]]>

Veer-Zaara


Année2004
LangueHindi
GenreMélodrame / Romance
RéalisateurYash Chopra
Dir. PhotoAnil Mehta
ScénaristesAditya Chopra, Nasreen Rehman
ActeursAmitabh Bachchan, Shah Rukh Khan, Rani Mukherjee, Preity Zinta, Hema Malini, Anupam Kher, Boman Irani, Manoj Bajpai, Kiron Kher, Divya Dutta
Dir. Musical Madan Mohan
ParolierJaved Akhtar
ChanteursLata Mangeshkar, Udit Narayan, Sonu Nigam, Gurdas Mann, Jagjit Singh, Roop Kumar Rathod, Pritha Majumdar, Ahmed Hussain, Javed Hussain, Mohammed Hussain, Mohammed Vakil
ChorégraphesSaroj Khan, Vaibhavi Merchant
ProducteursAditya Chopra, Yash Chopra
Durée192 mn

Bande originale

Aaya Tere Dar Par
Aisa Des Hai Mera
Do Pal
Hum To Bhai Jaise Hain
Jaane Kyon
Kyon Hawa
Lodi
Main Yahaan Hoon
Tere Liye
Tum Paas Aa Rahe Ho
Yeh Hum Aa Gaye Hain Kahan

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Maya - le 6 mars 2005

Note :
(8.5/10)

Article lu 12039 fois

Galerie

Dans un cachot gris, un homme hirsute est emmuré depuis 22 ans dans son chagrin et son silence. Le numéro 786 (Shah Rukh Khan) semble avoir perdu goût à la vie. Pourquoi est-il là ? Il faudra toute la détermination d’une jeune avocate, Saamiya Siddiqui (Rani Mukherjee), pour qu’il se livre enfin…et qu’elle puisse essayer de le délivrer.

JPEG - 15.3 ko
Le numéro 786 et son avocate

Voilà 22 ans, un jeune homme et une jeune fille sont tombés amoureux l’un de l’autre. Seulement, elle était déjà fiancée. Seulement, lui était Indien et elle Pakistanaise. Et ce qui aurait pu n’être qu’une histoire d’amour difficile, a été broyé par l’histoire de ces deux pays, frères ennemis.


Pourtant l’histoire commençait bien, Zaara Hayat Khan (Preity Zinta), enfant gâtée d’une grande famille pakistanaise (et musulmane) mais élevée par une nourrice née en Inde (et sikh), venait en Inde pour disperser les cendres de cette nourrice dans un lieu sacré. Veer Pratap Singh (Shah Rukh Khan), militaire indien, sikh lui aussi, s’était proposé de l’accompagner pour veiller à sa sécurité. Le prêtre avait fait montre d’une grande bienveillance envers elle, de même que les parents de Veer qui l’auraient volontiers accueillie comme belle-fille.
Mais Veer et Zaara allaient transgresser les plus forts des interdits, elle en montrant publiquement son amour pour un autre homme que celui choisi par son père. Lui, en foulant le sol pakistanais pour venir au secours de la femme qu’il aimait.
Il y avait un prix à payer pour ces audaces.


Avec Veer Zaara, les Chopra, Yash (réalisateur et producteur) et Aditya (scénariste et dialoguiste), signent une œuvre à la fois personnelle et traditionnelle, qui ressemble à un testament du patriarche de Bollywood. Yash Chopra le dit lui-même : "ceci est ma contribution à l’unicité des peuples des deux côtés de la frontière".
L’Inde et le Pakistan se haïssent depuis leur indépendance et ont détruit à cause de cela des milliers de vie, alors que leur peuple est le même d’un côté et de l’autre de la frontière, alors que les mères y transmettent les mêmes valeurs à leurs enfants, alors que chacun reconnaît son pays dans celui de l’autre. En contrepoison de la haine s’impose l’amour, celui qui renverse les montagnes, celui que rien ne peut détruire, ni le doute, ni le temps, ni les hommes.


Ce n’est sans doute pas un hasard si le rôle masculin de Veer, Indien sikh, est interprété par l’acteur Shah Rukh Khan, musulman originaire de Peshawar au Pakistan. On peut saluer sa performance, car il parvient à symboliser la confiance et la force de l’humanité du début à la fin du film, tout en incarnant aussi le prisonnier vieillissant sans espoir, rhumatisant, aux cheveux gris : il est méconnaissable… Preity Zinta est une Zaara très crédible, effarée par ses propres sentiments, digne devant ses devoirs filiaux, sobre dans le désespoir. Rani Mukherjee apporte une certaine combativité salutaire, celle de la justice et des droits de l’homme, représentant une nouvelle génération qui se bat pour réaliser ses rêves et n’a pas envie de perpétuer la haine.

Le scénario est bien construit, malgré une première partie un peu lente qui accumule les scènes romantiques et les promenades champêtres (jolie balade dans une Inde aux couleurs délibérément forcées, verte et rouge, avec Aisa des hai mera).


L’action prend une tournure franchement sympathique dans le village natal de Veer, soutenue par ses parents Amitabh Bachchan et Hema Malini, illustrée notamment par une chorégraphie de groupe autour d’une fête de village, Lodi, et des acteurs en grande forme. Les sentiments des héros se révèlent avec Do Pal et Main Yahaan Hoon. La tragédie se noue autour d’un ghazal poignant, Aaya Tere Dar Par. Enfin elle se dénoue en douceur sur Tere liye (Award des meilleures paroles de chanson), avec des effets de morphing des personnages fort réussis.
Les chansons portent véritablement le film, l’osmose entre la musique, l’image, l’action et l’émotion est exceptionnelle et dégage une sorte de magie. Les mélodies créées par Madan Mohar et rénovées par son fils Sanjeev Kohli, directement issues de l’âge d’or de Bollywood, ont un charme incontestable.

Si la musique et l’interprétation des acteurs sont de grands vecteurs d’émotion, la force et l’originalité du film résident essentiellement dans les messages délivrés, d’ailleurs Aditya Chopra a été récompensé aux Filmfare Awards pour l’histoire et les dialogues. Certains passages et poèmes méritent d’être cités, appris dans les écoles, gravés dans la pierre et dans le cœur des hommes, pour toujours…


Sacré Meilleur film 2004 par les Filmfare Award, Veer-Zaara restera sans doute une référence dans l’histoire de Bollywood, car il s’agit non seulement d’un grand film, mais aussi d’une étape dans la réconciliation indo-pakistanaise, qui contrairement à Main Hoon Na ou d’autres films, n’est pas "en toile de fond", mais bien le ressort principal du film.

Veer-Zaara a été présenté à Paris en avant première, à l’ouverture de la Bollywood Week 2006, en présence des stars du film : Shah Rukh Khan, Rani Mukherjee et Preity Zinta, et de son producteur et réalisateur, Yash Chopra. Retrouvez photos et articles dans notre dossier consacré à l’événement.

Le film est disponible chez Bodega Films en version originale (magnifiquement) sous-titrée en français. Voici la bande-annonce tirée du double DVD :


Voir les Chansons de Veer Zaara traduites en français, par Angel-Mumtaz.

Commentaires
13 commentaires
En réponse à Amanpreet - le 19/09/2008 à 19:50

Preityyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy :D

Ca fait bizarre parcontre d’entendre personne crier a chaque apparition :p Faudrait faire une séance ciné avec Fantapote en masse pour mettre de l’ambiance ^^

Laissez un commentaire :

clem le 29/03/2011 à 13:34

Je trouve la note trop sévère, ce film mérite au minimum un 10/10 !!

noella le 01/01/2011 à 21:38

Shah Rukh Khan originaire du Pakistan ?Pour un homme dont le père a choisi l’Inde car il ne voulait pas vivre la partition et qui ne cesse de dire qu’il est avant tout indien et citoyen du monde malgré les attaques dont il est l’objet ? Sans oublier qu’il a fait un mariage hindou avec Gauri et que ses enfants sont élevés dans les deux confessions ? Autant dire que Yash Chopra est pakistanais puisque sa famille est originaire de Lahore. C’est un film qui touche des personnes qui n’iraient pas vers Ramchand Pakistani par exemple, mais qui parlent d’un même engagement et aussi d’une croyance en une humanité.Le jeu de Shah Rukh lors de son procès est fabuleux : on ressent ces années d’emprisonnement, cette solitude, cet exil depuis des dizaines d’années.La même émotion revient dès que l’on voit un extrait .

fika le 08/09/2010 à 00:19

non je ne vous permet pas ce film mérite une note de 10/10 vraiment il est génial, histoire, chanson, jeu d’acteur, surtout l"histoire qui parle d’amour, tolérance, humanité. un film qui trouble la conscience, non, ce film est extraordinaire. c vrai qu’il a un seul point faible c qu’il est long mais cela ne change rien on est habitué à des films indiens long et puis sa longueur donne une crédibilité au film tous ses années qu’était emprisonné non il mérite vraiment un 10/10

Bolly fever le 24/06/2010 à 15:45

Un film magnifique..

Une chanson qui a été coupé au montage du film (alors qu’elle est magnifique, et même le clip) : Yeh Hum Aa Gaye Hai Kahan => http://www.youtube.com/watch?v=diuYx1VRwQE

Amina.

le 24/01/2010 à 14:25

j’adore se film il fé tro pleure

BoLlY cRaZy le 13/12/2009 à 15:27

Film magnifique, à ne rater sous aucun prétexte… Votre critique y fait parfaitement justice, bravo !

Uribaba le 05/07/2009 à 12:51

Je mets 10/10 !! Que d’émotions ! Ce film est FAIT pour être VU !!! La fin est super émouvante, d’ailleurs tout le film est super !!! Je l’adore !! En plus les chansons sont GENIALES GENIALES GENIALES GENIALES !!! Que DU REVE !!

fatma le 23/05/2009 à 15:11

un très bo film y en a de tout !! romance societé justice …il m’a trop touché et à chaque fois ke je le vois j’ai les larmes aux yeux !!

animimi le 27/09/2008 à 14:49

tres beau film,vu le 20/09/2008

Amanpreet le 19/09/2008 à 17:35

rerererevu aujourd’hui au musée guimet, et ce film est toujours aussi magnifique :)

Juanito le 19/09/2008 à 17:55

rererereetc… également au musée Guimet et tout pareil que toi…J’en ai encore eu la larme à l’oeil. Ca fait plaisir de revoir Preity Zinta^^

Amanpreet le 19/09/2008 à 19:50

Preityyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy :D

Ca fait bizarre parcontre d’entendre personne crier a chaque apparition :p Faudrait faire une séance ciné avec Fantapote en masse pour mettre de l’ambiance ^^

snake le 18/09/2008 à 17:42

certe le projet etait ambitieux, mais j ai trouvé le film trop long ( enfin non, "long" n est pas le bon terme, je dirais plutot ennuyant) avec un scenario bien plat, et telephoné, mais surtout pas credible une seconde…, on va remarquer par contre,(heureusement d’ailleurs) que les chansons sont agreables.