]]>

Veeram

Traduction : La Bravoure

Année2014
LangueTamoul
GenreMasala
RéalisateurSiva
Dir. PhotoVetri
ScénaristeBhoopathy Raja
ActeursAjith Kumar, Tamanna, Vidharth, Bala, Santhanam
Dir. MusicalDevi Sri Prasad
ParolierViveka
ChanteursShreya Ghoshal, Adnan Sami, Devi Sri Prasad, Sagar, Priyadarshini, Subash, Magizhini Manimaaran, Anand, Jagadish, Deepak, Koushik
ChorégraphesDinesh Kumar, Prem Rakshith
ProducteurB. Bharathi Reddy
Durée161 mn

Bande originale

Nallavannu Solvaanga
Ival Dhaana
Thangamae Thangamae
Jing Chikka Jing Chikka
Veeram

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Marine - le 17 janvier 2014

Note :
(7/10)

Article lu 1210 fois

Galerie

Dans son village d’Ottanchathiram, Vinayagam (Ajith Kumar) et ses quatre frères font régner la justice à coup de poings, voire de machettes. Vinayagam est entièrement dévoué à sa famille qu’il a élevée et refuse de voir une femme diviser ces cinq personnes unies comme les doigts de la main. Sauf que clandestinement, certains de ses frères entretiennent des relations avec des jeunes filles qui aimeraient bien se faire passer la guirlande au cou. La seule solution pour les petits frères, aidés par leur avocat (Santhanam), est de faire en sorte que Vinayagam à son tour tombe amoureux. C’est là que Kopperundevi (Tamannaah), alias Kopu, entre en jeu.

Pour les personnages, commençons par le plus important : Vinayagam. C’est l’homme auquel ses congénères du sexe masculin rêvent de ressembler : courageux, fort, droit, généreux. Et bien sûr, c’est l’homme que toute femme rêve d’épouser. Le film tourne autour de lui, de sa personnalité, de ses choix et chacune de ses paroles sonne comme un dogme. Dans la scène finale, Vinayagam est clairement assimilé à Shiva, avec son trident, pour protéger sa famille au sens large (incluant le père et la mère de Kopu). Ajith incarne à la perfection ce rôle de héros, il est crédible à tous les instants.

Prenons ensuite les frères. Bien qu’ayant vu deux fois le film j’ai encore du mal à les différencier et je n’ai pas la moindre idée de leurs noms respectifs. Ils constituent plutôt une masse qui sert à faire avancer l’histoire et justifie le fameux « unis comme les cinq doigts de la main ». On peut aussi se dire que ce sont les « pages » de Vinayagam : deux de chaque côté d’Ajith, c’est utile pour la mise en scène.

Maintenant au tour de l’héroïne. Honnêtement, c’est plutôt un rôle de plante verte. Tamannaah est très jolie, malheureusement, elle n’a pas grand chose à faire. Dans la première partie, elle est la jeune fille qui va tomber amoureuse (je la comprends) et dans la deuxième, c’est à peine si on la voit. Même la gamine de 6 ans a plus d’interactions avec le héros ! On notera toutefois la scène dans le train juste avant l’intermission où Tamannaah se débrouille très bien pour insuffler une âme à son personnage.

Les méchants ? En fait il y en a deux, mais ne sont pas très inquiétants en eux-mêmes. A vrai dire, de tout le film, Vinayagam n’est jamais vraiment en état d’infériorité par rapport à son adversaire. Cela contribue à donner un ton léger à Veeram.

Petite remarque pour la forme. Pour bien nous montrer que le personnage de Vinayagam change dans la seconde partie du film, il se rase la barbe. Kopperundevi lui dit même : « Tu étais beau avec ta barbe, mais sans elle, tu es encore mieux ». D’accord, ça se rapporte plus au changement de comportement que de pilosité, mais je me permets de réagir : Non ! Il est mieux avec sa barbe ! Christina Cordula sera sûrement d’accord avec moi, mais quand les hommes ont un visage rond, la barbe est presque indispensable. Sinon, on dirait un bébé joufflu.

Comme il se doit, les principaux ingrédients de ce masala sont : beaucoup d’humour, une dose de romance, et pas mal d’action.

Pour l’humour, cela repose essentiellement sur les quatre frères et l’avocat joué par Santhanam. Cependant, pour éviter la redondance, les cibles changent régulièrement. Au début, c’est au receveur de district et ami de Vinayagam d’en faire les frais, puis à Kopu et Vinayagam eux-mêmes (il n’y a pas de raison), et pour terminer c’est à l’oncle de Kopu. Il est possible de trouver que l’humour est trop présent dans le film, mais cela correspond à l’ambiance désirée par le réalisateur.

Cependant, une chose m’a choquée en regardant le film ce sont deux remarques concernant la couleur de la peau. La première, lorsque le principal pense que Vinayagam est quelqu’un de bien élevé et de doux car il a la peau claire. Idem lorsque le serviteur se marie, il dit être rapidement tombé amoureux de sa fiancée, car elle avait la peau claire. Bah si c’est le seul critère, ça fait peur !

Quant aux scènes d’action, beaucoup de câbles, aucune surprise. La scène du train juste avant l’intermission est pas mal faite mais certains effets spéciaux sont carrément nuls (exemple du lancé de hache dévié, qui est juste moche). La scène où Vinayagam apprend à ses frères les subtilités du combat au corps à corps est assez savoureuse. J’en retiendrai quelques idées.

Concernant la musique, le thème Veeram est vraiment prenant et correspond parfaitement à l’ambiance des combats qu’il accompagne. Les clips en Suisse sont tout à fait oubliables. Nallavannu Solvaanga est passable comme musique d’introduction et permet de compter jusqu’à cinq en anglais. Histoire de ne pas perdre de vue qu’on parle ici de cinq frères.
Et sérieusement, appelez-moi le chorégraphe ! Qu’est-ce que c’est que ce travail ? On a vraiment l’impression qu’il a limité l’amplitude des mouvements d’Ajith jusqu’à en faire un papy rouillé. Du coup, c’est comme si on se retrouvait à regarder Amitabh Bachchan danser. Sauf que ce dernier a presque deux fois l’âge d’Ajith. Bref, du grand n’importe quoi et pourtant, je ne suis pas dupe, l’acteur vaut mieux que ça en danse, je l’ai vu dans Arrambam.

Un petit mot sur les sous-titres. J’ai donc eu la chance de pouvoir regarder le film au cinéma avec des sous-titres français. Autant prévenir : les sous-titres ne sont pas parfaits même s’ils sont tout à fait compréhensibles. Si le distributeur en avait le temps avant la première projection, il faudrait les faire corriger. Une chose contre laquelle il ne peut rien, par contre, c’est le débit. Pour les non-tamilophones qui doivent lire les sous-titres, ceux-ci vont parfois un peu vite.

Veeram est un masala, pas très violent, et donc destiné à toute la famille. Un héros qui est presque un dieu descendu sur Terre, incarné par un acteur qui porte à lui seul le film (en fait il électrise l’écran). Une belle performance, car porter un film avec succès sur ses seules épaules, ce n’est pas donné à tous les acteurs. Un duo Ajith/Tamannaah qui fonctionne plutôt pas mal malgré le peu de place laissée au personnage féminin. Des comiques de service. Le tout au service d’une histoire plutôt faible en vérité, mais l’emballage aidant, c’est à peine si on le voit en sortant heureux de la salle. Un film que j’aimerai regarder en famille ou avec des amis un dimanche après-midi si seulement il pouvait sortir en dvd avec les sous-titres français (oui, même si je suis en retard, je fais ma liste au Père Noël).


Bande-annonce

Commentaires
1 commentaire