]]>

99


Année2009
LangueHindi
GenreComédie d’arnaque
RéalisateursKrishna D.K., Raj Nidimoru
Dir. PhotoRajeev Ravi
ScénaristesKrishna D. K., Sita Menon, Raj Nidimoru
ActeursBoman Irani, Soha Ali Khan, Vinod Khanna, Kunal Khemu, Mahesh Manjrekar, Simone Singh, Cyrus Broacha
Dir. MusicalShamir Tandon, Ashu, Mahesh Shankar
ParoliersAmitabh Bhattacharya, Shabbir Ahmed, Vaibhav Modi, Chintan Gandhi
ChanteursKK, Shaan, Raja Hasan, Bonnie Chakraborty, Labh Janjua, DJ Whosane
ChorégraphePiyush Panchal
ProducteursAnupam Mittal, Aditya Shastri
Durée138 mn

Bande originale

Delhi Destiny
Soch Mat Dobara
What’s Up
Punjab Size
Kal Ki Tarah
99 Theme
What’s Up (Remix)
Delhi Destiny (Remix)

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Laurent - le 11 août 2009

Note :
(6/10)

Article lu 1258 fois

Galerie

Mumbai, 1999. Sachin (Kunal Khemu) et Zaramud (Cyrus Broacha) sont deux petits trafiquants de cartes SIM. A la suite d’un incident, ils volent une Mercedes et l’emboutissent contre un réverbère. Manque de chance, elle appartient au gangster local AGM (Mahesh Manjrekar), également bookmaker, qui les oblige à travailler pour lui afin d’éponger leurs dettes.

En parallèle, nous faisons la connaissance de Rahul Vidhyarthi (Boman Irani), un parieur compulsif vivant à Delhi. Ayant perdu un énième pari auprès d’AGM lors d’une visite à Mumbai, il devient la cible des tout frais hommes de main Sachin et Zaramud, envoyés par leur patron à Delhi pour le faire payer. A l’hôtel où ils séjournent, Sachin rencontre Pooja (Soha Ali Khan), qui y travaille…

Réalisé par un duo de débutants, 99 est clairement un hommage aux comédies de gangsters britanniques de Guy Ritchie comme Arnaques, Crimes et Botanique et Snatch, pour plusieurs raisons qui apparaissent d’emblée : une histoire de petites frappes, une mise en scène soignée, un certain sens du rythme et de l’humour gouailleur, et surtout un scénario bien construit et bourré de péripéties, ce qui n’est pas si courant que ça à Bollywood ces derniers temps.

L’histoire est cependant bien adaptée au contexte indien, avec moins de violence et d’humour noir que les modèles anglais, certes, et surtout des références à une célèbre controverse qui entacha le monde du cricket il y a quelques années, à propos de matches qui auraient été truqués, et qui est intégrée tout naturellement au suspense de ce film dans lequel les matches de cricket sont l’enjeu de paris de la part des personnages.

Ces derniers sont interprétés par une joyeuse bande de comédiens de talent, le jeune Kunal Khemu en tête (héros de l’agréable Super Star), qui confirme par son charme et son charisme qu’il est bel et bien une star en devenir, capable de porter un film sur ses épaules avec aisance. Boman Irani, un second couteau très fin qui partage ici quasiment la vedette avec Kunal, est parfait en flambeur invétéré ; moins excentrique que d’habitude, il n’en est pas moins, comme souvent, l’acteur le plus drôle du film, voire son moteur narratif. Ajoutons à ce casting la délicieuse Soha Ali Khan, le bourru Mahesh Manjrekar (Slumdog Millionaire) et, le plus imposant de tous, Vinod Khanna, naguère compère d’Amitabh Bachchan dans les années 70, qui a une grosse présence à l’écran en vieux renard des jeux d’argent malgré un rôle trop bref… Seul le rôle inutile de Cyrus Broacha, qui campe le sympathique faire-valoir de Kunal Khemu, aurait pu être élagué, à la rigueur.

Cela dit, si ce polar fantaisiste ne semble avoir presque aucun défaut, c’est aussi parce qu’il cantonne son ambition à de la bonne série B, distrayante de bout en bout mais pas mordante, fine mais pas forte, assez bien rythmée mais manquant un peu de punch (le montage aurait gagné à être resserré sur ce point, en raccourcissant certaines scènes), autrement dit à une réussite mineure qui ne prend guère de risques. Car même la relative originalité de ce type de film à Bollywood est discutable, et de toute façon très passagère si le sous-genre de la "comédie policière chorale" se banalise en quelques années (on peut citer Sankat City, sorti aussi mi-2009, qui semble également s’inspirer des films de Guy Ritchie, et Fool N Final, remake moyen de Snatch avec Sunny Deol et Shahid Kapur en 2007).

99 est un petit divertissement de genre qui remplit honorablement son contrat, doté d’un scénario amusant et d’un humour plaisant qui visent plutôt le public urbain amateur de films peu masala et sans chansons, plus proches des standards anglo-saxons. Souhaitons en tout cas que ce duo de réalisateurs-scénaristes doué pour la direction d’acteurs ne s’en tienne pas à ce prometteur coup d’essai !

Commentaires
3 commentaires