sociale rurale où les traditions régissent la vie des êtres et où la tragédie traduit le côté inéluctable des événements.

 

N°24. Arth
Nombre de points : 30 - Cité : 3 fois - Moyenne : 10

Ce film atypique de Mahesh Bhatt en 1982 prône l’indépendance des femmes, illuminé par Shabana Azmi qui interprète Puja, abandonnée par son mari pour une autre et qui décide de prendre son avenir en main, malgré son désespoir et la difficulté de la démarche.

 

N°25. Sahib Bibi aur Ghulam
Nombre de points : 29 - Cité : 3 fois - Moyenne : 9,7

Guru Dutt stigmatise en 1962 l’autodestruction d’un univers qui se croit éternel. Une femme sublime (Meena Kumari) sombre dans l’alcoolisme pour reconquérir son mari envoûté par une courtisane, sous le regard impuissant d’un jeune provincial (Guru Dutt). Un grand classique.

 

 

N°26. Guide
Nombre de points : 27 - Cité : 3 fois - Moyenne : 9

Un film atypique, qui commence comme une romance, flirte avec le cinéma d’auteur pour terminer en apothéose mystique. Vijay et Dev Anand nous font découvrir des facettes de l’Inde rarement traitées au cinéma et nous emmènent au-delà de Bollywood.

 

 

N°27. Sangam
Nombre de points : 27 - Cité : 3 fois - Moyenne : 9

Une femme (Vijayantimala) amoureuse d’un homme porté disparu, en épouse un autre (Raj Kapoor) et s’efforce de l’aimer. Las, le héros disparu réapparaît. Sangam est remarquable de subtilité et d’émotion, Raj Kapoor est extraordinaire dans le rôle ingrat de "l’autre".

 

 

N°28. Virasat
Nombre de points : 26 - Cité : 3 fois - Moyenne : 8,7

Une perle rare et peu connue qui s’inspire d’une lutte légendaire. Anil Kapoor revient dans son village ancestral après ses études, décidé à en repartir très vite. Mais il va devoir défendre la communauté contre les attaques d’un cousin malveillant. Tabu en villageoise illumine le film. La réalisation de Priyadarshan est splendide.

 

N°29. Amar Akbar Anthony
Nombre de points : 26 - Cité : 3 fois - Moyenne : 8,7

Une belle brochette de stars (Amitabh Bachchan, Rishi Kapoor, Vinod Khanna) s’en donnent à cœur joie dans une comédie déjantée, où trois frères séparés à la naissance sont élevés dans trois religions et trois milieux différents, mais se retrouvent et unissent leurs forces dans une série de rebondissements aussi improbables que jubilatoires.

 

N°30. Kagaaz Ke Phool
Nombre de points : 26 - Cité : 3 fois - Moyenne : 8,7

Un cinéaste divorcé (Guru Dutt) souffre d’être séparé de sa femme et de sa fille. Il cherche l’héroïne de son prochain film, tombe amoureux de la jeune actrice (Waheeda Rehman), elle aussi l’aime, mais rien n’est simple… Un film noir et blanc, inégal, dont certaines scènes sont si belles qu’on retient son souffle.

 

N°31. Fire
Nombre de points : 25,5 - Cité : 3 fois - Moyenne : 8,5

Fire est classé à la FNAC dans les films « gay et lesbienne », c’est dommage de le stigmatiser ainsi. C’est avant tout un film d’auteur de Deepa Mehta, la quête du bonheur de deux femmes que la vie n’a pas gâtées, et qui essaient de trouver ensemble ce que les hommes leur refusent : le droit d’exister.

 

 

N°32. Satya
Nombre de points : 25,5 - Cité : 3 fois - Moyenne : 8,5

A la fois film social, drame humain et polar, Satya de Ram Gopal Varma met en scène un jeune homme simple et courageux, devenu gangster pour survivre mais qui voudrait mener une vie tranquille avec Urmila Matondkar qui ignore tout de ses activités.

 

 

N°33. Shri 420
Nombre de points : 25,5 - Cité : 3 fois - Moyenne : 8,5

Un jeune diplômé (Raj Kapoor) arrive à Bombay avec l’intention de s’enrichir rapidement. Il rencontre l’amour en la personne d’une modeste institutrice (la magnifique Nargis). Mais peut-on vraiment s’enrichir sans se compromettre ? Jusqu’où est-il prêt à aller pour réussir ? Shri 420 est un modèle souvent repris, jamais égalé !

 

N°34. Silsila
Nombre de points : 25,5 - Cité : 3 fois - Moyenne : 8,5

Il fallait le talent de Yash Chopra pour réussir ce film qui met en scène romantisme et adultère, qui valorise l’amour plus fort que tout mais glorifie les liens du mariage, qui flirte avec le ‘socialement incorrect’, tout en restant dans les limites du moralement acceptable. Amitabh Bachchan, Rekha et Jaya Bachchan y sont inoubliables.

 

N°35. Mili
Nombre de points : 25 - Cité : 3 fois - Moyenne : 8,3

En 1975, Mili de Hrishikesh Mukherjee, réunit à l’écran Amitabh Bachchan et Jaya Bhaduri qui deviendra sa femme, dans une belle histoire où un homme aigri redécouvre la vie auprès d’une jeune femme généreuse et vive… mais malade.

 

 

N°36. Jewel Thief
Nombre de points : 24,5 - Cité : 3 fois - Moyenne : 8,2

Un très bon polar des années 60, au scénario redoutablement efficace. Dev Anand en dandy mystérieux et charmeur, reste inégalable. Le réalisateur Vijay Anand est toujours considéré comme le maître du thriller indien. La plastique du film a un peu vieilli, mais on l’oublie vite, happé par les rebondissements inattendus.

 

N°37. Pardes
Nombre de points : 24 - Cité : 3 fois - Moyenne : 8

Un NRI veut marier son fils à une "vraie Indienne" et envoie son fils adoptif (Shah Rukh Khan) convaincre Ganga. Avant de se marier, celle-ci vient vivre quelques semaines au Canada, le choc culturel est terrible. Un film incontournable pour les fans de Shah Rukh Khan, excellent en Arjun inhibé mais chevaleresque.

 

N°38. Dil
Nombre de points : 23,5 - Cité : 3 fois - Moyenne : 7,8

Aamir Khan et Madhuri Dixit commencent par se détester, avant de réaliser qu’ils s’aiment. Le père de Madhuri n’est pas d’accord, ils se marient quand même et fuient. Mais le père n’a pas dit son dernier mot… Des scènes très fortes émaillent ce film apparemment banal, le rendant inoubliable, grâce au talent des interprètes.

 

N°39. Anand
Nombre de points : 23 - Cité : 3 fois - Moyenne : 7,7

Un des premiers films d’Amitabh Bachchan, un jeune médecin solitaire, qui apprend à aimer la vie auprès d’un homme très malade (Rajesh Khanna). Un film à la fois bouleversant et vivifiant.

 

 

N°40. Roti Kapada aur Makaan
Nombre de points : 23 - Cité : 3 fois - Moyenne : 7,7

Un monument du masala social des années 70. Un jeune diplômé au chomâge est rejeté par sa fiancée qui lui préfère un riche entrepreneur. Il travaille sur un chantier et vient en aide à une jeune femme qui vit seule avec son bébé. De nouveau au chômage, pour survivre il entre dans la pègre… Avec Amitabh Bachchan en ange rédempteur.

 

N°41. Bobby
Nombre de points : 22 - Cité : 3 fois - Moyenne : 7,3

Le premier film indien pour teenagers ! Rishi Kapoor et Dimple Kapadia ont moins de 20 ans et mettent toute leur fougue dans ce film. Un scénario très classique d’amour contrarié mais de jolies scènes et une chanson inoubliable : Main shayar to nahin.

 

 

N°42. La trilogie d’Apu
Nombre de points : 20 - Cité : 2 fois - Moyenne : 10

Trois chefs-d’oeuvre du grand Satyajit Ray : La complainte du sentier - L’invaincu - Le monde d’Apu, racontent l’histoire d’un jeune garçon de la campagne bengalie, son enfance, son adolescence à Benarès, sa vie d’adulte avec sa femme et son fils. Un grand moment d’humanité, une poésie rare.

 

 

N°43. Sujata
Nombre de points : 20 - Cité : 2 fois - Moyenne : 10

Un des rares films indiens qui traitent de front le problème des castes. Un bébé intouchable est recueilli par une famille brahmane. Sujata (Nutan) l’apprend adulte et se retrouve confrontée à l’intolérance de certains, dans un contexte (1959) qui a du mal à appliquer l’humanisme de Gandhi. Un film inoubliable.

 

 

N°44. Laawaris
Nombre de points : 20 - Cité : 2 fois - Moyenne : 10

Amitabh Bachchan dans un de ses plus beaux rôles d’angry young man. Un orphelin se bat pour garder son intégrité, souffrant de ne pas savoir qui est son père. Confronté à cet homme sans connaître leurs liens de parenté, des relations étranges vont se construire… Un des chefs-d’oeuvre des années 80.

 

 

N°45. Salaam Bombay
Nombre de points : 18 - Cité : 2 fois - Moyenne : 9

Un docu-fiction très juste et sensible de Mira Nair sur les gosses des rues de Bombay, leurs débrouilles et leurs embrouilles. Le film a gagné le prix du public et la caméra d’or à Cannes en 1988.

 

 

N°46. Do Ankhee Barah Haath
Nombre de points : 18 - Cité : 2 fois - Moyenne : 9

Un directeur de prison décide de prouver qu’il est capable de remettre les pires criminels dans le droit chemin, sans prison, sans chaînes, sans barreaux. Une fable sociale lumineuse et humaniste de V. Shantaram qui sonde l’âme humaine sans faire d’angélisme.

 

 

N°47. Nagina
Nombre de points : 18 - Cité : 2 fois - Moyenne : 9

Rajiv épouse contre l’avis de sa mère la belle Rajini (Sridevi). Mais quelque temps plus tard un charmeur de serpents met en garde la belle-mère : Rajini serait la forme humaine d’un serpent venu venger sa femme tuée lors que Rajiv était enfant…

 

 

N°48. Karma
Nombre de points : 17,5 - Cité : 2 fois - Moyenne : 8,8

Sur le même thème que le film N°46, plus film d’action que fable sociale, cette fois le directeur de prison se venge d’un odieux terroriste. Jolis numéros d’acteurs pour les héros des années 80 (Naseeruddin Shah, Anil Kapoor, Jackie Shroff) chaperonnés par le vétéran Dilip Kumar.

 

 

N°49. Zakhm
Nombre de points : 17,5 - Cité : 2 fois - Moyenne : 8,8

Lors des émeutes de Bombay, Ajay (Devgan) veille sa mère à l’hôpital. Dans ce contexte de haine entre musulmans et hindouistes, il raconte son enfance douloureuse à son épouse, tente de calmer son frère hindouiste extrémiste et de respecter la dernière volonté de sa mère : se faire enterrer. Selon les rites musulmans.

 

N°50. Sarfarosh
Nombre de points : 17,5 - Cité : 2 fois - Moyenne : 8,8

Un solide film d’action made in Mumbai mêlant politique et religion, doté d’un scénario aux retournements inédits. Aamir Khan enquête sur un trafic d’armes alimentant terroristes et criminels. Heureusement l’amitié qui le lie à Gulfam Hassan (Naseeruddin Shah), chanteur de ghazal pakistanais, apporte une touche d’humanité à ce monde violent.

 


Détail des notes des rédacteurs :

HTML - 78.4 ko
Notes par rédacteur
Commentaires
13 commentaires