]]>

Vaali

(le dieu Vaali)

Année1999
LangueTamoul
GenreThriller
RéalisateurS. J. Surya
Dir. PhotoJeeva
ScénaristeS. J. Surya
ActeursSimran, Ajith Kumar, Vivek , Balaji
Dir. MusicalDeva
ParolierVairamuthu
ChanteursAnuradha Sriram, Harini, Swarnalatha, Unnikrishnan, S. P. Balasubrahmanyam, Mano, Ajith Kumar, S. J. Surya
ChorégrapheRaju Sundaram
ProducteurS. S. Chakravarthy
Durée159 mn

Bande originale

Gee Priya
Nilavai Konduva
Vaanil Kaayuthae
April Maathathil
Sona Sona

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Jawadsoprano - le 20 juin 2008

Note :
(8.5/10)

Article lu 1730 fois

Galerie

Vous aimez les jumeaux ? Ils vous fascinent, ou bien ils vous font peur ? Dans Vaali, en tout cas, c’est la deuxième possibilité qui est la plus probable. A la vue de ce film, vous ne regarderez plus les jumeaux de la même façon !

L’histoire de Vaali est simple : Deva (Ajith) et Shiva (Ajith) sont jumeaux. L’un est plus mûr que l’autre, mais a aussi un destin particulier. Deva est sourd-muet, mais possède des qualités intellectuelles exceptionnelles. Il dirige une agence de publicité malgré son handicap, ceci grâce à une faculté prodigieuse de lire sur les lèvres, lui permettant de rester en contact avec le monde qui l’entoure. Son frère Shiva est lui plus fougueux. Moins mature, il a des préoccupations plus terre-à-terre. Il voue un véritable culte à son frère Deva. Mais un jour, les deux frères vont faire la connaissance à quelques semaines d’intervalle de la charmante Priya (Simran). Deva la contemplera de loin sans oser l’approcher, de peur de se faire repousser à cause de son mutisme. Shiva emploiera les techniques de drague les plus saugrenues pour finalement arriver à ses fins et se marier avec la belle. Deva va alors connaître une obsession destructrice vis-à-vis de Priya, et montrer son visage le plus sombre…

JPEG - 30.2 ko
Shiva, ténébreux et cultivé
JPEG - 22.8 ko
Deva, intelligent et sournois
JPEG - 25.1 ko
Priya, espiègle et débrouillarde

Brillant, c’est le premier mot qui vient à l’esprit après le visionnage de ce film. On est rapidement captivé par cette intrigue de thriller à l’ambiance incroyablement malsaine. Le réalisateur a superbement tiré profit de la ressemblance des deux frères pour construire plusieurs situations assez troublantes. Deva réussit ainsi à remplacer son frère Shiva dans les yeux de Priya, en exploitant chaque moment ne nécessitant pas de long discours, y compris les scènes les plus intimes. D’ailleurs, la chanson Vaanil Kaayuthae retranscrit en images les désirs de Deva pour Priya, tout ce qu’il ne pourra jamais lui dire, et nous montre les raisons de son acharnement à la persécuter. Et cette incapacité à communiquer est aussi ce qui rend Deva presque attachant. Sa cruauté est d’ailleurs presque justifiée, notamment à la fin. On arrive presque à comprendre ce qui l’a rendu si diabolique, et cela met le spectateur mal à l’aise.

JPEG - 26.9 ko
Priya amusée par Shiva

Le script est lui aussi très bien conçu, laissant place aux éléments habituels du masala. Un peu d’humour avec les intermèdes assez réussis de Vivek en mendiant truand, du romantisme avec le couple Shiva-Priya, et surtout un méchant très marquant. De plus, l’évolution des relations au sein de ce triangle amoureux plutôt original est subtilement amenée. Shiva va dans un premier temps se détacher de Priya, qu’il trouve trop angoissée, alors que celle-ci a deviné le jeu de Deva. On reste ainsi en haleine tout le long du film, jusqu’à la fin, très réussie et surprenante. De nombreuses trouvailles agrémentent le film. On peut retenir la séance de drague entre Priya et Shiva, où ce dernier s’invente une romance avec une belle inconnue pour obtenir l’affection de Priya.

JPEG - 27.1 ko
Alors Priya, c’est Deva ou Shiva ?
JPEG - 38.6 ko
Et là Priya, Deva ou Shiva ?

Réalisé pour quelques roupies par un débutant, inconnu à l’époque, le film a explosé les records. A l’affiche pendant plus de 200 jours, il a engrangé 20 crores de recettes, malgré des sorties de films aux budgets conséquents tels que Padayappa avec Rajnikanth. Mais ce réalisateur débutant ne l’est pas resté longtemps, et il vous est peut-être familier. S.J. Suryah est aussi un acteur, qui joue régulièrement dans ses propres productions. Comment le réalisateur de ce thriller de qualité peut-il être un des acteurs les plus mauvais du cinéma tamoul ? Cela est un grand mystère. En tout cas, on peut lui reconnaître un talent d’écriture et de direction, car il est aussi l’auteur de Khushi, gros hit au box-office tamoul de l’an 2000 avec Vijay et Jyothika. Il l’a d’ailleurs adapté lui-même en telugu, offrant à l’acteur Pawan Kalyan son plus gros succès. Un remake hindi est sorti en 2003 avec Kareena Kapoor et Fardeen Khan.

JPEG - 36.8 ko
Les pensées malsaines de Deva

Ajith réalise dans Vaali la performance de sa carrière. Jamais on ne l’a revu pour l’instant autant impliqué dans ses personnages. Dans le rôle de Shiva, il est généreux, plein d’innocence et totalement extraverti, un héros assez conventionnel finalement. Mais dans le rôle de Deva, il est machiavélique, joue un double jeu avec son frère et intériorise toutes ses pensées, rendant son personnage angoissant et totalement imprévisible… Et c’est ce rôle-là qui marque le spectateur. On ne s’étonne plus qu’Ajith ait cette année-là éclipsé la concurrence et raflé le Tamil Filmfare Award du meilleur acteur, et que ce film soit resté comme un tournant dans sa carrière en lui donnant une crédibilité en tant que comédien.

JPEG - 20.2 ko
Priya va-t-elle tuer le visage qu’elle aime ?

Si Ajith est l’âme du film, sa partenaire, Simran, n’est pas en reste. Avec sa présence et son charme, elle campe une Priya pleine de fraîcheur et de naturel, limite espiègle et pas née de la dernière pluie. Par la suite, elle devient totalement terrorisée par Deva, à la limite de la paranoïa. L’industrie tamoule l’a bien compris et, en 1999, elle recevra le Tamil State Award de la meilleure comédienne pour Vaali et Thulladha Manamum Thullum, ainsi que le Tamil Filmfare Award (qu’elle monopolisera pendant quatre années consécutives d’ailleurs).

JPEG - 37.4 ko
Mate ma mob !

Le dernier élément qui rend Vaali si réussi, c’est sa musique. Le directeur musical Deva (à ne pas confondre avec le personnage du film) a signé avec Vaali l’un de ses meilleurs albums (aux côtés d’Aasai et Basha). Les quatre chansons qui sont dans le film sont efficaces, mélodieuses et bien produites. On reprochera à Deva sa tendance à s’inspirer fortement de chansons occidentales, mais dans Vaali il le fait avec classe. Cela contraste avec les plagiats réalisés actuellement par certains compositeurs dont on taira le nom (et puis non, Pritam en particulier). April Maathathil est un titre frais, assez rythmé et magnifiquement interprété par Unni Krishnan et Harini. Deva a repris subtilement un passage de 30 secondes de la chanson One Night In Bangkok de Murray Head. Vaanil Kaayuthae, qui a été évoqué plus haut dans l’article, est un morceau très sombre, presque diabolique avec ses voix sorties d’outre-tombe qui torturent l’esprit de Deva. La chanteuse Anuradha Sriram y apporte une douceur salvatrice. Nilavai Konduva est une chanson romantique, haute en mélodie, qui comporte un refrain plein de sensualité. Là encore, la mise en images est totalement réussie et contraste avec la scène suivante.

JPEG - 58.8 ko
Oh Sona !

Cependant, le mégahit musical, c’est Oh Sona, bien évidemment. La mélodie reste instantanément ancrée dans la mémoire, ainsi qu’une production mêlant instruments acoustiques et traditionnels à un rythme moderne. Là encore, Deva s’est inspiré de deux chansons occidentales. Le refrain reprend celui de Suzanna, ce tube des années 80, et l’un des breaks est une copie du thème musical du film américain Love Story. Mais le tout donne une chanson unique qui fait mouche, et dont le clip est l’occasion de voir l’actrice Jyothika apparaître pour la première fois dans un film. Elle a laissé une très bonne impression, puisqu’elle aussi a obtenu le Tamil Filmfare Award, celui du meilleur espoir.

Un bémol toutefois, qui vient de la qualité du DVD que nous propose l’éditeur Pyramid. La compression est visiblement moyenne, et le rendu de l’image n’est clairement pas optimal. On peut juste espérer une nouvelle sortie DVD bénéficiant d’une image plus nette.

JPEG - 20.4 ko
Une belle inconnue

Pas la peine d’en dire plus, Vaali est un film à ne pas manquer si vous aimez les thrillers réussis et les histoires captivantes. Vous pourrez y apprécier la présence de l’actrice Simran, et admirer la performance d’Ajith dans un double rôle inoubliable.

Commentaires
8 commentaires