]]>

Uchithanai Muharnthaal au Gaumont Stade de France

Publié mardi 20 décembre 2011
Dernière modification dimanche 25 décembre 2011
News lue 948 fois

Par Gandhi Tata

Rubrique News
◀ Résultats du jeu-concours Rajapattai
▶ Sortie de Rajapattai au Gaumont Stade de France !

Mise à jour : Notre partenaire, nous a informé que le film est à présent projeté en Version Originale Sous-Titrée en Français !

Ces derniers jours, nous vous avons essentiellement parlé de la sortie de Rajapattai, le divertissement kollywoodien de cette fin d’année. Mais à côté de ce film masala, un autre long métrage tamoul, plus engagé et grave, sortira au Gaumont Stade de France, le 23 décembre 2011.

Le film s’intitule Uchithanai Muharnthaal et parle de l’enfance maltraitée. Réalisé par Pughazhendi Thangaraj, connu pour son soutien et son engagement en faveur de la cause tamoule dans le conflit srilankais, Uchithanai Muharnthaal aborde de manière frontale, les agressions sexuelles perpétrées par certains soldats de l’armée cinghalaise sur des mineurs tamouls.


Le film se situe en Inde et met en scène les efforts du professeur Natesan et de sa femme Nirmala, pour sauver une jeune réfugiée tamoule du Sri Lanka qui se prénomme Pounidavady. Elle a 13ans et c’est une gamine, mais en quittant son pays, elle semble y avoir laissé son innocence et une enfance dont elle a été dépossédée de force. Sa souffrance fédère et mobilise une kyrielle de personnages comme le commissaire Charles Anthony, les docteurs Deivanayagam et Rekha.


Uchithanai Muharnthaal est un film réaliste qui s’inspire du quotidien des réfugiés tamouls, chassés de leur pays et indésirables en Inde. L’engagement politique du réalisateur ne doit pas mettre en doute son impartialité ou le faire passer pour un partisan des LTTE (Tigres de libération de l’Eelam tamoul), car il aborde ici, le thème universel de l’enfance violentée, avec les blessures de l’innocente Pounidavady, marquée à jamais. Le pire, c’est que ces crimes de guerre sont occultés aux yeux de l’opinion internationale et réduits à de simples dommages collatéraux par les autorités cingalaises. Enfin, ce film met en lumière la position passive de l’Inde, qui va de l’indifférence au mépris envers ces réfugiés, pour ne pas froisser le gouvernement cinghalais. Cependant, une partie de la population du Tamil Nadu, en décalage avec les décisions politiques du gouvernement central, soutient officieusement (et parfois officiellement) la cause des réfugiés srilankais en les accueillant et les aidant illégalement.


Uchithanai Muharnthaal n’est pas uniquement porteur d’un message, c’est également un film porté par un très bon casting composé de vétérans du cinéma tamoul comme Sathyaraj ou Nasser. La bande son est assuré par D.Imman, génial compositeur de Thiruvilayadal Arambam et Mynaa. Le montage est réalisé par B.Lenin qui a souvent collaboré avec les réalisateurs Shankar et Mani Ratnam


Que l’on partage ou non la cause des tamouls srilankais, Uchithanai Muharnthaal mérite amplement notre intérêt, si l’on est un minimum humain et que l’on peut s’émouvoir des victimes de la Shoah, du Rwanda, du Darfour, d’hier et d’aujourd’hui, qui continuent à souffrir dans l’indifférence totale. Aanna Films est à féliciter, dans cette initiative, avant tout humaine, de parler de ceux qu’on oublie, surtout, à une période où nous pensons tous à festoyer.


Si vous décidez d’aller voir Rajapattai, n’hésitez pas à vous attarder sur Pounidavady, car comme elle, beaucoup d’enfants sont victimes de l’ignominie humaine et Uchithanai Muharnthaal leur est dédié.


Uchithanai Muharnthaal sera en salle à partir du 23 décembre et sera projeté aux séances de 11h15 et 14h15 au Gaumont Stade de France.

Pour plus d’informations
Rendez-vous sur le site de notre partenaire Aanna Films : >>ici<<

Commentaires
6 commentaires
En réponse à clem - le 20/12/2011 à 14:09

merci une nouvelle fois anna films….ce film a l’air magnifique, même s’il doit être choc…j’irais définitivement le voir !

Laissez un commentaire :

Alma le 29/12/2011 à 11:51

Je l’ai vu et c’est vraiment un film magnifique !! Je l’ai vu il y a plusieurs jours et j’y pense et j’y repense…. Du cinéma engagé bien écrit, bien réalisé et bien joué…Merci à Aanna films de nous avoir donné l’occasion de le voir, le public était très clairsemé malheureusement et j’étais la seule occidentale.

Avant de continuer, quelques remarques : il n’y a rien sur allo-ciné concernant le film. Même pas la date de sortie, ni la durée, ni un résumé : RIEN. Comme si le film n’existait pas. Celui qui regarde la programmation du Gaumont ne peut donc pas se faire une idée de ce qu’on lui propose, c’est quand même bien dommage. Je ne sais pas si c’est à Aanna Films de le faire, mais envoyer un petit topo à allo-ciné aurait pu s’avérer judicieux. Je sais bien que le public est à 99,99% tamoul et que l’info passe par d’autres circuits, mais quand même…

Le sous-titrage est défectueux au début (tout ce qui comporte un accent est remplacé par un losange-point d’interrogation) mais ça ne dure pas longtemps et ce n’est pas très gênant.

Certains passages ont été censurés par la censure indienne…on a donc des ******dans les sous-titres et des borborygmes à la place des dialogues….Un choc pour moi, française…

Le film maintenant : je m’attendais à un film d’auteur, pesant vu le sujet, un peu contemplatif (j’ai vu pas mal de cinéma d’auteur indien, et malheureusement il y a souvent des plans qui s’éternisent), je pensais voir une enfant prostrée… Eh bien pas du tout ! Le film n’est jamais ennuyeux. Le parti pris est assez étonnant finalement car le petite Punitha est la joie de vivre incarnée, un rayon de soleil, la personnification de l’innocence …Les acteurs sont tous parfaits. Je ne sais pas comment dire ça mais je ne m’attendais pas à voir le sujet traité de cette façon. En parallèle, plusieurs choses surprenantes pour moi dans ce film : les rapports de la femme du professeur avec sa mère et le rôle des hijras ….

Le film est très touchant, on n’en sort pas indemne et quand on quitte la salle, on n’oublie pas Punitha sitôt passée la porte, non….elle vit en nous pendant encore un long moment.

Que ceux qui sont sur Paris n’hésitent pas à y aller !

Y a-t-il d’autres films de ce réalisateur que vous pouvez me conseiller ? J’aimerais bien aussi découvrir les autres films faits par ces acteurs car ils m’ont vraiment impressionnée…. Un vrai coup de foudre.

Gandhi Tata le 05/01/2012 à 01:10

Salut Alma,

vraiment ravi que le film t’ai plu car le genre n’est pas évident et son côté engagé aurait pu décourager, mais ton retour prouve que le bon cinéma trouve toujours son public !

Alors le réalisateur n’a réalisé que deux films dans sa courte carrière et le premier se nommait Kaatrukkenna Veli, et avait pour toile de fond le conflit srilankais.

Quant à Sathyaraj, c’est un grand acteur des années 80-90 qui a joué de beaucoup de films masala et d’auteur, je te conseillerai : Kadalora Kavithaigal, Vedham Pudhithu, Poovizhi Vasalile, Amaithipadai.

Seema qui joue le flic est un metteur en scène, plus connu pour son engagement en faveur de la cause tamil a joué dans Evano Oruvan où figure aussi Madhavan.

voilà !

gt

alma le 27/12/2011 à 12:58

Quelle est la durée du film ? C’est une info que je ne trouve nulle part….

le 20/12/2011 à 16:47

Merci à Aana Films pour cette nouvelle initiative. Film qui a l’air magnifique et très émouvant. Dommage qu’il ne se joue qu’en banlieue parisienne (comme les autres films indiens..)…. Que ceux qui habitent Paris ou sa banlieue profitent de cette chance…

clem le 20/12/2011 à 14:09

merci une nouvelle fois anna films….ce film a l’air magnifique, même s’il doit être choc…j’irais définitivement le voir !

Marine le 20/12/2011 à 10:54

Belle initiative d’Aanna Films. J’espère que ce film rencontrera son public en France.