]]>

We Are Family

Traduction : Nous sommes une famille

Année2010
LangueHindi
GenresComédie dramatique, Mélodrame
RéalisateurSiddharth Malhotra
Dir. PhotoK. U. Mohanan
ScénaristeGigi Levangie Grazer
ActeursKajol, Arjun Rampal, Kareena Kapoor, Aanchal Munjal, Nominath Ginsburg, Diya Sonecha
Dir. MusicalShankar-Ehsaan-Loy
ParoliersIrshad Kamil, Anvita Dutt Guptan
ChanteursShreya Ghoshal, Vishal Dadlani, Suraj Jagan, Sonu Nigam, Shankar Mahadevan, Rahat Fateh Ali Khan, Akriti Kakkar, Anushka Manchanda, Bela Shende
ChorégraphesGeeta Kapoor, Bosco-Caesar
ProducteursKaran Johar, Hiroo Yash Johar
Durée119 mn

Bande originale

Ankhon Mein Neendein
Dil Khol Ke Let’s Rock
Reham O Karam
Hamesha & Forever
Sun Le Dua Yeh Aasmaan (Theme Slow Version)
We Are Family (Theme)

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Soniya - le 5 octobre 2010

Note :
(5/10)

Article lu 6986 fois

Le monde des NRI (non resident Indians) est vraiment merveilleux. C’est ce que doit se dire Maya (Kajol) lorsque, chaque matin, un merveilleux bus privé vient prendre devant sa spacieuse et merveilleuse maison banlieusarde (avec merveilleux 4x4 blanc garé dans l’allée) ses trois merveilleux enfants, en uniforme de leur merveilleuse école privée. Bon, il y a bien un hic, Maya est divorcée, mais son ex-mari Aman est si merveilleusement beau (normal c’est Arjun Rampal), et si presque merveilleusement à l’heure à la fête de l’école que tout ce petit monde forme quand même une merveilleuse famille.

JPEG - 14.8 ko
Une Kajol… Merveilleuse

Jusqu’à ce qu’Aman se décide à présenter sa nouvelle copine à ses enfants et son ex-femme. Difficile alors de prétendre que tout est normal pour les enfants et pour Maya, qui prennent immédiatement Shreya (Kareena Kapoor) en grippe. Et même lorsque celle-ci parvient à venir à bout de l’animosité des enfants (enfin, des 2/3), la difficulté d’égaler la mère parfaite qu’est Maya semble sonner le glas de son histoire d’amour avec Aman. Sauf que le monde merveilleux de Maya va bientôt vaciller et qu’elle va devoir trouver en Shreya une alternative pour sauver sa famille.

JPEG - 19.1 ko
Gaffe aux spaghettis, Kareena !

Je n’en écrirai pas plus pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire de ce remake indien de Ma Meilleure Ennemie, film américain avec le beau duo Susan Sarandon - Julia Roberts. Je n’ai de mon côté pas vu le film original, mais le remake est un "hymne à la mère" qui devrait ravir toutes les femmes au foyer de ce monde.

Comme il se trouve que la mère est jouée par la toujours fabuleuse Kajol, on arrive à être intéressé par les tourments de cette femme qui veut trouver quelqu’un capable de la remplacer auprès de ses enfants mais souffre aussi de devoir laisser sa place. L’actrice a l’occasion de nous montrer toute l’étendue de son talent, de la mère pétillante du début à la femme émouvante de la fin, et pour le spectateur lambda, c’est dur de rester de marbre devant une Kajol en larmes. Après, l’actrice star bénéficie du rôle le plus fouillé de l’histoire, et reste l’atout principal du film. Peu de place est ainsi laissée à Kareena Kapoor et Arjun Rampal : la femme moderne semble en effet devoir laisser tomber son travail de styliste pour devenir mère de substitution sans que cela fasse de vagues, et l’histoire d’amour initiale est vite passée aux oubliettes. Mais rien à dire sur le jeu des deux acteurs, tout en sobriété.

JPEG - 38.6 ko
C’est pas facile de partager l’affiche avec Kajol…

Après, cela fait les limites du film : si vos glandes lacrymales sont peu sensibles aux histoires tristes, le film laissant de côté ou survolant trop rapidement les autres thèmes qu’il aurait pu aborder, vous risquez de vous ennuyer ferme, et de préférer boire un Schweppes à l’Arjun, comme Nicole (oui, c’est facile).

Le film risque aussi d’avoir du mal à trouver sa cible : il y a beaucoup de scènes avec les enfants - plutôt bien interprétés par des acteurs en herbe, même si les séquences du début avec la petite fille récitant son texte laissaient craindre le pire - mais le sujet sérieux ne passionnera pas forcément le jeune public, malgré une réjouissante façon alternative d’utiliser les spaghettis. Une fois le tournant dramatique pris, il ne se passe plus grand-chose.

JPEG - 14.2 ko
La scène où les nanas nous prouvent qu’elles savent rocker !

Il y a bien des intermèdes musicaux, pas désagréables mais sans relief, et une séquence dansée, sur fond de musique rock, qui arrive comme un cheveu sur la soupe et qui met l’accent sur l’autre point faible du film : sans doute pour ménager le public familial, même en mauvaise posture, Kajol aura toujours une meilleure tête que vous (même le jour où vous étiez tirée à quatre épingles pour le mariage de votre meilleure copine, oui je sais, c’est dur). We Are Family n’est vraiment pas indispensable, mais les fans de Kajol et de mélo devraient y trouver leur compte.

BMP - 534.8 ko
Les soeurs de La Famille Indienne sont à présent rivales dans We Are Family
Commentaires
12 commentaires