]]>

Un cycle de films indiens au Jeu de Paume

Publié lundi 14 novembre 2011
Dernière modification dimanche 9 mars 2014
News lue 393 fois

Par Adeline

Rubrique News
◀ Danse Bharata natyam au Musée Guimet, les 2 et 3 décembre
▶ Sortie de Rockstar au Gaumont Stade de France !

Le Jeu de Paume, dans le 8ème arrondissement de Paris, met l’Inde à l’honneur jusqu’au 22 janvier en organisant un cycle de projections consacré à Jahnu Barua et à Adoor Gopalakrishnan, deux cinéastes au style très personnel, dont on a pu voir certains films lors des dernières éditions de l’Eté Indien du musée Guimet.

Les deux réalisateurs ont en commun leur passage par la réalisation de documentaires, mais aussi leur volonté d’ancrer leur cinéma dans la culture de leur état d’origine : l’Assam (dans le Nord-Est) pour Barua, le Kerala (au Sud) pour Gopalakrishnan.

Jahnu Barua, né en 1952, situe son œuvre dans la campagne de son état. Dans ses films souvent émouvants, il aborde des problématiques sociales et écologiques : endettement d’un paysan qui risque de perdre sa terre dans La Catastrophe, trafic de bois et condition de vie des peuples adivasi dans La Forêt, l’éducation des enfants en milieu rural dans L’Etincelle. Il s’est également essayé au film historique, avec Le prix de la liberté qui aborde à travers le sacrifice d’un disciple de Gandhi la question de la non-violence lors de la lutte pour l’indépendance. Neuf de ses films seront présentés durant ce cycle.

Adoor Gopalakrishnan, né en 1941, vient d’une famille de mécènes du théâtre traditionnel du Kerala.

Lui-même commence par produire des pièces, dont il écrit parfois le scénario. Après son passage par le Film and Television Institute de Pune, il fonde la première coopérative de cinéma indien. Il conçoit ses films, dont la photographie sublime les paysages du Kerala, comme des expériences émotionnelles qui doivent bouleverser le spectateur pour l’amener, après coup, à réfléchir. Parmi les cinq films proposés, L’Homme servile, avec le grand Mammootty, ou encore Le Serviteur de Kali, dont le personnage central est un bourreau rongé par la culpabilité.

Les séances ont lieu le mardi, le samedi et le dimanche. Le cycle se termine par une carte blanche aux deux cinéastes qui ont choisi de nous montrer, entre autres, Pyaasa de Guru Dutt, Mother India de Mehboob Khan, La Complainte du Sentier de Satyajit Ray ou encore La Chevauchée des Rêves de Girish Kasaravalli.

Auditorium du Jeu de Paume
1, place de la Concorde
75008 Paris
www.jeudepaume.org
renseignements : 01 47 03 12 50
infoauditorium@jeudepaume.org
tarifs : 3 € la séance / gratuit sur présentation du billet d’entrée aux expositions (valable uniquement le jour de l’achat) et pour les abonnés.

Commentaires
Pas encore de commentaires