]]>

Une petite histoire de Fanta

Publié dimanche 1er décembre 2013
Dernière modification mardi 3 mars 2015
News lue 2282 fois

Par Mel

Rubrique News
◀ Sortie de Naveena Saraswathi Sabatham en France
▶ Après-midi : Je me fais plaisir

Fantastikindia fête aujourd’hui ses 6 ans d’existence. C’est en effet le 1er décembre 2007 que www.fantastikindia.fr a levé l’affreux voile noir qui barrait sa une depuis de longs mois.

Je n’ai découvert Fanta que des années plus tard, et rejoint finalement l’association qu’en juillet 2012. Mais depuis le début, j’étais intrigué par ces « ours » présentés sur la page La Rédaction. Comment avaient-ils bien pu faire pour arriver à créer ce site auquel je me connecte tous les jours ? Alors j’ai fouillé dans les archives…



Eric Nguyen, dit Athama, crée Shaolin Movies en 1999, un petit site expérimental destiné à promouvoir le cinéma asiatique. Avec quelques critiques de film et une introduction remarquée à Bollywood, il en transfère en mai 2000 le contenu sur oasies.com, un portail modeste dont il inaugure la nouvelle rubrique cinéma. C’est dans ce cadre qu’il écrit ses deux premières critiques de film indiens : Le Mariage des Moussons publié en décembre 2001 puis Laagan en juillet 2002.

Il adopte dès cette époque un format qui va être suivi par des dizaines de rédacteurs au cours de la décennie à venir. Le texte est composé d’environ 1000 mots, illustré par un petit nombre de photos intégrées à la mise en page, et suivi d’une notice technique normalisée. Un peu plus tard, des liens vers d’autres films insérés au cœur de la critique permettront au lecteur de naviguer dans la base de données du site.

Mais Athama a visiblement un peu plus d’ambition que de se cantonner à quelques critiques épisodiques publiées sur un site qui ronronne. Il vient d’avoir 30 ans lorsqu’il lance fantastikasia.com qui deviendra fantastikasia.net trois mois plus tard, en novembre 2002. Le style est noir, minimaliste, et le contenu proposé lors du lancement n’est pas très fourni. Il comprend pourtant dès le début les critiques de Devdas [1] et d’Asoka écrites par Ganesh. Ce dernier texte est aujourd’hui le plus ancien publié sur fantastikindia.fr.

JPEG - 101.5 ko
Page d’accueil de fantastikasia.net fin 2002

Le succès de fantastikasia.net est immédiat. L’équipe de rédaction croît rapidement. La réussite en salles de Devdas en mai 2003 fait venir de nouveaux lecteurs. La section Bollywood du forum croule sous les messages. Athama est même obligé d’intervenir en juin 2003 pour la première « bagarre » en ligne. En septembre de cette année, le site fête son premier anniversaire, et le besoin de créer une association se fait sentir. Une existence dans le monde réel devient impérieuse pour pouvoir organiser des événements, car jusqu’à présent la promotion des cinémas asiatiques ne se faisait que dans un univers virtuel. Il y a encore tellement à faire que l’association Fantastikasia ne sera dûment enregistrée qu’en mai 2005. Elle regroupe alors une quinzaine de membres qui ont rédigé, en moins de trois ans, des dizaines de critiques de film et des centaines de news, proposé plus de 200 traductions de chansons et ont couvert une dizaine de festivals en France et à l’étranger.

Mais le temps qui passe met en évidence un problème de fond. La section Inde occupe maintenant plus de la moitié d’un site qui était destiné à couvrir tous les cinémas asiatiques. Ses nombreux rédacteurs s’activent également sur le forum où une foule de membres se pressent pour discuter des derniers potins en provenance de Bombay, ou même organiser des sorties entre eux. Il devient évident fin 2006 qu’il n’est plus possible de conserver l’équilibre. La créature est sur le point d’échapper à son créateur.

Fin 2006, Athama annonce dans son dernier éditorial ce qui ressemble à un divorce : un site secondaire, fantastikindia.net, sera mis en place pour présenter l’intégralité du contenu Inde ; fantastikasia.net ne s’en réservant qu’une partie réduite de manière à offrir plus de visibilité aux autres rubriques.

Le forum devenu difficilement gérable est fermé puis recréé. Les dissensions se font plus vives. Au printemps 2007, la décision est prise de créer fantastikindia.fr, un site totalement séparé de fantastikasia.net. Un groupe d’une vingtaine de rédacteurs se constitue en une association indépendante qui sera finalement déclarée en août 2007.

JPEG - 100.9 ko
Page d’accueil de fantastikindia.fr en décembre 2007

Pendant ce temps, fantastikasia.net périclite. La perte de la majorité de ses rédacteurs associée à la lassitude de ceux qui sont restés font qu’il n’est plus possible de produire autant de contenu. Athama prend pourtant la décision qui permettra à fantaskindia.fr de se lancer : les articles déjà publiés sur fantastikasia.net pourront être repris sur le nouveau site, pour peu que leurs auteurs en donnent l’autorisation. C’est ainsi que plus de 150 critiques de films seront mises en ligne dès le premier jour, le 1er décembre 2007. À partir de cette date, fantastikasia.net ne publiera plus que trois critiques de films indiens. Le dernier article, My Name is Khan, d’Athama lui-même, sera affiché en juin 2010.

Suresh Cornet, dit Suraj974, était le chef de la rubrique Inde de fantastikasia.net au moment de la scission. C’est assez naturellement qu’il devient le premier président de la nouvelle association. Au cours de l’année 2007, tout est à reconstruire. La première difficulté est technique, car aucun membre de l’équipe ne connait rien à la problématique de monter et administrer un site Internet.

Le CMS (Content Management System ou Système de Gestion de Contenu) mis en œuvre par fantastikasia.net depuis ses débuts se nomme SPIP (Système de Publication pour l’Internet). Tout d’abord en version 1.4 dès 2002, il avait évolué au fil des versions pour se stabiliser en version 1.7.2. Pour bénéficier de la possibilité de reprendre la base de données des articles, SPIP sera également retenu pour fantastikindia.fr. Dhanesh, qui était un membre du forum, est recruté pour concevoir le nouveau site. Il l’habille d’une charte graphique claire et lisible, agrémentée de fonctions originales qui permettent une navigation aisée et agréable. Gulabari, rencontrée aussi sur le forum, imagine le logo floral qui l’illustre encore aujourd’hui.

La base de données importée, il faut alors écrire des articles originaux et réécrire ceux dont les auteurs n’ont pas souhaité le transfert. Le groupe se consacre d’arrache-pied à cette tâche en cette année 2007 et plus encore en 2008. Plus de 250 critiques de film seront produites durant cette période d’euphorie créatrice. Deux nouvelles rubriques, à même d’ouvrir d’autres horizons, sont même ajoutées dès le lancement : cuisine et musique. Le forum n’est pas en reste. Ses anciens membres ont suivi en masse la transition avec plus de trois cents inscrits au 1er décembre 2007. Ils écrivent à cette époque plus de trente messages quotidiennement. Le lancement de fantastikindia.fr est une grande réussite, et le site s’impose d’emblée comme le premier relais du cinéma indien dans le monde francophone.

Mi-2008, Suraj974 qui a passé cinq années intenses avec Fanta, souhaite réduire son implication et laisse son poste de président de l’association à Amanpreet Singh, dite Amanpreet fan de bolly (ou tout simplement Amanpreet), encore étudiante à cette époque. A la rentrée 2008, le site trouve la configuration qu’on lui connait encore aujourd’hui avec quatre vignettes Bollywood sur la page d’accueil et des fiches anniversaires de star. Le rythme de rédaction est toujours aussi déchaîné, avec plus de deux nouvelles critiques par semaine au cours de l’année 2009. De nouveaux rédacteurs viennent renforcer l’équipe tandis que des anciens décident de quitter cette folie pour retrouver une vie plus « normale ». À partir de 2010, le site mettra à la une chaque semaine au moins une critique de film indien.

Amanpreet réalise le vieux rêve d’impliquer l’association dans des événements réels. Elle contribue ainsi à nouer de nombreux partenariats qui ouvrent d’innombrables portes. Des concours permettant aux lecteurs de gagner des places de cinéma sont organisés et un grand nombre de manifestations liées à la culture indienne sont couvertes sur le site. Fantastikindia participe même à un salon où elle dispose d’un stand. Comble du luxe, un envoyé spécial assure un compte-rendu quotidien du festival de Cannes depuis 2010.

Malgré cette immense activité, la fréquentation du forum baisse pour arriver à une désaffection presque totale en 2011. La « mode Bollywood » qui avait culminé en 2007-2008 s’estompe et la plupart des autres sites et blogs relatifs au cinéma indien ferment ou entrent en sommeil à l’orée de 2012. Mais Fantastikindia tient bon dans la tourmente. Le rythme de création reste soutenu grâce à l’arrivée de nouveaux rédacteurs motivés, c’est ainsi que 2012 voit la publication de plus de 400 articles.

Un cataclysme survient pourtant quand on ne l’attendait pas. Au début de l’année 2013 nous avons à déplorer plusieurs départs soudains, dont celui d’Amanpreet. A cela s’est ajouté un problème technique majeur : le changement de système programmé par notre hébergeur n’était pas compatible avec l’antique SPIP 1.9.2a qui animait le site depuis plus de 5 ans. Dhanesh était parti depuis longtemps ; alors c’est à un des rédacteurs qui n’y connaissait rien que la tâche de faire le portage du site a été confiée. Après quelques soirées de sueur, cet écueil a finalement été évité et les lecteurs n’y ont rien vu.

Mais la technique n’est rien lorsque le cœur défaille. Amanpreet avait su maintenir la cohésion de notre petite bande hétéroclite, sans elle le risque était grand de voir l’association brutalement disparaître. Après de longues semaines d’inquiétude, les plus anciens ont repris les choses en main et Jérôme Degorce, dit Jawadsoprano, a été élu avec un soulagement unanime président de l’association en juin 2013. Cahin-caha le moral revient et cette année a encore été l’occasion de se passionner pour de nombreux films.


Tandis que nous fêtons le 1er décembre le 6e anniversaire de la mise en ligne de fantastikindia.fr, le site présente près de 730 critiques de film et 90 biographies d’artistes indiens. Il faut ajouter à cela 65 recettes de cuisine, plus de 220 traductions de chansons et des dizaines d’articles musicaux. Si on compte en plus les 2250 news publiées à ce jour, on se dit que ce n’est pas si mal pour une petite équipe entièrement bénévole !

Et puis, nous avons des projets plein la tête. L’un d’eux est de revoir le design du site. Nous y pensons depuis longtemps. Ce sera peut-être pour 2014…

JPEG - 148.7 ko
Une page de la prochaine version du site ?

[1Elle n’est plus en ligne et dort bien au chaud dans les archives depuis un récente réorganisation des critiques.

Commentaires
16 commentaires
Galerie