]]>

Welcome

Traduction : Bienvenue

Bande originale

Hoth Rasiley
Insha Allah
Kola Laka Vellari
Kiya Kiya
Uncha Lamba Kad

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Marine - le 21 février 2012

Note :
(7/10)

Article lu 1404 fois

Galerie

Voici un remake réussi de Mickey les yeux bleus, avec Hugh Grant.

Rajiv (Akshay Kumar) n’est toujours pas marié, car son oncle, le docteur Ghungroo (Paresh Rawal), ne parvient pas à lui trouver une famille assez convenable à son goût. Un jour, Rajiv rencontre Sanjana (Katrina Kaif) dont il tombe amoureux. Seulement son chemin croise également celui de Majnu Bhai (Anil Kapoor), un haut membre de la mafia, qui complote alors pour lui faire épouser la sœur de son "frère" Uday Shetty (Nana Patekar), le parrain local.

En termes de chiffres, Welcome est l’un des meilleurs films de 2007. Mais si vous êtes seulement un inconditionnel des belles histoires d’amour, passez votre chemin. Ici ça sonne creux : il ne se dégage rien du couple vedette, pourtant si souvent réuni à l’écran. On les a connus plus émouvants, dans Humko Deewana Kar Gaye, par exemple. Une fois de plus, Akshay Kumar essaye de nous faire croire qu’un empoté comme Rajiv peut se révéler finalement très "classe". Or cette histoire du crapaud qui se transforme en prince charmant, on n’y croit pas une seconde. Quant à Katrina Kaif, pourtant très jolie, elle est transparente. Son personnage aurait vraiment gagné à être plus fouillé - même celui de Mallika Sherawat est plus intéressant. Il n’aurait d’ailleurs fallu pas grand-chose. Si son frère se démène pour lui trouver un mari, on ne sent pas du tout l’intensité du lien fraternel entre ces deux-là. On est loin, en comparaison, du tandem joué par Suniel Shetty et Kareena Kapoor dans Chup Chup Ke. Au début du film, lorsque Sanjana sauve Rajiv des flammes, on s’attend à une jeune fille de caractère… Mais certaines situations dans la seconde partie du film, où elle est prête à renoncer à l’homme qu’elle aime pour une raison bidon (difficile de qualifier cela autrement), déçoivent beaucoup. En résumé, faites une croix définitive sur l’histoire d’amour et profitez pleinement du reste, qui est plus qu’à la hauteur.

Le reste, c’est le côté comique du film et je suis, en effet, prête à comparer Welcome au très bon Ajab Prem Ki Ghazab Kahani. Et dans ce domaine, les acteurs sont aussi à la hauteur. Le trio de tête : Anil Kapoor, Paresh Rawal et Nana Patekar est tout simplement jouissif. On ne se lasse pas des complots divers et variés qui se croisent et échouent tour à tour. Les retournements de situations s’enchaînent avec l’arrivée en cours de route de nouveaux personnages comme RDX (Feroz Khan), le patron suprême de la mafia, effrayant et fantasque, et Ishika (Mallika Sherawat).

JPEG - 106 ko
RDX, c’est lui !

Voir Nana Patekar dans une comédie, cela change de ses rôles sérieux et intenses. Souvent déjà, il y incarnait des personnages issus du monde de la mafia, comme dans le très sérieux Apaharan. Mais ici son personnage est fort différent. D’accord, ses hommes de main le font passer pour quelqu’un de dangereux et vu son "métier", il doit bien l’être quelque part. Mais dans Welcome, il se prend pour un acteur de Bollywood, vit dans un château en quasi-carton pâte et innove en matière de punitions pour ses hommes (faut-il avoir peur des ballons ?)… C’est la preuve éclatante que cet acteur peut jouer plusieurs fois le même rôle dans différents registres et de façon tout aussi réussie. Par ailleurs, son rôle d’Uday Shetty nous donne aussi l’occasion de voir le cinéma comme une arme vicieuse, et au passage de s’en moquer un peu.

JPEG - 150.3 ko
Le réalisateur, c’est celui en jaune poussin, celui en costume, c’est l’acteur qui doit vendre des oignons !

Il est cependant difficile de le départager du personnage de Majnu Bhai, superbement interprété par Anil Kapoor, rarement vu aussi déjanté ! Et sa passion pour la peinture vaut largement celle d’Uday Shetty pour le cinéma. Pour Paresh Rawal, nous sommes habitués à ses rôles de comiques, aussi peut-on le trouver moins marquant dans Welcome, mais sa prestation n’en reste pas moins très agréable.

JPEG - 142.1 ko
Le trio comique

Un dernier mot sur les passages musicaux ? Welcome, le clip de la chanson-titre qui n’apparaît qu’au générique de fin, est plutôt déconnecté du film mais ses emprunts aux univers d’Al Capone et des toons le rendent très sympathique. On se souviendra également de l’item number de Malaika Arora dans Hoth Rasiley, même si le passage fait figure de parenthèse dans le film. Le dernier clip notable serait Tera Sarafa pour le côté "arnaque en cours", un peu comme le début de Rafta Rafta dans Hulchul. Mais le reste est sans grand intérêt.

JPEG - 90.7 ko
Le docteur Ghungroo vous dit : "Welcome"

Autant dès que l’on fait dans l’émotion dans Welcome, c’est un échec, autant si l’on aime les comédies, on ne s’ennuie pas une minute (ah si… peut-être dans quelques clips "romantiques" du début, mais vous pouvez accélérer avec la télécommande). Au passage, ce film permet aussi de ne plus voir les maisons au bord des falaises comme avant. Et, mis à part l’actrice principale, tous les acteurs sont bons, et même les seconds rôles se savourent (ah… ! ce "réalisateur" et la scène des chevaux !). Les situations sont très clairement improbables mais cela n’a aucune importance car ce n’est pas souvent que l’on s’amuse autant. Pour vous réchauffer lors des froides soirées d’automne ou d’hiver…

Commentaires
5 commentaires